Levallois-Perret

63 300 hab. (Levalloisiens) dont 420 à part, 241 ha, chef-lieu de canton des Hauts-de-Seine dans l'arrondissement de Nanterre, 7 km à l'est de la préfecture. Le nom de la commune associe ceux de deux promoteurs, Nicolas Levallois et Jean-Jacques Perret, qui ont lancé l'urbanisation du territoire, le second ayant à peine eu le temps de spéculer sur des terrains dans les années 1820, le premier ayant assuré les nouveaux lotissements à partir de 1840, sur des terres de Clichy et de Neuilly-sur-Seine. L'ensemble a été promu commune en 1867 sous le nom de ces deux personnages, un cas exceptionnel en France.

Le territoire occupe un quadrilatère au nord-ouest de Paris sur la rive droite de la Seine. Il est délimité au sud-est par le boulevard périphérique de Paris, au-delà des portes de Champerret et d'Asnières; au nord-ouest, par la Seine, face à Courbevoie; au nord-est, par le faisceau de voies ferrées issu de la gare Saint-Lazare, doté de la gare de Clichy-Levallois; au sud-ouest, par la rue de Villiers, qui le sépare de Neuilly-sur-Seine. Il comprend la pointe aval de l'île de la Grande Jatte, ornée d'un parc, d'un rucher localement célèbre, de la Maison de la Pêche et de la Nature, et qui soutient le pont de Levallois, seul pont routier de la commune.

La ligne 3 du métro, qui suit le tracé de la rue Anatole-France, parallèle à la rue de Villiers, est jalonnée par les stations Louise-Michel, Anatole-France et Pont de Levallois-Bécon, son terminus. Le parc de la Planchette et, plus petit, celui de l'Hôtel de ville, sont au centre de la commune, très densément bâtie mais très fleurie (quatre fleurs, grand prix). De vastes opérations immobilières sont en cours dans le quartier Collange, sur le Front de Seine et dans le quartier Eiffel au sud-est; celui du Front de Seine doit recevoir deux tours d'une quarantaine d'étages (164 m de haut), des bureaux et un centre commercial de haut de gamme.

La ville a trois collèges et un lycée public, un collège privé, un centre d'aide par le travail, et accueille l'École supérieure des techniques aéronautiques et de construction automobile (ESTACA); l'hôpital privé Notre-Dame du Bon Secours offre 130 lits, l'hôpital Anglais Hertford 90 lits, la clinique Pereire 75 lits, et Levallois-Perret a aussi deux grandes maisons de retraite de 100 et 180 places.

La ville se distingue par la place des activités d'édition et d'articles de luxe, et par l'implantation de sièges sociaux: elle enregistrerait 6 400 salariés de sociétés de conseil et de publicité, 5 800 dans l'ingénierie et l'informatique, 3 600 dans l'administration d'entreprises et 2 700 dans les activités financières, 2 700 dans l'édition de revues et périodiques, 1 800 dans les médicaments. Elle est le siège du groupe Lagardère qui comprend l'édition de revues Hachette-Filipacchi (1 000-2 000 sal.), Lagardère Digital (100-200 sal.), les films Lagardère Media Consulting (100-200 sal.) et Disney Hachette pour le Witch Mag (100-200 sal.); ainsi que des éditions Francis Lefebvre (200-500 sal.), Lefebvre-Sarrut (200-500 sal.) et IMP du groupe Lefebvre (100-200 sal.), de PGP (Les Publications Grand Public, 100-200 sal.) du groupe allemand Axel Springer, éditant Télé-Magazine et Vie Pratique, et du groupe de conseil en communication Le Public Système (100-200 sal.).

