Lomme

chef-lieu de canton du département du Nord dans l’arrondissement de Lille. Le nom vient d’ulma, l’orme. Lomme s’est unie à Lille en 2000 comme commune associée, en gardant une semi-autonomie. De 2 000 hab. en 1830, sa population n’a pas cessé de croître jusqu’en 1970 où elle était montée à 29 300 hab. (sdc), puis elle s’était réduite de 1 400 hab. En 1999, elle avait l8 400 hab. dont 510 à part, 935 ha; 28 700 hab. en 2006, dont 650 à part. La fusion a fini par être conclue en 2010.

Lomme est au nord-ouest de Lille, au-delà du canal de la Deûle. Cité textile puis cheminote, Lomme accueille en son centre la gare de triage de Lille-Délivrance, complétée vers l’ouest par le marché-gare d’intérêt national (MIN) et ses nombreux entrepôts, qui traitent surtout des légumes et des fleurs mais se diversifient vers les poissons et les viandes, manipule 450 000 t par an, et accueille 10 000 camions dans une année ; il accueille près de 500 sal. dans une cinquantaine d’entreprises.

Les principaux ensembles d’habitat sont le Marais au sud-est, entre le triage et les Bois Blancs ; le Mont à Camp un peu au nord, où est la nouvelle mairie et qui sert de nouveau centre ; la Délivrance de l’autre côté ; la Mitterie au nord de la Délivrance et du Mont à Camp ; le Bourg au nord-ouest, qui associe un ancien centre historique, sur la route d’Armentières, où furent le château seigneurial, l’église et la première mairie, et toute la partie septentrionale du finage, au-delà de la rocade Nord-Ouest (N 352).

Celle-ci contient le parc naturel urbain de Lomme et son parc de loisirs, un multiplexe de cinéma du groupe belge Kinepolis (23 salles, 110 sal.) et, vers l’ouest, un nouvel ensemble d’activités à la tête de la ligne 2 du métro de Lille (Lomme-Tourcoing), où sont un grand centre commercial autour d'un hypermarché Carrefour et d’Ikea et l’hôpital Saint-Philibert.

La ville a trois collèges publics, deux lycées publics dont un professionnel, un lycée agricole avec formation d’adultes et d’apprentis, une école du Cirque. Elle accueille le centre hospitalier privé Saint-Philibert (290 lits), la clinique de la Mitterie (90 sal.), un centre d’aide par le travail, des maisons de retraite.

Ses principaux autres employeurs sont surtout dans le négoce et la logistique, avec notamment Metro, Pomona, Davigel, deux supermarchés Match et un entrepôt de la librairie Le Furet du Nord, les transports Calberson et Brinks (70 sal.). L’industrie est représentée par les fabrications d’emballages Ondulys (groupe belge VPK), de carreaux de céramique Winckelmans, d’équipements aérauliques et de colorants Richard (v. Lille).

Le canton de Lomme, créé en 1982 et dont le chef-lieu est donc désormais Lille, contient le territoire de l’ancienne commune de Lomme, et neuf autres communes dont deux de plus de 2 000 hab., Hallennes-lez-Haubourdin et Sequedin. Il compte donc 10 communes (ou fractions de communes), et a 41 400 hab. (40 300 hab. en 1999) sur 4 837 ha.

Ennetières-en-Weppes (1 200 Ennetiérois, 1 044 ha) est juste à l’ouest de Lomme, traversée à la fois par l’A 25 et la ligne du TGV vers Calais. Elle a été reconstruite après 1920 et conserve un fort de la périphérie lilloise ; discothèque (Macumba, 40 sal.), karting couvert (25 sal.); revêtements Mondial Services (50 sal.), magasin Devianne (vêtements, 25 sal.). Encore à 1 700 hab. en 1881, sa population s’est abaissée à 800 hab. dans l’entre-deux-guerres, puis a légèrement augmenté et reste à peu près stable depuis 1982; elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2010.

Englos (570 Englosiens, 135 ha) est une très petite commune au sud-ouest de Lomme, en légère croissance (280 hab. en 1954) et qui s’orne d’une église classée, romane, originaire du 12e s. Près d’un échangeur de l’A 25 et de la rocade Nord-Ouest, un gros centre commercial a été ouvert dès 1969 avec hypermarché Auchan (830 sal., en partie à Sequedin), les magasins Darty (70 sal.), Conforama (70 sal.), Mondial Moquette (30 sal.), Zara (vêtements, 30 sal.); restaurant Amarine (35 sal.). Escobecques (320 Escobecquois, 185 ha) est juste à l’ouest d’Englos et au sud d’Ennetières ; elle n’avait que 100 hab. en 1962.

Radinghem-en-Weppes (1 400 Radinghémois, 682 ha) est un peu plus à l’ouest, à 6 km OSO de Lomme, et accueille un lycée agricole public (Legta) avec un internat de 200 places et une exploitation de 61 ha, principalement orientée vers le lait. La mention «en Weppes» est de 1933. De 1 400 hab. en 1841, sa population était tombée à 450 hab. dans les années 1930 ; elle croît depuis et a encore gagné 180 habitants de 1999 à 2010. Elle est suivie vers l’ouest par Le Maisnil (630 Maisnilois, 351 ha), qui est le siège de la communauté de communes du pays de Weppes, groupement intercommunal du département du Nord qui réunit 5 communes et 5 600 hab. Le Maisnil, de 670 hab. en 1831, a été détruite en 1918 ; sa population était tombée à 250 en 1931 et n’avait encore que 290 hab. en 1970; elle a gagné 60 hab. de 1999 à 2010.

Deux communes sont au sud du canton. Beaucamps-Ligny (920 Beaucampois, 504 ha), 7 km au SO de Lomme, associe deux villages distincts, réunis en 1927, Ligny étant au sud et n’ayant alors qu’une trentaine d’habitants. La commune accueille un centre catholique d’enseignement primaire et secondaire (Institution Sainte-Marie, 2 700 élèves avec le primaire), issu d’établisements religieux des années 1830. Beaucamps et Ligny ont eu ensemble plus de 1 300 hab. vers 1880, et un minimum de 670 hab. en 1962 ; la population a crû un peu ensuite, mais a reperdu quelques habitants après 1999. Erquinghem-le-Sec (540 Erquinghemois, 175 ha), 5 km au SO de Lomme, avait été détruite en 1914-1918 et n’avait plus que 130 hab. en 1936, 140 en 1962, avant d’entamer une nouvelle croissance (+100 hab. de 1999 à 2010).