Ille-sur-Têt

5 340 hab. (Illois), 3 167 ha dont 133 de vignes, commune des Pyrénées-Orientales dans le canton de Vinça, 24 km à l'ouest de Perpignan sur la rive droite de la Têt; Illa de Tet en catalan. La ville a bien tiré parti de sa large véga irriguée aux nombreux vergers de cerisiers, abricotiers et surtout pêchers, et de ses cultures maraîchères. Le centre témoigne de l'ancienneté de cette richesse, qui se marque aux trois enceintes successives de la ville, dont il reste maint témoin, et à la cinquantaine d'hôtels particuliers des 17e et 18e s. que l'on y recense; cela vaut à Ille d'être au centre d'une appellation «villes et pays d'art et d'histoire», avec musée d'art sacré. Le grand et vénérable hospice abrite les fresques de l'ancienne église de Casenove, objets d'un scandale public: vendues hâtivement par la commune en 1954 à un particulier avide (le maire a dû démissionner peu après), elles n'ont été retrouvées qu'en 1978 au musée de Genève, dont elles n'ont pu revenir que vingt ans après. L'hospice voisine avec l'ancienne église romane de la Rodona; grosse église romane à clocher-tour carré fortifié.

La commune occupe toute la plaine et monte sur les deux versants; au nord se dressent de célèbres cheminées de fées dites parfois «orgues d'Ille», sculptées par l'érosion et coiffées de gros galets qui les ont protégées dans un remplissage d'argiles tendres du plio-villafranchien aux belles couleurs d'ocre jaune; donjon dans l'ancien village de Casenoves. Le bourg a une gare, un collège public, un musée départemental des sapeurs-pompiers, une maison de retraite médicalisée; supermarché Carrefour (75 sal.), taxis et ambulances ICA (45 sal.). La commune avait 3 500 hab. en 1876; descendue à 3 200 entre 1911 et 1926, elle a augmenté sa population ensuite, puis plafonné de 1968 à 1982 et décliné un peu ensuite; elle a repris 290 hab. de 1999 à 2009. Elle est le siège de la communauté de communes de Roussillon-Conflent (15 communes, 15 000 hab.).

Juste au sud, à 3 km, Saint-Michel-de-Llotes (Sant Miquel de Llotes, 300 hab., 864 ha dont 399 de bois), dont l'habitat est très dispersé, a depuis 1994 un musée de l'agriculture catalane riche et réussi; llotes évoque sans doute la boue; église romane, dolmen.