Lignières

1 600 hab. (Lignérois), 2 188 ha dont 900 de bois, chef-lieu de canton du Cher dans l'arrondissement de Saint-Amand-Montrond, 45 km au SO de Bourges, au bord de l'Arnon. Son nom vient du lin et s'est longtemps écrit Linières. Ancienne place forte, le village s'orne de halles en bois du 16e s. et d'un beau château classique de Le Vau (1660), avec grande galerie, jardins de Le Nôtre et parc à l'anglaise du 19e s.; festival de chansons françaises en mai; supermarché Carrefour (20 sal.), travaux publics et agricoles (Bernadeau, 50 sal.), GeoBTP (20 sal.) et ETPRC (20 sal.). Le grand étang de la Chelouze (site Natura 2000) est au nord-est du village, et plusieurs bois se voient à l'est de la commune. Celle-ci a un collège public et une maison de retraite (75 places); elle a eu plus de 3 000 hab. dans le dernier quart du 19e s. et se dépeuple encore.

Le canton a 4 100 hab. (4 300 en 1999), 9 communes et 26 241 ha dont 5 742 de bois; limitrophe du département de l'Indre, il associe des paysages de Champagne berrichonne et du Boischaut; il est traversé du sud au nord par l'Arnon. À 10 km NO du chef-lieu, le village de Chezal-Benoît (890 hab., 4 646 ha dont 2 500 de bois), est entouré de bois, dont les forêts domaniales de Chœurs (1 918 ha en tout) et de Bommiers (4 537 ha en tout), au sein desquelles est l'étang des Trois Biches (10 ha). Une ancienne abbaye bénédictine classée (11e s.) est à l'orée du village, aménagée en hôpital psychiatrique de 1 200 places relié à Bourges; la motte féodale de la Croisette conserve une tour; moulin à vent restauré de Nouan-la-Croisette (1810). La commune s'est agrandie vers le nord en 1853 en intégrant Dampierre, et sa population s'est accrue jusqu'en 1968 où elle a culminé à 1 500 hab., avant de s'effondrer, à la faveur des fluctuations de la population hospitalière; elle a encore perdu une centaine d'habitants de 1999 à 2007.

Au nord de Lignières à 4 km, La Celle-Condé (210 hab., 3 094 ha) a une église classée du 11e s. au hameau de Condé, intégré en 1844. La commune abrite sur 107 ha, au domaine départemental de l'Amourette, des haras qui en font un «pôle du cheval et de l'âne», avec concours et expositions, et centre de sélection du fameux âne dit «grand noir du Berry». Le domaine, acheté par le Conseil général en 1999, était auparavant la propriété d'un marchand d'armes belge et ancien militaire, Jacques Monsieur, poursuivi et condamné de 1998 à 2002; ce centre, ouvert en 2002, reçoit environ 15 000 visiteurs par an.

Saint-Baudel (300 Saint-Baudelois, 23 000 ha dont 1 115 de bois), 11 km au nord de Lignières, drainée par l'Arnon, est flanquée au nord par des bois qui rejoignent la forêt de Thoux; petits châteaux dont celui de la Colombe (18e s.). Montlouis (120 hab., 1 898 ha), 11 km NE du chef-lieu, a une église du 12e s. et, un peu à l'est sur la route de Châteauneuf et de Bourges, la maison de Varennes (Moyen Âge et 18e s., avec un décor peint du 18e s.). Ineuil (260 hab., 2 748 ha dont 568 de bois), 10 km à l'est de Lignières, a une jolie petite église romane classée des 12e et 13e s. et accueille les transports par cars Michaut (65 sal.); le finage contient au sud-ouest de grands bois, dont une forêt domaniale.

Au sud de Lignières (4 km), Saint-Hilaire-en-Lignières (520 hab., 5 378 ha dont 335 de bois) a un musée d'arts et traditions paysannes au château du Plaix (17e-18e s.), avec expositions et fêtes folkloriques organisées par le groupe des Thiaulins, qui a acquis le château. À 7 km SE de Lignières, toujours au bord de l'Arnon, Touchay (290 hab., 2 341 ha) a un musée du patrimoine aérien, un château fort des 12e-13e s. et 15e s. (Lisle-sur-Arnon) et une association pyrotechnique (PSO).