Carbonne

5 300 hab. (Carbonnais), 2 659 ha, chef-lieu de canton de la Haute-Garonne dans l'arrondissement de Muret, 25 km au SSO de Muret sur la rive gauche de la Garonne, au confluent de l'Arize. C'est une bastide de 1256, fondée dans un méandre de la Garonne par l'abbaye de Bonnefont près d'une bourgade antérieure ravagée par les guerres; clocher toulousain, hôtel de ville du 18e s., belle halle à arcades de 1882, pont de pierre de 1780 sur la Garonne, colombiers, musée en partie en plein air des sculptures d'André Abbal (1876-1953).

La ville a un collège public, une gare et un échangeur de l'autoroute A 64. Elle accueille d'assez nombreux petits ateliers; meubles Palacios (25 sal.), bétons Préfa 31 (40 sal.) et Clanet (Simat, 25 sal.); Leader Price (30 sal.). Sa population a varié entre 2 200 et 2 500 hab. de 1830 à 1950, puis un peu augmenté, passant les 3 000 en 1966. Carbonne accueille une fabrique d'engrais azotés Agronutrition (60 sal.) et d’assez nombreux petits ateliers dont Palacios (meubles, 25 sal.), Innopsys (mécanique, 20 sal.); bétons Préfa 31 (48 sal.) et Clanet (Simat, 25 sal.); supermarchés Simply (50 sal.) et Leader Price (20 sal.); gestion de fonds Vegalis (35 sal.), récupération de déchets Corido (35 sal.).

Sa population a varié entre 2 200 et 2 500 hab. de 1830 à 1950, puis un peu augmenté, passant les 3 000 en 1966; elle a fait un bond de 1 500 hab. (+39%) de 1999 à 2009. Carbonne est le siège de la communauté de communes du Volvestre, forte de 27 communes (dont deux autres chefs-lieux de canton, Rieux et Montesquieu-Volvestre) et 19 200 hab.

Le canton a 16 400 hab. (12 400 en 1999), 11 communes, 14 515 ha dont 1 016 de bois; il est limitrophe du département de l’Ariège et divisé entre la plaine de la Garonne à l’ouest et les collines du Terrefort du Volvestre à l’est. Marquefave (1 110 Marquefavais, 1 892 ha dont 400 de bois), 3 km en aval mais sur la rive droite, a un vieux pont sur la Garonne et les ruines d’un château féodal; un institut médico-éducatif; la population croît légèrement depuis 1975 (530 hab.) et a augmenté de 180 hab. depuis 1999.

Capens (500 Capenois, 677 ha) est sur la même rive un peu en aval, et a augmenté de 210 hab. (+72%!) depuis 1999; maçonnerie BATP (50 sal.), emballages en bois STPM (40 sal.), aire de service d'autoroute avec station-service (20 sal.), Portet Nettoyage (25 sal.). Ces deux communes étendent leur finage à la fois sur la plaine de rive gauche et sur les collines du Volvestre à l’est, jusqu’au cours de l’Aubat, qui rejoint la Garonne juste en aval de Capens.

Il en est de même de Mauzac (1 090 Mauzacais, 927 ha), la commune plus septentrionale du canton et donc la plus proche de Toulouse, dont le village est également sur la rive droite; une gravière (Midi-Pyrénées Granulats, 30 sal.) est exploitée; en face dans la plaine de rive gauche, au Fouga, s’est établi depuis 1974 un nouveau centre de recherches de l’Onera (75 personnes), doté d’une soufflerie; la population augmente depuis les 320 hab. de 1968; elle s'est accrue de 400 hab. (+58%!) de 1999 à 2009.

Le territoire de Montaut (520 Montois, 1 788 ha) est en revanche uniquement sur les collines du Terrefort du Volvestre, entre ceux de Capens et Mauzac et face à Noé; la population croît un peu aussi (+70 hab. depuis 1999); elle fut de 250 hab. au creux de 1968, de 700 au maximum de 1841. À l’ouest du canton, plus éloignée de la Garonne, Peyssies (480 hab., 637 ha), 5 km au NO de Carbonne, a une base de loisirs avec lac sur la Louge, et 110 hab. de plus qu'en 1999 (+30%). Longages et Noé, au nord de la plaine, sont déjà touchées par l'extension périurbaine toulousaine; Saint-Sulpice-sur-Lèze, en Volvestre, a son propre rayonnement.