Hombourg-Haut

8 000 hab. (Hombourgeois), 1 225 ha dont 328 de bois, commune de la Moselle dans le canton de Saint-Avold-2, 7 km ENE du chef-lieu; Oberhomburg en allemand. La ville occupe un site très accidenté par la vallée de la Rosselle, qui s’encaisse ici dans le plateau qui domine le Warndt. L’habitat se divise entre les fonds de vallée et de vallons, les buttes-témoins au nord de la Rosselle (les Chênes) et, plus au nord, la plaine du Warndt dans la forêt de Zang, où se sont construites plusieurs cités ouvrières, entre les anciens charbonnages de Merlebach et les usines de Carling. La cité des Chênes, sur le relief au nord, est classée parmi les zones sensibles, ainsi que la cité de la Chapelle, plus au nord-est, qui est partagée avec Freyming-Merlebach. L’autoroute A 4 tranche entre les cités, tandis que la N 3 se faufile dans la vallée.

La commune est en effet surtout résidentielle. Fortifiée au 13e s. par les évêques de Metz, la vieille ville est juchée sur une longueet étroite butte dominant la rive gauche de la Rosselle. Elle a conservé des restes de remparts et une porte, et une collégiale gothique. Elle a intégré en 1811 les teritoires de Hellering et Hombourg-Bas, villages de rive droite en face de la butte. Elle est dotée d’un collège public (400 élèves) et organise un festival international de musique classique, en hommage au compositeur local Théodore Gouvy (1819-1898), qui était d’une famille de maîtres de forges; maison de retraite; négoce de meubles (Filliung, 25 sal.), nettoyage urbain Onyx (35 sal.).

Hombourg a eu sa première grande forge en 1758, par les De Wendel; ils y bâtirent en 1765 le château classique d’Hausen, qui subsiste, après nombre de vicissitudes, avec un beau parc; il servit de 1946 à 1999 au conseil d’administration des Houillères du Bassin de Lorraine (HBL), devint ensuite la propriété d’un club d’entrepreneurs dont toutefois les HBL détenaient 55%, et fut finalement cédé en 2003 à la municipalité en 2004, qui y a transféré l’hôtel de ville. La commune a eu plus de 2 000 hab. dès 1836 et s’est maintenue à ce niveau jusqu’en 1939; puis sa population a bondi à 4 600 hab. en 1954, a dépassé 10 000 dès 1962, avant de diminuer; elle se serait réduite de 1 600 hab entre 1999 et 2008 (-17%). Hombourg-Haut adhère à la communauté de communes de Freyming-Merlebach.