Heuchin

580 hab. (Heuchinois), 816 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement d'Arras, dans la petite vallée de la Faux qui descend vers la Ternoise. La commune a une église des 11e-12e s. et un collège public. Sa population n'a guère changé en deux siècles. Le village est le siège de la communauté de communes du pays d'Heuchin, qui groupe 15 communes et 4 200 hab., ce qui en fait le plus petit groupement intercommunal du Pas-de-Calais par la population.

Le canton a 10 900 hab., 32 communes, 18 745 ha dont 1 593 de bois. Il est divisé en deux parties principales, l'une axée sur le chef-lieu et la vallée de la Ternoise, l'autre à l'est dans les collines du Pernois autour de Pernes. Dans la même petite vallée qu'Heuchin, Fontaine-lès-Boulans (90 Fontainois, 562 ha) est à 2 km au nord, alors que Bergueneuse (220 Bergueneusois, 278 ha) prolonge le chef-lieu vers le sud, propose un ensemble Sculptures et Jardins et accueille la fabrique de matériel agricole Fenet (60 sal.).

Juste à l'ouest de Bergueneuse dans un vallon affluent, se niche Équirre (60 Équirrois, 419 ha), qui a eu plus de 200 hab. au 19e siècle, comme Fontaine. Prédefin (200 Prédefinois, 382 ha) est sur le plateau à 3 km au NNO d'Heuchin; elle était à 400 hab. vers 1870. Lisbourg (580 Lisbourgeois, 1 777 ha), à la tête d'une commune plus étendue et qui était montée à 1 200 hab. en 1841, est à 6 km au NO du chef-lieu dans la haute vallée de l'Aa, qui y a ses sources et coule ici en direction du sud-ouest, en amont du coude de Verchin; motte féodale, travaux publics Baude-Billet (60 sal.). Sa population diminue encore un peu.

Trois villages se tiennent sur le plateau à l'est du chef-lieu. Fiefs (400 Fieffois, 1 097 ha), au nord à 6 km NE d'Heuchin, desserre son habitat sur plusieurs chemins et atteint le point culminant du canton, à 196 m; arboretum. Sains-lès-Pernes (280 Sanctanois, 420 ha) est à 7 km à l'est du chef-lieu, et a une église inscrite (15e s.); la décroissance de sa population est continue depuis les 450 hab. de 1831. Tangry (240 Tangriois, 484 ha) en continue l'habitat au sud et retient mieux ses habitants depuis 1980; transports Surelle (45 sal.). Un peu plus à l'est, Sachin (310 Sachinois, 590 ha) et Pressy (290 Percialquois, 433 ha) se cachent dans des têtes de vallons qui entament le grand talus bordier des collines de l'Artois. Sachin est passée de 175 à 240 hab. entre 1982 et 1990 et a gagné 60 hab. depuis,tandis que Pressy décline un peu.

Les deux débouchent sur Pernes (1 700 Pernois, 458 ha), gros village sur la Clarence au pied du talus, et la commune la plus peuplée du canton, sur la D 916; deux anciennes brasseries y sont signalées. Pernes a un collège public, quelques commerces dont un magasin Carrefour (25 sal.), les transports Prin (30 sal.), une maison de retraite et le siège de la communauté de communes du Pernois, qui réunit 18 communes et 6 800 hab.; sa population est passée de 1 100 hab. en 1900 à 1 700 en 1962, mais est descendue à 1 500 en 1982, avant de reprendre un peu puis de se stabiliser.

