Èze

2 500 hab. (Ézasques), 947 ha dont 600 de bois, commune des Alpes-Maritimes dans le canton de Villefranche-sur-Mer. Le vieux village d'Éze, haut perché sur un rocher à 427 m d'altitude, domine l'anse de la mer d'Éze. L'un des plus connus de la Côte d'Azur, il est considéré comme «village pittoresque des Alpes-Maritimes». Il offre notamment une porte fortifiée du 14e s., le château des Riquiers, un jardin exotique à l'emplacement de l'ancien château; des parfumeries de Grasse y sont représentées. L'habitat plus récent de villas s'est concentré sur les étages inférieurs du relief dans la partie occidentale de l'anse et bénéficie d'un petit port à l'abri du cap Roux. La partie orientale de l'anse, qui avance en mer à la pointe de Cabuel, est très peu habitée. À l'est de la pointe, Éze dispose encore d'un court rivage sur la baie de Saint-Laurent, jusqu'à la barre des Pissarettes qui le sépare de Cap-d'Ail.

L'habitat récent s'est éparpillé sur les pentes des vallons qui descendent vers la baie, dans le quartier de Saint-Laurent. Les hauts d'Éze sont vides au nord et à l'ouest, dans le parc forestier départemental de la Grande Corniche, où a été dessiné un parcours sportif du plateau de la Justice et où sont quelques ruines ligures de l'oppidum du mont Bastide (566 m). En revanche, l'habitat s'est diffusé à l'est d'Éze de part et d'autre de la Moyenne Corniche, et au nord-ouest dans le vallon qui mène au col d'Éze (675 m). Le territoire d'Éze est ainsi traversé par les trois routes qualifiées de «corniches», la Grande Corniche qui est aussi la plus haute (D 2564a), vers 500 m; la Moyenne Corniche (D 34), vers 300 m, qui passe près du village; la Petite (ou Basse) Corniche (N 98) qui longe le littoral. Mais, au-dessus de la Grande Corniche, une petite route encore plus haute, au-delà de 600 m, part du col d'Éze vers l'est et permet d'accéder au fort et au parc de la Revère, ainsi qu'à l'observatoire Astrorama.

Les principaux employeurs sont les hôtels La Chèvre d'Or (85 sal.), Le Château du Prince (50 sal.), Le Château Èza (45 sal.), Les Terrasses d'Èze (35 sal.); négoce de parfumerie Fragonard (35 sal.). Le territoire communal a perdu en 1818 celui de La Trinité, tombant alors à 460 hab.; sa population a peu augmenté durant le 19e siècle (640 hab. en 1901), puis est passée à 1 000 hab. en 1936, 2 000 en 1982, une progression modérée; elle a gagné 420 hab. de 1999 à 2006 (+17%); s'y ajoutent 750 résidences secondaires.


Èze (l')

rivière du sud du Vaucluse, longue de 24 km; elle vient de La Bastide-de-Jordans sur le flanc sud-est du Luberon et coule vers le sud-ouest; elle passe à La Tour-d'Aigues et Pertuis, où elle atteint la rive droite de la Durance; son nom a parfois la forme Lèze.