Ghyvelde

3 300 hab. (Ghyveldois), 1 646 ha, commune du département du Nord dans le canton de Hondschoote, 12 km au nord de celle-ci. Le bourg est sur un ancien cordon de dunes flandriennes à 3 km de la mer, entre les Moëres et Bray-Dunes. Le Conservatoire du littoral y a acquis et protège depuis 1990-2005 quelque 170 ha formant le site de la dune fossile de Ghyvelde. La commune, frontalière, est traversée par le canal des Chats et l'autoroute A 16 (échangeur) et bordée au nord par la N 1 et le canal de Dunkerque (ou de Furnes). Son finage lance toutefois vers le NO une langue étroite qui atteint le rivage de la mer du Nord à l'ouest de Zuydcoote, où la dune Dewulf forme un espace protégé du Conservatoire du Littoral, en partie sur les territoires de Zuydcoote et Leffrinckoucke; au sud-ouest, le finage inclut une partie du polder des Moëres. L'aérodrome de Dunkerque-Ghyvelde (LFAK) est surtout dans la commune des Moëres.

Ce dessin tient à l'émancipation de la commune de Bray-Dunes en 1883, qui a fait passer la population communale de 2 400 hab. à 1 400. Le nombre d'habitants est ensuite resté à ce niveau tandis que Bray-Dunes progressait; il était encore à 1 400 hab. vers 1950. Il est passé à 2 000 hab. en 1968, 3 000 en 1999, et s'est accru de 150 hab. entre 1999 et 2010. Ghyvelde a une base de loisirs du lac des Hérons, un écomusée de la ferme Bommelaers Wall avec dégustation de chicorette, un parc et élevage d'autruches au Camélus. L'Association La Dune aux Pins gère une maison d'accueil spécialisée (troubles psychologiques, 150 sal.). LLa commune avait, en 2009, 1 500 actifs, mais moins de 500 emplois; 4 agriculteurs, mais 480 employés, 440 ouvriers, 225 commerçants, artisans et cadres, 330 retraités.