Levier

2 160 hab. (Lévitiens) dont 230 à part, 3 760 ha dont 2 022 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l’arrondissement de Pontarlier, 21 km à l’ouest de celle-ci sur le second plateau du Jura vers 720 m. Cet ancien village-rue sur la route de Dole à Pontarlier est un petit centre local, avec hôtel de ville et halles de 1860; l'atelier d’équipement automobile Bosch ex-Bendix, qui fit des freins à disques, a fini par fermer; travaux publics Cuénot (45 sal.), espaces verts France Clôture Envirionnement (45 sal.), petite fromagerie et industrie du bois; collège privé et école d’agriculture.

La commune contient une forêt domaniale de 1 400 ha, dont on a jadis tiré des mâts de marine, et où s’offre à la visite le parc animalier de Rondé; musée du cheval de trait. Levier avait 1 400 hab. en 1900, un peu moins en 1954; elle a absorbé le très petit village de Granges-Maillot, au NNE, en 1974 et sa population a crû jusqu’en 1990, puis a augmenté encore de 130 hab. entre 1999 et 2008. Levier est le siège de la communauté de communes Altitude 800 Espace Levier Val d’Usiers, qui réunit 11 communes et 5 500 hab.

Le canton a 8 600 hab. (7 700 en 1999), 15 communes et 28 981 ha dont 10 674 de bois; il est limitrophe du département du Jura. Ses altitudes se tiennent autour de 800 m et il culmine à 911 m. À l’ouest, il est surtout occupé par des forêts, dont la présence a justifié le baptême d’une «route des Sapins» entre Levier et Champagnole (42 km), qui passe par le petit village-clairière de Villers-sous-Chalamont (290 hab., 2 218 ha dont 1 627 de bois), 10 km au SO de Levier à 710 m. Villeneuve-d’Amont (300 Vermacelés, 1 427 ha dont 792 de bois), à 8 km à l’ouest de Levier, est tout près de la source du Lison, sur la route de Salins; elle abrite un institut médico-éducatif et une partie de la forêt domaniale de Levier, ainsi que les transports Jeanneret (20 sal.).

Au sud, le territoire cantonal déborde sur la haute plaine de la Chaux d’Arlier, entre Frasne et Pontarlier. La principale commune hors du chef-lieu est la bourgade de Frasne, au sud-est. Courvières (250 Couviras, 1 094 ha dont 320 de bois), proche de Frasne à 4 km ONO et à 825 m d’altitude, accueille la scierie Regnaud (30 sal.). Boujailles (430 Boujaillons, 2 822 ha dont 743 de bois) est une grande commune du plateau, à l'est de la Route des Sapins, qui atteint au sud la forêt de la Joux; marais de la Seigne et arboretum au nord-est; petit hameau de la gare de Boujailles à 4 km au sud; la commune s'est accrue de 60 hab. entre 1999 et 2008.

Au nord-est du canton, trois villages proches et de population quasi égale forment comme une agglomération du Val d’Usiers au pied d’un relief SO-NE qui monte à 919 m dans le bois des Raffours: Sombacour (590 Sombacourtois, 1 930 ha dont 821 de bois), à 750 m, dominée par le mont Calvaire et son calvaire, édifié de 1895 à 1956; Bians-les-Usiers (570 Biannais, 1 401 ha dont 241 de bois) au centre, à 745 m, où sont établies la fromagerie Napiot (30 sal.) et la minoterie Dornier (aliments du bétail, 30 sal.), les transports Colinet (20 sal.) plus un élevage de chiens; Goux-les-Usiers (670 Romés, 1 763 ha dont 459 de bois) au nord-est à 720 m, où est la discothèque Monte-Cristo III (25 sal.). Le Val d’Usiers se suit topographiquement jusqu’aux sources de la Loue au nord-est, et encore un peu au-delà. Sombacour a gagné 50 hab. de 1999 à 2008, Goux 110.

Septfontaines (300 hab., 1 837 ha dont 455 de bois) occupe une large part du plateau de Levier; le village est à 7 km au NE du chef-lieu, à 760 m, et le finage contient la Baume de Septfontaines (grotte); la commune s'est accrue de 40 hab. après 1999. Évillers (330 hab. 1 302 ha dont 426 de bois), plus loin au NE, a une entreprise de travaux publics du groupe Sacer (Lacoste, 40 sal.).