Lumbres

3 900 hab. (Lumbrois) dont 130 à part, 990 ha dont 175 de bois, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l'arrondissement de Saint-Omer, 13 km à l'OSO de celle-ci sur un coude de l'Aa. La commune a un collège public et un privé, un lycée professionnel public, deux centres d'aide par le travail, une gare sur la ligne touristique vers Arques et Desvres et le golf de Saint-Omer. Elle est traversée par la voie rapide N 42, qui y est accessible.

LLumbres a des fabriques de carton ondulé Sical (320 sal., groupe Rossmann) et de ciments Holcim (100 sal.), un supermarché U (35 sal.). La commune n’avait que 900 hab. entre 1836 et 1870, puis sa population a augmenté, passant à 1 800 hab. en 1911 ; elle a poursuivi sa croissance jusqu’en 1982 puis a perdu quelques dizaines d’habitants (-180 de 1999 à 2010). La ville est le siège de la communauté de communes du pays de Lumbres, qui réunit 31 communes et 20 500 hab.

Le canton a 23 800 hab., 33 communes, 25 547 ha dont 2 584 de bois; il se déploie dans les collines de l'Artois à l'est du Boulonnais et il est traversé par la vallée de l'Aa. L'A 26 passe dans la partie orientale, qui fait partie du Parc régional. La plupart des communes ont connu un lent déclin du milieu du 19e s. aux années 1930, parfois encore 1960; elles ont en général cessé de se dépeupler ensuite, et parfois même retrouvé une croissance modérée.

Quatre communes relient Lumbres à Saint-Omer. Hallines (1 300 Hallinois, 572 ha), sur la rive gauche de l'Aa, est la plus orientale, à 7 km à l'est de Lumbres et 6 km au SO de la sous-préfecture; sa population, qui était de 500 hab. au début du 20e s. et 840 hab. dans les années 1930, a augmenté jusqu'en 1990 puis s'est stabilisée avant de perdre 90 hab. (1999-2010). Hallines a pour principaux employeurs une chaudronnerie Nordalis (45 sal.) et la Coopérative de Bâtiment (50 sal.).

En amont, Esquerdes (1 600 Esquerdois, 940 ha dont 196 de bois) a une église classée et aligne ses maisons sur les deux rives de l'Aa; un petit bois est sur les hauteurs méridionales, qui montent à 136 m au Mont à Cheval. Elle a abrité naguère une poudrerie royale, puis nationale, de la fin du 17e s., fermée au début des années 1970, dont il reste quelques éléments; ferme de Crèvecœur, du 15e s. Esquerdes abrite dans un ancien moulin à eau restauré une Maison du Papier, avec atelier et musée d'histoire du papier. Sa population est passée de 700 hab. vers 1830 à 1 100 un siècle après, et croît encore, le creux de 1999 pouvant être un accident de recensement (1 600 hab. en 2007).

Setques (660 Setquois, 389 ha) est à 2 km à l'est de Lumbres sur la rive gauche de l'Aa, et a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2006; une petite fabrique de filets de camouflage fonctionne dans un ancien moulin; transports Lamory (50 sal.), blanchisserie Elis (25 sal.). Wisques (250 Wisquois, 374 ha) est sur les hauteurs un peu au nord, et à l'écart de l'Aa, 6 km ENE de Lumbres. Une abbaye bénédictine y a été ouverte en 1894 dans un grand château du 15e s., et abbaye de moniales cloîtrées du même ordre dans le Petit Château (18e s.). Un gros échangeur de l'A 26, le principal pour Saint-Omer, est au contact de Wisques et de Setques. Celle-ci ont crû parallèlement à leurs voisines plus peuplées.

Quatre communes se partagent l'angle NE du canton sur les basses collines. Zudausques (870 Zudausquois, 724 ha), formée de plusieurs hameaux, est à 7 km au NE du chef-lieu; elle a absorbé Cormettes en 1822, qui conserve un cimetière mérovingien classé. La population communale a atteint 530 hab. en 1881, puis décliné jusqu'à 360 hab. en 1975, et regagne des habitants depuis: 240 entre 1999 et 2010, soit +38% ! Leulinghem (240 Leulinois, 472 ha) est un peu au sud, et son nom est associé au passage de la Leulène. Quelmes (570 Quelmois, 986 ha) est au sud-ouest, traversée par l'A 26; elle a gagné 110 hab. de 1999 à 2010. Boisdinghem (240 Boisdinghemois, 313 ha) est à l'ouest, à 6 km au nord de Lumbres; elle a gagné 40 hab. depuis 1999.

