Chambaran (le)

plateau en Bas-Dauphiné, modelé dans les terrains molassiques entre le massif du Vercors et la plaine de Bièvre-Valloire. Son altitude s'élève jusqu'à 732 m sur le plateau proprement dit, 780 un peu plus à l'est dans les hautes collines qui dominent Tullins. La Galaure y a sa source. Ses terres «froides» en ont fait un pays de landes et de bois, hébergeant de très petits villages, quelques monastères, un grand camp militaire. Le Chambaran a souvent servi de refuge, sinon de repaire: il abrita des groupes de la Résistance, et jadis le fameux bandit Louis Mandrin (1725-1755), si bien devenu un héros dans l'imaginaire local que l'office du tourisme de Roybon s'intitule Mandrin-Chambaran! On fredonne encore la fameuse complainte (d'origine inconnue)
«Nous étions vingt ou trente
Brigands dans une bande,
Tous habillés de blanc
À la mode des… Vous m'entendez?
Tous habillés de blanc
À la mode des marchands…».

La forêt domaniale de Chambaran couvre 3 200 ha, principalement dans la commune de Roybon; un parc naturel du Chambaran y a été enclos sur 300 ha à Saint-Pierre-de-Bressieux. La communauté de communes du pays de Chambaran est un groupement intercommunal de l'Isère correspondant au canton de Roybon et siégeant au chef-lieu (11 communes, 5 600 hab.).