Châtaigneraie (La)

2 700 hab. (Châtaigneraisiens), 794 ha, chef-lieu de canton de la Vendée dans l’arrondissement de Fontenay-le-Comte, 23 km au nord de Fontenay. Le bourg a un collège public et un privé; hôpital local, avec section pour handicapés; magasins Super-U (150 sal.) et Intermarché (30 sal.); équipements de sport et de jardin EGT (100 sal.), meubles Couture (40 sal.); viandes du groupe Charal (180 sal.), charcuterie Bioporc (50 sal.), négoce de surgelés Raison (180 sal.), finitions de bâtiment Bétard (35 sal.). La population communale a augmenté entre 1950 (1 800 hab.) et 1982 (3 100 sdc); elle baisse depuis et a perdu 140 habitants de 1999 à 2009.

Le canton a 16 200 hab. (15 800 en 1999), 20 communes, 33 679 ha; 19 communes forment la communauté de communes de La Châtaigneraie, qui siège à La Tardière. Le canton est limitrophe des Deux-Sèvres et aux sources de la Vendée; il est barré en son milieu par un alignement de crêtes de quartzites qui se suit de La Châtaigneraie à Mouilleron-en-Pareds; les reliefs de la moitié nord sont à 100 m au-dessus de la moitié sud. Menomblet (680 Menomblais, 2 095 ha), 12 km au nord du chef-lieu, est sur le haut plateau la commune la plus septentrionale et a une intéressante église du 14e s. Saint-Pierre-du-Chemin (1 400 Pétroviciniens, 2 965 ha), 7 km au NE du chef-lieu, conserve des ruines d’un château féodal; maçonnerie Gallo (20 sal.), centre d’accueil d’adultes handicapés. La population communale a tendance à diminuer depuis un siècle (2 200 hab. en 1901); elle a perdu 50 hab. de 1999 à 2009.

Breuil-Barret (660 Barretois, 1 474 ha) a aussi perdu 50 hab. en même temps; le village est à 5 km à l’est du chef-lieu, au pied du talus de faille, en terrain assez accidenté par les têtes de la Mère qui descend vers le sud; son finage est traversé par le sentier de randonnée Mélusine et l’ancienne voie ferrée de Bressuire; transports Aubineau (50 sal.). Saint-Hilaire-de-Voust (650 Saint-Hilairois, 1 886 ha), 10 km au SE du chef-lieu dans la vallée de la Vendée, abrite un atelier de mécanique de précision J.C. Bouy (210 sal.), le château renaissance de la Chesnelière, et celui de la Bodinatière refait au 19e s.

La Tardière (1 310 Tardiérois, 2 048 ha), 2 km au nord du chef-lieu, a gagné une centaine d'habitants depuis 1999 et prolonge quelques activités de celui-ci: atelier de confection SCT (30 sal.), métallerie CMB (25 sal.), menuiserie Marquis (20 sal.); travaux publics Screg (70 sal.); base de loisirs de l’Étruyère. À l’ouest de La Châtaigneraie, Cheffois (970 Cheffoisiens, 1 863 ha), à 5 km, a une église fortifiée du 13e s., et 120 hab. de plus qu'en 1999; au NE du finage à 5 km du bourg, campe la ferme fortifiée de la Girardière; dans la commune sont aussi un dolmen et un polissoir; pépinières Ripaud (80 sal.), Vendéenne de chaudronnerie (100 sal.), métallerie ODS (Ouest Découpe Soudure, 20 sal.).

Mouilleron-en-Pareds (1 360 1 260 Mouilleronnais, 1 997 ha), 9 km ONO du chef-lieu, est l’une des communes les plus connues de Vendée, en tant que lieu de naissance à la fois de Georges Clemenceau (1841-1929) et du maréchal de Lattre de Tassigny (1889-1951); un musée national des Deux Victoires a été ouvert en 1959. À l’est du bourg, la butte des Deux Moulins, qui monte à 184 m, porte des moulins à vent entretenus. Mouilleron a une maison familiale rurale et accueille une grosse fabrique de Fleury-Michon-Traiteur (580 sal., plats cuisinés et surimi) et une production de dindonneaux STAM (Poiraud, 140 sal.); mécanique Altema (30 sal.), routage Ouest-Lilas (20 sal.). La population s'est accrue d'une centaine d'habitants entre 1999 et 2009.

Le village de Bazoges-en-Pareds (1 190 Bazogeais, 3 383 ha), qui a gagné 120 hab. dans le même temps, est au bord du Louing, affluent du Grand Lay, à 6 km OSO de Mouilleron; il s’orne d’un donjon rectangulaire du 15e s. à puissants machicoulis et galerie couverte, avec un musée des arts et traditions populaires et un «jardin médiéval» à pigeonnier. La commune s’étend vers l’ouest jusqu’au barrage de Rochereau, qui couvre 127 ha et stocke 5,1 Mm3 d’eau; dolmen de la Ciste. Thouarsais-Bouildroux (720 Thouarsaisiens, 1 737 ha), 5 km au SE de Bazoges et 12 km OSO de La Châtaigneraie, est issue d’une fusion de 1827 et s'est dépeuplée depuis le maximum à 1 300 hab. dans les années 1840, du moins jusqu'en 1999; elle aurait gagné 70 hab. depuis.

Au sud de La Châtaigneraie (3 km), au bord de la Mère, Antigny (1 050 Antignolais, 2 217 ha) compte des fabriques de portes et fenêtres en plastique FPV (Bremaud, 140 sal.), de composants magnétiques de moteurs électriques N Ergy (90 sal.), matériel agricole Cartel (20 sal.), de meubles (Couture, 70 sal.), d’aliments du bétail (Antigny Nutrition, 35 sal.); service des eaux de la Lyonnaise (20 sal.), négoce de matériel agricole (Ouvrard, 55 sal.), ramassage de volailles Magalydie (25 sal.); maison de retraite (Le Bocage, 40 sal.). La population communale avait légèrement remonté depuis un minimum à 930 hab. en 1975, mais a reperdu 110 hab. de 1999 à 2009. Cezais (330 Cezaisiens, 1 222 ha), 9 km SO du chef-lieu, abrite le beau château de la Cressonnière, de 1560, et a gagné 60 hab. depuis 1999. Mais le fleuron du canton est évidemment Vouvant, à 10 km au sud du chef-lieu.