Champagne-Ardenne

région composée par les départements des Ardennes, de l'Aube, de la Marne et de la Haute-Marne; le chef-lieu est Châlons-sur-Marne, mais par exception le rectorat de l'Académie est à Reims. La région compte 15 arrondissements, 146 cantons et 1 945 communes. Elle s'étend sur 25 606 km2 et a officiellement 338 000 habitants en 2008, ce qui en fait la 18e région de métropole, en diminution continue: 1 342 000 habitants en 1999 et 1 347 000 en 1999. La région apparaît alors comme la seule en France à avoir perdu des habitants depuis 1999, et exclusivement par excédent de départs. La densité est de 52 hab./km2, moins de moitié de la moyenne nationale. La Marne représente à elle seule 41,5% de sa population.

L'absence de «s» au mot Ardenne tient à ce que le département des Ardennes est réputé associer au massif ancien ardennais d'autres Ardennes, notamment champenoises, auxquelles s'applique donc déjà le mot Champagne. La majorité du Conseil régional est passée à gauche en 2004; le Conseil a 22 élus socialistes et 6 communistes; le Conseil a 29 élus de gauche; dans la minorité, 14 de droite, 6 Front national. Le président est Jean-Paul Bachy, socialiste, ancien député, professeur, et jusque-là maire de Sedan.

Le produit brut régional est d'environ 31 milliards d'euros, ce qui fait de la région la 17e de France, mais il est de 23 300 euros par personne, ce qui la classe en 6e position, et de 58 500 par emploi (10e rang): elle se situe donc parmi les régions plus productives que la moyenne, mais elle le doit moins aux vins de champagne qu'à la faible proportion de personnes dites «inactives»: elle a bien moins de retraités que la moyenne. L'agriculture produit 7,5% de la valeur ajoutée, et l'industrie 30%, avec 21% des travailleurs. La région figure parmi les trois ou quatre régions les plus industrielles de France par la proportion des emplois, et les ouvriers restent la première catégorie sociale avec 168 000 personnes (32% des emplois); le taux de chômage général est sensiblement égal à la moyenne nationale.

La région est en France le premier producteur d'orge et de granulés de luzerne, le 2e de betteraves à sucre et de pois, le 3e de blé et de colza, le 4e de bois. Le vignoble (29 100 ha) a des rendements élevés (130 à 140 hl/ha) et une très forte valeur ajoutée: il assure à lui seul la moitié du produit végétal agricole, soit environ 1 700 millions d'euros (au prix du raisin, avant champagnisation), contre 800 aux céréales (5 millions de tonnes), 250 aux luzernes, 200 aux betteraves (5 à 6 Mt); l'élevage entre pour 500 millions d'euros dans le produit agricole total de 4 100 millions. Le nombre d'exploitations agricoles est d'environ 27 000, dont presque la moitié sont viticoles; les vins assurent le quart des exportations totales de la région (2,8 milliards d'euros sur 6,6). La surface agricole est de 1 600 000 ha, dont 79% en terres labourées et seulement 19% en herbe. La forêt occupe 700 000 ha, soit 27% de la surface totale.

La région est étirée du nord au sud et couvre le tiers oriental de la grande couronne parisienne, traversé par trois principales radiales, de Paris vers Charleville, vers Nancy et vers Belfort. Ce dispositif n'a pas favorisé son unité: les deux plus grandes villes sont au nord et au sud; Châlons-en-Champagne, au centre, est restée une ville du troisième ou quatrième rang, et la seule préfecture régionale de France nettement moins peuplée que d'autres villes de la même région.

Les différences de paysages sont très marquées par l'organisation auréolaire du Bassin Parisien oriental: d'une part les villes dessinent une série d'arcs très hiérarchisés selon la distance à Paris; d'autre part les distinctions de sols et de relief sont liées aux affleurements des couches géologiques et s'organisent de façon presque semblable. La Champagne crayeuse, jadis un «mauvais pays», est devenue un espace productif et très bien cultivé et forme le cœur de la région; ses paysages et son système de culture ont tendu à s'étendre vers l'auréole externe de la Champagne humide et même sur les grands plateaux orientaux qui sont partagés avec la Lorraine et la Bourgogne, à plus forte raison sur le plateau de Brie. Le Vignoble est très étroitement lié aux versants et talus des environs de Reims et Épernay, ses annexes s'étirant le long de la côte des Bars au sud-est, de la côte de Champagne à l'est. Au-delà, les bordures se manifestent par des altitudes plus élevées, des forêts, et une activité industrielle d'origine ancienne, à base métallurgique, qui a pu se renouveler et maintenir quelques solides positions en Haute-Marne et dans les Ardennes. Au nord, le massif ardennais relaie ces aspects dans une écologie toute différente, celle d'un massif ancien et frontalier.