Guillaumes

590 hab. (Guillaumois), 8 702 ha dont 1 913 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-Maritimes dans l'arrondissement de Nice, 108 km au NO de la préfecture. Le village est dans la vallée du Var, à 790 m, au confluent du Tuébi, sous les ruines d'un château seigneurial dit de la Reine Jeanne (15e s.); musée des arts et traditions, sanctuaire marial de Buyel. Guillaumes avait 1 200 hab. vers 1850 et s'est dépeuplée jusqu'en 1990 (530 hab.); mais elle a gagné plus de 100 hab. entre 1999 et 2005. Elle a aussi 700 résidences secondaires, deux fois plus que de résidences principales.

Le finage englobe au sud les gorges de Daluis, d'où une route difficile grimpe vers l'ouest aux hameaux de la Saussette et Villeplane. Il atteint au sud-est le Dôme de Barrot, qui culmine à 2 137 m. Vers le nord, il inclut le vallon de la Barlatte et s'étire le long du vallon affluent de la Barlattette jusqu'à la Peyre de Vic (2 580 m) dans le Parc du Mercantour. Au NNE du village, le hameau agricole de Bouchanières est au bout d'une petite route de crête au passage du GR 52a, sous la Tête de Méric (2 048 m), qui est un site minéralogique de calcaires et s'orne de cheminées de fées.

Le canton a 2 200 hab., 9 communes, 45 867 ha dont 11 653 de bois; il est à cheval sur deux bassins du haut Var et fermé au sud par les gorges de Daluis et du Cians. À la source du Var est la commune d'Entraunes (130 Entraunois, 8 145 ha dont 2 300 de bois), dont le village est à 18 km au NO du chef-lieu, à 1 260 m, au confluent du torrent de Bourdous qui descend de la Cime de Pal à l'est (2 818 m). Son finage culmine au nord-est à la Cime de Pal et à la Côte de l'Âne (2 916 m). Près de la source du Var sont le hameau d'Estenc, où ont été équipés une petite station de ski de fond plus une piste de ski alpin avec un téléski, et le refuge-auberge de la Santonnière. La route grimpe au nord jusqu'au col d'Allos (2 327 m) qui donne accès au bassin de l'Ubaye. Entraunes a eu 675 hab. en 1836; sa population est au même niveau depuis 1975; elle enregistre 150 résidences secondaires.

Trois petites communes s'échelonnent vers l'aval. Saint-Martin-d'Entraunes (90 Saint-Martinois, 4 005 ha dont 1 195 de bois) est à 6 km en aval d'Entraunes, à 1 020 m, sur la rive droite du Var, avec une église du 12e s. Son territoire, qui culmine à la Frema (2 747 m), inclut à l'ouest la station de ski du Val Pelens, à 9 km par une route (D 78) qui grimpe au col des Champs (2 095 m) et rejoint Colmars dans la vallée du Verdon, à 20 km. La petite station offre 9 pistes et 3 téléskis. La commune a eu 700 hab. en 1836 et se dépeuple depuis: elle est à son minimum de peuplement, ce qui ne l'empêche pas d'avoir plus de 150 résidences secondaires. Villeneuve-d'Entraunes (70 Villeneuvois, 2 820 ha dont 1 072 de bois), qui est aussi à son minimum mais n'a jamais dépassé 360 hab., domine la rive gauche du Var à 8 km en amont de Guillaumes, à 950 m; son finage s'étend des deux côtés de la vallée; vergers.

Au contraire, celui de Châteauneuf-d'Entraunes (60 Castelnoviens, 2 992 ha dont 459 de bois), dont le petit village est perché sur une crête à 11 km NNO de Guillaumes (4 km à vol d'oiseau), à 1 280 m, se cantonne au nord du Var, mais va jusqu'à la Cime de Pal le long du vallon de la Barlatte; une petite route mène au hameau des Tourres, proche de la cascade du Ray de l'Oule. Sa population, qui a culminé à 340 hab. au début du 19e s., est tombée à 19 hab. en 1968 mais a repris un peu depuis. On nomme Val d'Entraunes cette haute vallée du Var, longtemps disputée entre Provençaux et Sardes, où l'on voit encore d'anciennes bornes-frontières.