Six petits villages se tiennent au pied du talus au nord-ouest de Pernes, et partagent leur finage entre la plaine et le talus: successivement à partir de Pernes Floringhem (880 Floringhemois, 465 ha), Aumerval (200 Aumervalois, 342 ha), Bailleul-lès-Pernes (390 Bailleulains, 349 ha), qui a une église inscrite du 17e s. et des ruines castrales, puis Nédon (170 Nédonnois, 489 ha dont 184 de bois), Nédonchel (240 Nédoncelois, 389 ha) et Fontaine-lès-Hermans (110 Hermanifontains, 380 ha) au bord de la Nave; Fontaine est à 7 km NO de Pernes, et 10 km au NE d'Heuchin. Toutes ces communes ont vu leur population augmenter récemment. Floringhem aurait même gagné 180 hab. de 1999 à 2010, mais elle avait déjà eu 800 hab. en 1962. Nédonchel a une maison de retraite. Nédon contient au sud-ouest le bois de Bailleul.

Deux autres communes sont au sud de Pernes dans un vallon affluent de la Clarence, qu'emprunte la voie ferrée qui vient de Saint-Pol-sur-Ternoise: Marest (270 Marestois, 316 ha) à 1 500 m de Pernes et Bours (590 Boursicotiers, 1 184 ha) à 3 km, «village de charme» qui a un donjon classé du 14e s. à plusieurs tourelles rondes et dont le centre est prolongé au sud par le hameau de Monneville; discothèque Keswest (45 sal.); la population de Bours est restée sensiblement stable au cours du 20e siècle, avec un maximum de 700 hab. en 1906 et un minimum de 510 hab. en 1975.

Quatre communes sont sur le plateau à l'angle sud-est du canton, dont le drainage se fait en direction du sud-ouest vers la Ternoise. Valhuon (590 Valhuonnais, 917 ha) est sur la D 916 à mi-chemin (7 km) de Pernes et de Saint-Pol; elle a été dotée de deux éoliennes (4 MW) et elle a gagné 110 hab. de 1999 à 2010. Huclier (120 hab., 332 ha) et Conteville-en-Ternois (90 Contevillois, 229 ha) sont de minuscules villages à l'ouest de Valhuon. Conteville n'a allongé son nom qu'en 1987. Hestrus (250 Hestrusiens, 780 ha) est un village-rue à 4 km ONO de Valhuon et 8 km ESE d'Heuchin, qui a eu 560 hab. dans les années 1830.

Également à l'est et au sud-est du chef-lieu, Boyaval (140 Boyavalois, 538 ha) et Eps (260 Epsois, 687 ha) se tiennent dans le vallon de la rivière d'Eps, qui descend vers la Ternoise; Boyaval est à moins de 3 km à l'est d'Heuchin, Eps 2 km en aval, complétée par le hameau d'Herbeval à l'est. Eps a un clocher (inscrit) du 16e s. et aurait gagné 70 hab. entre 1999 et 2010.

Le sud du canton se divise en cinq villages de la vallée de la Ternoise, qu'emprunte la voie ferrée entre Hesdin et Saint-Pol-sur-Ternoise, un au sud sur le plateau. Monchy-Cayeux (300 hab., 622 ha) est à 6 km au SE d'Heuchin et éparpille ses maisons le long de la Ternoise; elle a un château avec parc et un verger-conservatoire. Anvin (810 Anvinois, 783 ha) est juste en aval, à 4 km au sud du chef-lieu et au confluent de la Faux. Elle a été dotée d'une gare et a une église (inscrite) du 15e s. Elle abrite une papeterie (Abzac, 45 sal.) et un transporteur (Lombart, 35 sal.). Sa population progresse depuis 1975 et a gagné 60 hab. entre 1999 et 2010.

Teneur (290 Teneurois, 685 ha) est à 5 km au sud-ouest d'Heuchin sur la rive droite de la Ternoise. Un peu en aval, se font face Tilly-Capelle (160 Tilliaciens, 631 ha) sur la rive droite et Érin (200 Érinois, 636 ha) sur la rive gauche. Fleury (90 Fleuryacois, 275 ha) est la seule sur le plateau au sud de la rivière, 3 km au sud d'Anvin; elle a gagné 40 hab. de 1999 à 2010 (+45%).