Igny

10 700 hab. dont 540 à part, 382 ha, commune de l'Essonne dans le canton de Palaiseau, au nord du chef-lieu. Le territoire, de forme plutôt ramassée, est bordé au nord-est par la rive droite de la Bièvre. Le Bourg, dont l'église du 13e s. est inscrite, est à ses abords, assorti de l'imposante école d'horticulture Saint-Nicaise, établie en 1862 comme orphelinat catholique horticole, et qui a le statut de lycée horticole privé. Le Bourg est encadré par la N 444 et la voie ferrée vers Jouy-en-Josas, qui y a une gare du RER C.

Le nord-ouest de la commune est occupé par les Bois Communaux, à l'extrémité orientale du plateau de Saclay. À l'exception de la petite zone d'activités triangulaire de la Vieille Vigne à l'est, et d'un groupe d'HLM Igny 2 vers l'est du grand quartier méridional de Gommevilliers, tout le reste du territoire, dans la plaine élargie au confluent de la Bièvre et du Vauhallan, est couvert de pavillons, en continuité avec Palaiseau au sud mais en rupture avec Massy au sud-est.

La ville a un collège public et quelques entreprises notables: fonderie de zinc et zamak Ami (IPM, 100 sal.), métallerie CTM Laser (35 sal.), informatique Archos (100 sal.), travaux publics Eiffage (380 sal.), nettoyage Millenium (50 sal.). De 600 hab. vers 1850, la population est montée à 1 600 en 1900, 3 600 en 1936, puis 5 500 en 1962, 9 100 en 1975; la croissance se poursuit mais à un rythme ralenti.