Sauze (100 hab., 2 777 ha dont 1 350 de bois) est un autre minuscule village perché à 1 360 m juste au-dessus de Guillaumes, côté ouest, à 1 500 m à vol d'oiseau mais 8 km par une route en lacets, qui se prolonge encore sur 5 km par le hameau de Villetalle; le finage est assez étendu vers l'ouest, où il monte à 2 517 m au mont Saint-Honorat. Sauze a eu plus de 400 hab. au début du 19e s., un minimum de 40 autour de 1970.

Daluis (130 Daluisiens, 4 003 ha dont 407 de bois), à 670 m, est à 13 km au sud-ouest de Guillaumes par la route qui suit la vallée du Var et franchit les gorges de Daluis. Celles-ci sont dans le finage de Guillaumes, taillées à pic sur 300 m de haut dans les schistes rouges du permien du Dôme de Barrot, et appréciées des amateurs de sports d'eaux vives; saut à l'élastique au pont de la Mariée (80 m de haut). Le finage de Daluis s'étend surtout vers le nord-ouest jusqu'au mont Saint-Honorat; une petite route grimpe du village dans cette direction et dessert de maigres hameaux. On y voit des ruines du château fort; la grande grotte du Chat, à concrétions belles mais fragiles, est fermée aux visiteurs. La population de Daluis est à son minimum depuis 1985.

La partie orientale du canton est plus peuplée et plus active. Péone (690 Péoniens, 4 859 ha dont 957 de bois), jadis en italien Peonne, se tient au confluent du haut Tuébi et du vallon d'Aygue Blanche, à 6 km au NE de Guillaumes, à 1 180 m. Son finage se limite à la crête de l'Alp (2 553 m à la Cime Nègre) et se tient ainsi entièrement hors du Parc du Mercantour. C'est au sud de la commune que s'est établie la station de neige de Valberg, qui y culmine à la Tête du Sapet (1 861 m), mais monte à 2 010 m sur le territoire de Beuil. L'une des toutes premières des Alpes-Maritimes, elle offre 52 pistes de ski alpin et 22 remontées mécaniques, plus 25 km de pistes de ski nordique; elle est gérée par les remontées mécaniques Serm (30 sal.). C'est aussi pourquoi, contrairement aux autres communes du canton, le nombre d'habitants de Peone a assez peu varié sur deux siècles et augmente lentement depuis les 400 hab. de 1954; il s'est accru de plus d'une centaine de personnes entre 1999 et 2006; en outre, Péone affiche 1 700 résidences secondaires. Péone héberge, au centre administratif de Valberg, le siège de la communauté de communes Cians-Var, qui réunit 9 communes et 2 200 hab.

Beuil (340 Beuillois, 7 565 ha dont 2 000 de bois) est à 20 km à l'est de Guillaumes par la route qui traverse Valberg, et à 10 km à vol d'oiseau. Son minimum de population date de 1982 (310 hab.) et la commune a gagné 125 hab. de 1999 à 2004; elle a 840 résidences secondaires. Le village est à 1 450 m d'altitude, à la tête de la vallée du Cians, qui en sort au sud par de belles gorges au fond desquelles se faufile la route vers Nice ou Puget-Théniers. Vers le sud-ouest, Beuil participe à la station de ski de Valberg et en a quelques remontées mécaniques. Vers le nord-ouest, les massifs de Beuil-Valberg sont propices à l'escalade. Au nord, le finage dépasse la crête des Moulinés (2 083 m au mont des Moulinés) et s'étire sur 10 km vers le nord-ouest, sur l'ombrée de montagne de l'Alp où elle possède tout le versant gauche du vallon de Roya, le mont Mounier (2 817 m) et la tête du torrent du Démant, qui descend aussi vers la Tinée. Tout ce secteur est dans le Parc du Mercantour.