Elle est également le siège du groupe L'Oréal (200-500 sal.), qui apparaît aussi par les parfums Lancôme (200-500 sal.) et la distribution (200-500 sal. et 100-200 sal.), de Guerlain (200-500 sal.) et Givenchy (200-500 sal.) du groupe LVMH, des médicaments Sandoz (200-500 sal.), des lingeries DIM (500-1 000 sal.) et Playtex (100-200 sal.) appartenant au fonds états-unien Sun Capital, ainsi que des chaussettes et bas Thuasne (100-200 sal.). Elle héberge les sièges des Chantiers de l'Atlantique (Alstom Marine, 200-500 sal.), de BASF-France (200-500 sal.), de Butagaz (100-200 sal.), ainsi que les entreprises d'ingénierie Sofrat (100-200 sal.) et d'informatique Honeywell (500-1 000 sal.), UTI Group (200-500 sal.), Alstom Info Technology Centre (100-200 sal.), Devoteam (100-200 sal.), VSC (100-200 sal.), les sondages Médiamétrie (200-500 sal.).

Dans le domaine financier se signalent la BNP (100-200 sal.) et le crédit Cetelem (groupe BNP, 1 000-2 000 sal.), Credipar (100-200 sal.), les assurances GMF (plus de 1 000 sal.), Atradius (200-500 sal., néerlandais), Albingia (100-200 sal.), Marsh (100-200 sal.), Zurich (100-200 sal.) et les conseils et traitements Dynapost (1 000-2 000 sal.), Alma (200-500 sal., PRG Schultz (100-200 sal.), les comptabilités KPMG (200-500 sal.) et Constantin (200-500 sal.), le secrétariat Reunica (500-1 000 sal.) et les gestions immobilières Atisreal (groupe Auguste Thouard, 200-500 sal.), France-Habitation (500-1 000 sal.), OPDH92 (500-1 000 sal.), Omnium de gestion immobilière de l'Île-de-France (100-200 sal.), L'Immobilier Externe (Evolis, 100-200 sal.), Bouwfonds Marignan (100-200 sal.), Citadines (100-200 sal.).

Sont aussi à Levallois-Perret le travail temporaire CL Innovation Santé (Selitis, visite médicale externalisée, 500-1 000 sal.) et Medic Services (100-200 sal.), les télécommunications Netsize (100-200 sal.), les négoces de systèmes de freinage pour automobiles Honeywell (2 000-5 000 sal.), de pharmacie Astellas (100-200 sal.) et Grunenthal (100-200 sal.), de matériel informatique Epson (100-200 sal.), d'électronique Areva T&D (100-200 sal.), de vêtements Armand Thierry (200-500 sal.) et Morgan (100-200 sal.), la vente par correspondance Beauté Créateurs (100-200 sal.), le gardiennage Aspitec (100-200 sal.), un centre Leclerc (100-200 sal.), la publicité Walter Thompson (100-200 sal.), un centre d'appels The Market Group (Hightouch, 100-200 sal.), un hôtel Evergreen Laurel (100-200 sal.), le nettoyage René Julien (100-200 sal.) et la collecte d'ordures Sita (100-200 sal.).

Levallois-Perret avait déjà 15 800 hab. au moment de sa création comme commune; sa population a atteint 61 900 hab. dès 1906, est passée par un maximum de 75 100 en 1926, a diminué ensuite jusqu'en 1990 où le recensement n'a trouvé que 47 500 hab., et aurait repris 15 000 hab. depuis, ce qui laisse perplexe sur ces données officielles. La majorité municipale a souvent changé: socialiste de 1919 à 1938, gaulliste de 1947 à 1965, communiste de 1965 à 1983, elle est à droite depuis, sous la direction de Patrice Balkany (UMP), avec toutefois une interruption (1995-2001) liée à des difficultés judiciaires mais où le pouvoir était resté à la droite. Les 2 cantons ont 67 100 hab., incluant une fraction de la commune de Clichy; l'un est tenu par Isabelle Balkany, le canton Sud par une autre UMP (Danièle Dussaussois). Le nom de levalloisien a été donné à une culture du très ancien paléolithique, en raison de la découverte d'outillages sur le sol de la commune, témoignant d'une méthode élémentaire de taille d'éclats.