Isbergues

9 400 hab. (Isberguois) dont 120 à part, 624 ha, commune du Pas-de-Calais à l’extrémité orientale du canton de Norrent-Fontes, 5 km au sud-est d’Aire-sur-la-Lys. Elle avait 800 hab. vers 1870, puis a bondi à 2 200 en 1886 et 4 000 en 1911 ; elle a ensuite lentement progressé, puis a été agrandie en 1996 par la fusion avec Molinghem à l’ouest et Berguette au sud, qui lui ont apporté respectivement 3 200 et 2 000 hab. Molinghem avait 3 100 hab. en 2006, Berguette 2 000, toutes deux avec un statut de commune associée. Au total, Isbergues semble avoir perdu 580 hab. de 1999 à 2010. La ville a un collège public, un institut médico-éducatif (60 places), deux centres d’aide par le travail. L’agglomération est au bord du canal d’Aire à La Bassée, agrandi en Dunkerque-Escaut, et le finage mord au nord-est sur la plaine de la Lys, mais sans atteindre la rivière. Isbergues est le siège de la communauté de communes Artois-Flandres, qui rassemble 14 communes et 17 400 hab.

La croissance d’Isbergues a été liée à l’installation d’une aciérie «sur l’eau», dès 1881, devenue aciérie électrique, qui eut jusqu’à 4 000 salariés dans les années 1970 avant d’être divisée en deux unités. L’une, spécialiste de l’acier inoxydable, est passée à Arcelor puis Arcelor-Mittal, affiche 860 sal. en 2013 et se complète d'un négoce de métaux Aperam (groupe Arcelor, 95 sal.). L’autre usine, spécialiste des tôles à grains magnétiquement orientés depuis 1955, devenue UGO (Usinor Grains Orientés), est passée en 2000 au groupe Thyssenkrupp (610 sal.). Isbergues a aussi un atelier de mécanique Endel (25 sal.), un supermarché Carrefour 45 sal.), des entreprises de couverture Detam (35 sal.) et de travaux publics Eurovia (70 sal.), et une gare.