Grand-Pressigny (Le)

1 060 hab. (Pressignois), 3 955 ha dont 420 de bois, chef-lieu de canton de l'Indre-et-Loire dans l'arrondissement de Loches, 35 km au SO de Loches au confluent de l'Aigronne et de la Claise. C'est un haut lieu de l'archéologie préhistorique, qui fut au néolithique un centre de façonnage d'outils en silex, transportés et diffusés au loin; le musée départemental de préhistoire (12 000 visiteurs en 2005) est agrandi et modernisé et a rouvert en 2009. La ville, arrangée en terrasses face au sud, conserve une grande forteresse classée du 14e s., à douves, remaniée aux 14e et 16e s. et comportant ainsi une aile renaissance. Le château abrite une exposition permanente d'histoire locale; la cité organise un parcours théâtral «Paysages nocturnes» et des «archéojeux» (championnat d'armes préhistoriques).

Au SE du bourg, se dresse un haut donjon carré du 12e s. dans l'ancienne commune de Saint-Martin-d'Étableau, absorbée en 1821 avec 540 hab., et qui était elle-même double, Étableau tenant le haut de l'étroit interfluve en forme d'éperon de confluence de la Claise et de l'Aigronne. Le finage contient plusieurs souterrains-refuges. Le village a un collège public mais peu d'ateliers. La commune a eu 1 800 hab. à la fin du 19e s., et s'est sensiblement dépeuplée jusqu'en 1985, avant de se stabiliser à peu près.

Le canton a 4 100 hab., 9 communes et 26 722 ha dont 4 719 de bois; il continue à perdre des habitants et n'a pas une seule entreprise recensée de plus de 10 salariés. À l'ouest, il atteint la vallée de la Creuse, où il est riverain du département de la Vienne. La Guerche (220 hab., 527 ha), 7 km au sud-ouest du chef-lieu sur la rive droite de la Vienne, est un ancien village fort, déchu, qui conserve un gros château du 15e s. et dont le finage se limite au fond de vallée de la Vienne; la commune perd constamment des habitants depuis le début du 19e s. La forêt de la Guerche est un grand bois sur le plateau de rive gauche de la Vienne, donc en Poitou-Charentes, à la suite d'une cession de territoire en 1796, destinée à aligner la limite départementale sur le cours de la Vienne.

Le finage de La Guerche, ainsi réduit à la rive droite, est entouré par le territoire de Barrou (500 hab., 3 071 ha dont 1 205 de bois), village à 7 km SSO du chef-lieu, étiré sur la rive concave d'un méandre de la Vienne et riche en maisons anciennes (16e au 19e s.). Le dépeuplement de Barrou (1 000 hab. en 1851) s'est arrêté entre 1999 et 2006. Le territoire communal englobe le grand bois de Courtils; le château de Courtils (ou Courtis) est une ancienne commanderie de templiers, entre le village et le château.

Au NE, le canton est limitrophe du département de l'Indre à Saint-Flovier (640 hab., 2 922 ha dont 541 de bois), 20 km ENE du chef-lieu et 20 km au sud de Loches, qui a un petit musée de préhistoire; la commune a absorbé sa voisine de l'ouest Sainte-Jullite en 1826, maintenant un maigre hameau, et a constamment perdu des habitants des environs de 1850 (près de 1 400 hab.) à 1999, mais sa population de 2005 est rigoureusement égale à celle de 1999.

Au centre du canton, La Celle-Guénand (390 hab., 3 670 ha dont 1 062 de bois), 8 km ENE du Grand-Pressigny dans un vallon affluent de l'Aigronne, a un musée de l'outil, des souterrains-refuges, un château du 15e s. et une église romane classée des 11e-12e s. à trois nefs et trois portails, tous deux restaurés au 19e s.; maison de retraite. La diminution régulière du nombre des habitants semble avoir été stoppée après 1999. Le Petit-Pressigny (330 hab., 3 205 ha dont 414 de bois) est à 4 km au sud-est de La Celle dans la vallée de l'Aigronne; deux châteaux des 15e-16e et 19e s., Ré et les Bordes; le polissoir de la Pierre du Diable a été transporté au musée du Grand-Pressigny. La commune, qui dépassa 1 000 hab. au milieu du 19e s., a encore perdu 40 hab. de 1999 à 2008.

Vers le nord, Betz-le-Château (600 Castelbessins, 4 688 ha dont 711 de bois), à 7 km NNE de La Celle au bord du Brignon, affluent de droite de la Claise, a des restes d'un ancien château fort des 13e, 14e et 15e s.; la commune, simplement Betz jusqu'en 1920 (on prononce Bai), avait encore 1 200 hab. en 1954 (1 400 vers 1865). Ferrière-Larçon (290 Ferrillons, 2 087 ha dont 234 de bois), 3 km à l'ouest de Betz, est un village attrayant au site accidenté, qui a une église classée des 11e-13e s.; ancien camp préhistorique de la Butte de Murat, polissoir classé; la commune a eu plus de 1 000 hab. au milieu du 19e s.

Enfin Paulmy (260 Palmisois, 2 597 ha dont 720 de bois) est un vieux bourg fortifié dans la vallée du Brignon, 8 km NNE du Grand-Pressigny. La commune contient vers l'ouest le château du Châtelier du12e s., avec donjon, et des éléments du 15e, du 17e et du 19e s., ainsi qu'à proximité le dolmen de la Pierre chaude; ancien couvent d'augustins (16e et 18e s.); centre de vacances des personnels des administrations parisiennes (Agospap, 210 places) au château. Du kaolin est extrait dans de grandes carrières au sud du village. La commune ne cesse de se dépeupler depuis 1850, où elle avait culminé à 750 hab. Le canton s'offre comme un espace de tourisme vert, aux paysages agréables, qui recèlent diverses variétés d'orchidées sauvages.