Gondrecourt-le-Château

1 270 hab. (Gondrefiguriens), 5 133 ha dont 2 572 de bois, chef-lieu de canton du département de la Meuse dans l’arrondissement de Commercy, 35 km au SSO de Commercy sur la rive droite de l’Ornain, face à l’entonnoir de percée par lequel il pénètre dans le plateau des Bars. Il ne reste du château seigneurial qu’une tour ronde du 15e s., qui abrite un Musée lorrain du cheval; le village, qui bénéficie d’un embranchement ferroviaire de fret, a un collège public. Une fabrique de sièges Meuse Omnistyle (250 sal., fournitures pour automobiles) a disparu en 2004; reste, du même groupe, Universal Style (85 sal.); transports TME (20 sal.), coopérative d’approvisionnements agricoles de l’Union champenoise (30 sal.).

La commune englobe au sud-est la forêt domaniale du Vau, et dispose au sud-ouest d’une enclave autour des anciens villages de Tourailles-sous-Bois (30 hab.) et Luméville-en-Ormois (100 hab.), qui lui ont été rattachés par fusion en 1973. Gondrecourt avait 2 000 hab. en 1891, 1 050 en 1962; sa population a perdu 240 hab. entre 1990 et 1999, puis 130 de 1999 à 2008. La communauté de communes du Val d’Ornois correspond au canton et siège à Gondrecourt.

Le canton a 4 900 hab., 19 communes, 34 127 ha dont 13 858 de bois; il est limitrophe des départements des Vosges et de la Haute-Marne et s’étend dans l’ancien pays de l’Ornois, drainé par l’Ornain. Abainville (330 Abainvillois, 1 367 ha dont 416 de bois), juste au nord de Gondrecourt, abrite un atelier de menuiserie (25 sal.). À Chassey-Beaupré (120 hab., 1 411 ha dont 731 de bois), 10 km au SO de Gondrecourt, le château de Beaupré (18e et 19e s.) se mire dans des étangs; son nom a été ajouté à celui de Chassey en 1919.

Dainville-Bertheléville (160 Dainvillois, 4 030 ha dont 2 826 de bois), 9 km au sud du chef-lieu sur la Maldite, branche supérieure de l’Ornain, occupe une clairière au milieu des bois de Dainville; la commune résulte d’une fusion déjà ancienne (1876). À la pointe NO du canton, Tréveray (700 Trévalgiens, 1 718 ha dont 646 de bois), 18 km NNO du chef-lieu, dans la vallée de l’Ornain où passent route, voie ferrée et canal de la Marne au Rhin, conserve une fonderie SFT de 60 salariés qui porte le nom de la commune; celle-ci a perdu 50 hab. depuis 1999.

Demange-aux-Eaux (570 Dominacoiriens, 2 486 ha dont 590 de bois), 8 km en amont, a une entreprise de finitions de bâtiment (Jacquet, 30 sal.). La commune est le lieu de la bifurcation du canal de la Marne au Rhin, qui abandonne ici la vallée de l’Ornain pour celle de la Méholle à l’est, en empruntant le tunnel de Mauvages, long de 4 877 m. Demange a eu un nombre d’habitants très variable, entre 500 et 1 000 hab., selon les vicissitudes de l’emploi; la tendance est à une légère hausse depuis 1982. C'est une ancienne villa Dominica (du seigneur), d'où le gentilé un peu recherché.

Mauvages (270 Malvagiens, 2 111 ha dont 811 de bois) est un petit village à 12 km NNE de Gondrecourt. Juste en amont de Demange, Baudignécourt (80 hab., 628 ha dont 251 de bois), 8 km NNO du chef-lieu, conserve une fabrique de sièges (Collinet, 80 sal.). Depuis Demange, un embranchement du canal en cul-de-sac atteint Houdelaincourt (370 Houdelaincourtois, 1 607 ha dont 426 de bois), carrefour routier à 5 km NNO de Gondrecourt. La côte du plateau des Bars, de direction SO-NE, se suit de Chassey-Beaupré à Mauvages; au nord-ouest, le plateau des Bars est accidenté par l’Ornain encaissé et ses affluents; au sud-est, le relief est beaucoup plus calme sur le long revers de la côte de Meuse, mais plus boisé.

Houdelaincourt partage avec Bonnet (230 hab., 2 906 ha dont 1 131 de bois), dont le village est en pied de côte au sud-iuest, le grand parc éolien des Trois Sources, ouvert en 2007 avec 18 mâts Vestas (36 MW) et exploité par EPR (Energy Power Resources). Vaudeville-le-Haut (70 hab., 971 ha dont 432 de bois), 11 km au sud-est du chef-lieu sur le plateau, accueille le parc éolien Maïa Sonnier des Hautes-Bornes (4 mâts, 8 MW, 2008) à l'ouest du village. Juste au nord, à Vouthon-Haut (80 hab., 12 323 ha dont 733 de bois), le même groupe exploite au sud-ouest du village le parc éolien de la Monjoie, doté de 5 mâts (10 MW). La grande forêt domaniale du Vau occupe les parties occidentales de leurs finages.