Caraman

2 390 hab. (Caramanais), 3 019 ha, chef-lieu de canton de la Haute-Garonne dans l’arrondissement de Toulouse, 28 km à l’ESE de la préfecture, sur une colline du Terrefort lauragais. C’est une ancienne petite place forte, qui fut un des chefs-lieux du pays du pastel; base de loisirs du lac de l’Orme blanc; collège public, centre médico-pyschologique; centre d’appels pour recouvrements (Igrec, 55 sal.), négoce de pharmacie Teleflex Medical (120 sal.). De 2 700 hab. en 1846, sa population s’était abaissée à 1 430 en 1954; elle augmente lentement depuis et a gagné 420 hab. entre 1999 et 2009 (+21%).

Le canton a 7 200 hab. (5 800 en 1999), 19 communes, 16 476 ha dont 705 de bois; il est limitrophe du département du Tarn et traversé par de petites vallées parallèles, dont au sud la Saune et la Marcaissonne, tandis qu’au nord le Girou fixe sa limite. Il est divisé en communes de faible dimension (160 hab. en moyenne hors des deux plus grandes). Plusieurs petits lacs collinaires servent à l’irrigation. Loubens-Lauragais (420 Loubensois, 647 ha), 7 km ENE de Caraman, a un château renaissance, et 100 hab. de plus qu'en 1999.

Le Cabanial (340 Cabanialais, 847 ha), 11 km à l’est de Caraman à la limite du département du Tarn, a gagné 90 hab. depuis 1999; la commune est le siège de la communauté de communes du Cœur Lauragais qui associe 22 communes du canton (6 600 hab.), le chef-lieu étant seul excepté. Auriac-sur-Vendinelle (1 030 Auriacais, 3 071 ha) est dans la petite vallée de la Vendinelle, affluent du Girou, à l’est de Caraman; elle ne se dépeuple plus depuis 1975, et a même gagné 60 hab. depuis 1999; mais elle eut 1 900 hab. dans la première moitié du 19e s. À la pointe SE de la commune subsiste l'église classée de Noumérens (11e-12e s.).