Couches

1 500 hab., 1 962 ha, chef-lieu de canton de Saône-et-Loire dans l'arrondissement d'Autun, 25 km SE d'Autun et 28 km NO de Chalon, dans les collines fortement découpées en arrière de l'escarpement de faille qui va du Creusot à Santenay. Le village, issu d'un monastère du 9e s., assez pittoresque par ses maisons anciennes, abrite le solide château (15e s.) dit de Marguerite de Bourgogne, qui reçoit plus de 10 000 visiteurs par an; un collège public, un établissement de rééducation de la Croix-Rouge (130 emplois), un atelier d’emballage de carton de luxe de la parfumerie Palluel (B-Pack, 45 sal.). Jadis Couches fut un lieu d’extraction de minerai de fer; il s’est nommé de ce fait Couches-les-Mines en 1853, puis a abandonné cette appellation un siècle après, en 1955. Sa population ne cessait de diminuer depuis les 3 000 hab. de 1881, mais elle a regagné une centaine d'habitants entre 1999 et 2008. La commune cultive 111 ha de vignes. Elle est le siège de la communauté de communes Autour du Couchois (10 communes, 5 100 hab.).

Le canton a 6 000 hab. (5 800 en 1999) dans 14 communes (15 910 ha dont 2 828 de bois); il est limité à l'est par la vallée de la Dheune; il a jadis fourni du fer au Creusot. À l'ouest, château de Brandon (17e s.) et étang du même nom (48 ha) à Saint-Pierre-de-Varennes (860 hab., 2 308 ha dont 413 de bois), 10 km au NE du Creusot, où se trouvait un camp romain. Saint-Émiland (320 hab., 2 390 ha dont 960 de bois), sur la route d'Autun à 9 km ONO de Couches, a un étang plus petit et un environnement boisé où se cache le menhir de la Pierre Guénachère.

On reconnaît dans le Couchois un vignoble d'arrière-pays (AOC bourgogne-côtes-du-couchois), sur 360 ha dont 245 en production, fournissant environ annuellement 10 000 hl de bourgogne rouge, 7 000 de passe-tout-grains, un peu d'aligoté, de blanc et de crémant. Saint-Maurice-lès-Couches (190 hab., 469 ha), dans une petite vallée voisine à 3 km NE de Couches, cultive 78 ha de vignes et Dracy-lès-Couches (180 hab., 827 ha dont 204 de bois), un peu en amont, environ autant (74 ha). Saint-Sernin-du-Plain (640 hab., 1 445 ha), 8 km au NE de Couches (4 à vol d'oiseau), est à la tête d'une commune comportant plusieurs villages dont Cromey, qui fut «ville» et seigneurie au Moyen Âge, et Mazenay un peu plus haut, et surtout la grosse butte du mont de Rome Château, qui monte à 545 m, porte une tour et fait presque figure de montagne sacrée; la commune cultive 157 ha de vignes.

La partie nord-orientale du canton, proche de Santenay et qui atteint la montagne des Trois Croix (521 m), est divisée entre les communes de Cheilly-lès-Maranges (510 hab., 700 ha dont 184 de vignes), 9 km NE de Couches, qui a gagné 70 hab. de 1999 à 2008; Dezize-lès-Maranges (210 hab., 510 ha dont 171 de vignes), 3 km au NO; Sampigny-lès-Maranges (160 hab., 270 ha dont 83 de vignes), entre les deux précédentes; toutes trois ont adopté en 1898 et 1899 le nom d'un climat viticole commun, assorti depuis 1989, soit près d'un siècle plus tard, d'une AOC (v. Maranges).