Lasalle

1 080 hab. (Lasallois), 1 010 ha dont 690 de bois, chef-lieu de canton du département du Gard dans l'arrondissement du Vigan, 17 km à l'ouest d'Anduze dans la vallée de la Salindrenque, affluent du Gardon de Saint-Jean. La bourgade a de belles maisons anciennes et des témoins de filatures de soie abandonnées, un grand temple protestant, un vieux pont du 16e s.; boulangerie Fabaron Le Cévenol (25 sal.). Son finage abrite plusieurs châteaux, dont Cornély, reconstruit après 1944, Calviac (16e s.), et Solier de Clairou, néo-féodal du 19e s. «à la Walter Scott». La commune a dépassé 2 500 hab. au milieu du 19e s.; elle en conservait 2 300 en 1901 et la population a décliné jusqu’au niveau actuel, atteint dès 1975; elle a repris 40 hab. de 1999 à 2009.

Le canton a 3 100 hab. (2 800 en 1999), 9 communes, 12 716 ha dont 9 140 de bois et garrigues; il s’élève à l’ouest jusqu’à 1 178 m au Fageas, dans le petit massif du Liron, où naît la Salindrenque dans la commune de Soudorgues (280 Soudorguais, 2 570 ha dont 1 940 de bois), dont le village, à 600 m, communique avec la Vallée Borgne par le col du Mercou (570 m), et a gagné 40 hab. de 1999 à 2009. Juste à l’est de Lasalle, la très petite commune de Saint-Bonnet-de-Salendrinque (90 Bonnetains, 359 ha dont 127 de bois), dont l’orthographe officielle est fautive (on écrit habituellement Salindrenque), conserve le château féodal et donjon du Castellas.

Thoiras (430 Thoirassiens, 2 289 ha dont 1 849 de bois), 10 km au NE de Lasalle, est au confluent de la Salindrenque et du Gardon, et accueille les travaux publics et réseaux de la Régionale de Canalisations (30 sal.); la commune s'est accrue de 70 hab. depuis 1999. Au sud du finage sont les traces des mines de métaux non ferreux de Vieille-Montagne, voisines de celles de Pallières à Saint-Félix-de-Pallières (230 Saint-Félisiens, 1 887 ha dont 1 416 de bois), 12 km SE de Lasalle, et déjà exploitées par les Celtes.

Monoblet (670 Monoblétois dont 50 à part, 2 133 ha dont 1 406 de bois), 9 km SE de Lasalle, a une institution pour enfants spécialisée; la population communale augmente depuis 1975 (440 hab.); le village, qui a gagné 80 hab. après 1999, est le siège de la communauté de communes Cévennes-Garrigues (15 communes, 8 500 hab.). La vallée de la Salindrenque est dite parfois «val d’Émeraude». Le sud du canton est tributaire du bassin du Vidourle.