Gujan-Mestras

19 000 hab.15 400 hab. (Gujanais) dont 490 à part, 5 399 ha dont 2 404 de bois, commune de la Gironde dans le canton de La Teste-de-Buch, station balnéaire du sud-est du bassin d’Arcachon à 8 km E d’Arcachon, entre La Teste et Le Teich. L'autoroute A 660 traverse le territoire à 3 km au sud du rivage, marquant à peu près la limite de l'urbanisation. Celle-ci comprend un vaste ensemble d’attractions du parc de la Coccinelle et du parc de loisirs de la Hume et d’Aquacity à l'ouest; parc et centre commercial de la Magdelaine au sud; villas et complexe de sports de Chante-Cigale au sud-est.

La ville a un port de plaisance, une maison-musée de l’huître, un collège, un lycée polyvalent, un lycée technique de la mer, maison de repos et convalescence (Korian, 30 sal.), maison de retraite (Auvence, 40 sal.); casino du lac de la Magdelaine (30 sal.) à la Socodem (société d'immobilier et de loisir). Les principales entreprises sont un chantier naval (yachts Couach, 250 sal.), un atelier de mécanique E3M (40 sal.); hypermarché U (170 sal.), Carrefour Market (45 sal.), MrBricolage (30 sal.), BNP (40 sal.), négoces d'articles de sports (Comptoir de la Mer, 30 sal.) et de cosmétiques (Beauty Success, 35 sal.), nettoyage Gnis (50 sal.); restaurant Crescendo (30 sal.). Au sud de l'autoroute, qui dispose de deux échangeurs, a pris place un golf avec des lotissements de luxe; proche de l'aérodrome d'Arcachon-La Teste, dont une fraction est dans la commune.

La partie méridionale de la commune est dans la forêt landaise, mais hors du Parc; elle touche en pointe à la rive nord de l’étang de Cazaux et comprendainsi la partie orientale du périmètre militaire de Cazaux , dans la lande de Téchoueyres. La population de la commune était de 4 000 hab. vers 1900 comme au milieu du 20e siècle; elle est montée à 6 000 en 1965, 8 600 en 1982, 11 400 en 1990 (sdc), puis la croissance s’est encore accélérée et sa population s'est encore accrue de 3 600 hab. entre 1999 et 2008. Le maire de la commune est Marie-Hélène des Esgaux, UMP, avocate, ancienne députée devenue sénatrice en 2008.

La maison Guy Couach est issue d’un chantier naval créé en 1897 et a occupé plus de 300 personnes (250 en 2010). Elle a livré des vedettes appréciées, puis a été reprise en 1996 par le Bordelais Didier Cazeaux (domicilié en Suisse), qui l’a orientée vers les grosses unités à équipement de haut de gamme et fait entrer en bourse (second marché). Plusieurs bateaux sont lancés chaque année, de 21 à 50 m, à des prix allant de 2 à plus de 20 M€, le chiffre d'affaires ayant été de l'ordre de 60 M€ en 2006; le chantier fabrique également des patrouilleurs rapides. Les commandes ayant chuté en 2008, l'entreprise s'est trouvée en redressement judiciaire en 2009; elle a été reprise par F. Vial, patron du groupe des Menuiseries Vial d'Aubagne, sous une nouvelle société basée au Luxembourg, et rebaptisée Chantier Naval Couach (CNC). Toutefois les questions juridiques ne sont pas closes, et l'on s'interroge aussi sur la personnalité des acheteurs ukrainien et russe des premiers «50 m» du chantier (Sud-Ouest du 13 novembre 2010). L'entreprise a pour principal concurrent le groupe Rodriguez, qui a son siège à Cannes et utilise plusieurs chantiers en Italie et en Espagne; ce groupe a également subi une régression des commandes en 2008 et son pdg a été incarcéré en 2010 au titre du grand banditisme, rendant la présidence à son père, fondateur du groupe. D. Cazeaux avait en outre repris l’entreprise du constructeur de motos Voxan à Issoire (Puy-de-Dôme) — elle a fermé en 2010.