Carrières-sous-Poissy

14 100 hab. (Carriérois), 719 ha, commune des Yvelines dans le canton de Poissy-Nord, à 3 km au nord de Poissy. La commune occupe la moitié sud d'un lobe de méandre de la Seine, sur la rive droite; le centre est un peu en amont de Poissy, à laquelle le relie un pont. L'habitat se divise en deux grandes parties: Carrières proprement dite au nord-est, le vaste quartier des Grésillons au sud-ouest, classé en «zone urbaine sensible». Le hameau de la Reine-Blanche se singularise au sud, près du pont de Poissy; une ancienne clinique des ouvriers de l'usine Simca de Poissy y est devenue une maison de retraite. Au centre-nord, le parc d'activités des Trois Cèdres s'installe sur le site des anciennes carrières séculaires, qui avaient été partiellement transformées en champignonnières.

En aval, la basse plaine est trouée de vastes gravières et sablières, dont les étangs de la Galliotte devant Poissy, de la Vieille Ferme devant Villennes; celui de Port-Saint-Louis est aménagé en port de plaisance, mais il est partagé avec Triel; d'autres ont été comblés en attendant de nouvelles urbanisations. Un autre étang, la Demi-Lieue, est au nord de la commune et au centre du lobe de méandre, près de la déchetterie Onyx (Veolia, 180 sal.).

La commune entretient le parc de la Fosse, doté d'un centre de loisirs; elle contient les châteaux de Champfleury et Vanderbilt. Elle englobe au nord-est la longue île de la Dérivation, habitée et terminée en aval par l'écluse de Carrières; elle n'inclut en revanche que la partie amont de la petite île Saint-Louis, dont le reste est à Poissy. Elle a deux collèges publics. Un centre d'essais et analyses du groupe PSA occupe en bord de Seine, et en face des usines de Poissy, le site d'une ancienne usine Chrysler de 1970; il propose un musée de l'automobile.

La ville accueille aussi les équipements pour automobiles GKN Driveline (160 et 70 sal.), transports par autocars des Courriers de Seine-et-oise (groupe Veolia, 270 sal.), un hypermarché Leclerc (180 sal.); et deux maisons de retraite dont une médicalisée (75 sal.). La commune a atteint les 1 000 hab. en 1903, les 2 000 en 1930, 4 000 en 1960. Sa population n'a pas cessé de croître: 10 300 hab. en 1975, 13 500 en 1999. L'ancienne mairie abrite le siège de la communauté d'agglomération des Deux Rives de la Seine, groupement intercommunal comprenant six communes des Yvelines allant d'Andrésy à l'est à Verneuil-sur-Seine et Chapet sur la rive gauche à l'ouest, soit 63 900 hab.