Libourne

24 400 hab.(Libournais) dont 690 à part, 2 063 ha dont 511 de vignes, sous-préfecture de la Gironde sur la Dordogne, à 37 km NE de Bordeaux. Libourne a d’abord été une bastide, créée en 1270 comme port par le sénéchal anglais Leyburn, d’où vient son nom; la marée et le mascaret s’y font sentir et le port y a longtemps traité sel, grains et vins. La ville est située sur la N 89 (E 70) et la voie ferrée Paris-Bordeaux; elle a un vieux centre intéressant dessiné en damier à l'intérieur d'un polygone de boulevards, avec grand-place à arcades et marché, hôtel de ville de 1429; médiathèque, musée des beaux-arts et d’archéologie; hôpital de 575 lits plus un service de 80 lits, cliniques (80 sal.)et hôpital privé (80 lits), plusieurs lycées et collèges publics et privés; hippodrome; chapelle de Condat (11e et 15e s.), du Pintey (18e s.). Libourne est le siège de la communauté de communes du Libournais (6 communes). La population de la commune a assez peu évolué: 19 200 en 1901, 19 500 en 1936, 19 800 en 1962, 22 000 en 1982 et 21 800 en 1999 (sdc); mais elle aurait augmenté de 2 000 hab. entre 1999 et 2008.

Le finage est limité au sud par le cours de la Dordogne, qui dessine un grand méandre resserré. Àu nord-ouest, l'Isle sert de limite; la plaine de l'Isle accueille un vaste plan d'eau artificiel des Dagueys (450 ha) rectiligne nord-sud sur 2 km, qui propose une plage et des sports nautiques. La voie ferrée Paris-Bordeaux longe le centre-vile par l'est, tandis que l'A 89 évite presque compl!tement le territoire libournais. Au nord, l'urbanisation des Charruauds est presque entièrement séparée de celle de la ville à la hauteur des châteaux Mazeyres (30 ha de vignes d'aoc pomerol, à la Société Générale) et du Pintey (J. de Coninck), et prolongée au nord par une zone industrielle.

À l'est, Libourne conserve quelques étendues de vignobles où sont l'hippodrome de Cantereau, le hameau de Catusseau partagé avec Saint-Émilion, les châteaux de Sales (17e s.) à l'extrême nord, le plus étendu de l'appelation Pomerol (48 ha), puis Marzy (7 ha), Nenin (25 ha), Plince (10 ha), Ferrand (20 ha), Taillefer (13 ha), du Tailhas (11 ha). La partie sud-est du territoire associe des lotissements de pavillons, des ensembles d'HLM, des entreprises et des châteaux viticoles, ou qui le furent, comme Cruzeau (16e s., 5 ha), Martinet (25 ha, famille de Lavaux), Quinault (15 ha) et Gueyrosse (5 ha) au bord de la Dordogne.

La ville a reçu une École nationale des officiers de réserve et de santé des armées et, surtout, elle est le centre de services des riches vignobles de Saint-Émilion, Pomerol et du Fronsadais. Elle a un assez large éventail d’emplois industriels: produits vétérinaires Sanofi (CEVA, 520 sal.), appareillages électriques de moyenne tension Merlin-Gérin et Schneider-Electric (SFCME, 220 sal.), plastiques et mousses Carpenter (40 sal.), trois imprimeries de 80, 60 et 35 emplois (GIP, Lis 33, Sadima-étuqettes) plus un imprimeur-éditeur (Saint-Vence Elipsie, 30 sal.) et un journal (Le Résistant de Libourne, 45 sal.).

Dans les commerces et services, négoces de boissons Moueix (120 sal., Janoueix (45 sal.), Audy (30 sal.), embouteillage Bergeron (60 sal.), d'appareils ménagers Thuillier (40 sal.) et Boulanger (35 sal.), de vêtements Arena (45 sal.) de cosmétiques Beauty Success (35 sal.) plus deux hypermarchés Carrefour (240 sal.) et Leclerc (160 sal.), Intermarché (40 sal.), Galeries Lafayette (30 sal., transports par cars Citram (45 sal.), transports DSV (45 sal.); travaux publics et réseaux Fayat (210 sal.), Guiintoli (140 sal.), EHTP (40 sal.), taille de pierres Barousse (45 sal.). Dans les services apparaissent aussi deux cabinets de conseil et comptabilité BSF (70 sal.), Sageco (65 sal.), Kermeel (40 sal.); informatique La Librairie électronique (40 sal.); ABC Intérim (45 sal.), services à domicile Adhap (35 sal.), publicité Adrexo (120 sal.), nettoyage Mamont (40 sal.); club de sports FC Libourne (35 sal.).

L’arrondissement de Libourne a 145 600 hab. (131 600 en 1999), 129 communes, 9 cantons, 128 300 ha, et touche aux départements de la Charente-Maritime, de la Dordogne et du Lot-et-Garonne; il empiète un peu au sud sur l’Entre-Deux-Mers. Le canton de Libourne a 10 communes et 40 400 hab. (36 400 en 1999) sur 13 620 ha. De forme assez contournée, il contient la basse vallée de l’Isle, les principales collines viticoles entre Isle et Dordogne en amont du confluent (Saint-Émilion, Pomerol et Lalande-de-Pomerol), et un long appendice sur la rive gauche en aval, incluant Izon, Vayres et Arveyres. L’aire urbaine n’est pourtant donnée que pour 31 700 hab., l’unité urbaine pour 28 100 hab.

Les trois autres communes sont dispersées. Cadarsac (260 hab., 228 ha dont 172 de vignes) est à 10 km SSO de Libourne au-delà d'Arveyres; le village, où est une église inscrite du 12e s., longe le pied du coteau d'un ancien méandre de la Dordogne; le vignoble s'étend à la fois sur le plateau et dans la plaine, où est un large lac de gravière, longé au nord par la D 18 qui fixe la limite de la commune. Saint-Sulpice-de-Faleyrens (1 600 hab. dont 110 à part, 1 817 ha dont 898 de vignes) est à 7 km au au sud-est de Libourne, au sud de Saint-Émiiion; le finage se limite à la plaine de rive droite de la Dordogne, élargie par un grand coude de la rivière; menhir de Pierrefitte à l'extrémité nord-ouest, église du 12e s. À l'extrême sud, le Port de Branne est un hameau de pont face à Branne, où passe la D 936, ancienne route nationale 136. La commune abrite de nombreux petits châteaux viticoles dont Monbousque (33 ha, G. Perse), Roc de Boisseaux (8 ha), Plaisance (11 ha, D. Egan), les Gravières (5 ha).

Les Billaux (1 100 Billaudais, 626 ha) est un village juste au nord de Libourne, dont l'habitat se prolonge sur tout le rebord de la terrasse alluviale nord de Libourne, rejoignant les Eymerits de Saint-Denis-de-Pile. Au sud, le quartier du Pont de Guîtres fait la transition avec les Charruauds de Libourne. Le finage de Lalande-de-Pomerol, juste à l'est, est tout près de ce couloir d'urbanisation et ne laisse que 40 ha de vignes aux viticulteurs des Billaux. Au contraire, le finage s'étend dans la plaine à l'ouest, où il est borné par le cours de l'Isle. La plaine est traversée par l'autoroute A 89 qui y a un échangeur, et constellée d'étangs de gravières. La commune a gagné 230 hab. de 1999 à 2008.