Acquin-Westbécourt (700 Acquinois, 1 429 ha) est à 3 km au NO de Lumbres dans un vallon affluent de gauche de l'Aa, s'étend assez loin au nord pour englober le hameau de la Wattine, et résulte d'une fusion de 1973. Elle comprend encore le golf de l'Aa et trois gros hameaux vers le sud et l'ouest, dont Westbécourt, qui avait 70 hab. au moment de la fusion. La réserve naturelle nationale des grottes et pelouses d'Acquin (30 ha) est jumelée à celle de Wavrans; les grottes abritent des chauves-souris et leur accès est très réglementé. Le «val d'Acquin» est l'une des unités paysagères du parc des Caps et marais d'Opale. La population n'augmente pas; elle atteignait 950 hab. vers 1860 pour les deux communes.

Bouvelinghem (250 Bouvelinghemois, 628 ha dont 235 de bois) est à 7 km au NO du chef-lieu, et aurait gagné 100 hab. (deux tiers!) de 1999 à 2010. Quercamps (290 Quercampois, 198 ha) est un peu plus au nord, au bord de la forêt de Tournehem; sa population est restée étale depuis 1999

Deux autres communes sont dans le Parc régional, mais au sud du chef-lieu; leurs deux villages sont sur la rive gauche de l'Aa et forment une ligne d'habitat continue avec Lumbres: Elnes (940 Elnois, 633 ha), touchant au chef-lieu, et Wavrans-sur-l'Aa (1 400 Wavranais, 1 148 ha) juste au sud. Elnes gagne des habitants depuis 1962 (440 hab.), dont 210 de 1999 à 2010. Wavrans a eu plusieurs moulins à papier ; la commune englobe au sud-ouest des hameaux isolés, Campagnette et Fourdebecques. Son finage monte à l’est au Mont à Cheval et son nom s’est précisé en 1899 ; sa population augmente depuis 1936 (830 hab.) et s'est accrue de 120 hab. depuis 1999. Une réserve naturelle nationale de 24 ha associée à celle d’Acquin.

Six communes au sud-est du canton sont restées hors du Parc. Remilly-Wirquin (340 Remilly-Wirquinois, 523 ha) est sur la rive droite de l'Aa à 6 km au SSE du chef-lieu et accueille le parc éolien des Prés Hauts (6 hélices, 12 MW). Ouve-Wirquin (540 Ouve-Wirquinois, 525 ha) prolonge en amont son habitat, sur une longue rue de rive droite de l'Aa.

Cléty (690 Clétyciens, 613 ha) et Dohem (800 Dohémois, 916 ha) sont sur le plateau à 8 et 10 km SSE de Lumbres. Leur population s'accroît depuis les années 1960, mais après une longue période de baisse. Cléty est traversé par l'ancienne chaussée Brunehaut vers Desvres et Boulogne (D 341) et associe deux villages; la commune a gagné 160 hab. de 1999 à 2010. Le finage de Dohem s'étend vers le sud-ouest où le hameau du Maisnil s'aligne sur une crête.

Pihem (1 000 Pihémois, 713 ha) est également sur le plateau, mais à l'est, où son finage jouxte ceux d'Esquerdes et d'Helfaut; les hameaux de Petit-Bois et Lespinoy à l'est, Bientques à l'ouest sur l'ancienne voie romaine de Thérouanne à Sangatte (Leulène), complètent le modeste village central. Pihem croît depuis les 510 hab. de 1975 et a gagné 100 hab. de 1999 à 2010. Tout au sud, Delettes (1 200 Delettois, 1 469 ha) est dans la vallée de la Lys en amont de Thérouanne, et bien éloignée de Lumbres. Son finage comporte les deux gros hameaux d'Upen sur les hauteurs entre Lys et Aa, qui formaient jadis deux communes, intégrées en 1822. Delettes est passée de 1 100 hab. en 1846 à 740 en 1975, puis a progressé jusqu'en 1990 et vient encore de gagner 240 hab. de 1999 à 2010.

La partie occidentale du canton, également hors des Parcs, s'étend sur les reliefs qui accidentent la partie orientale du Boulonnais. Six d'entre elles se répartissent dans le bassin du Bléquin, affluent de gauche de l'Aa. Affringues (230 Affringuois, 231 ha) est à 3 km à l'OSO de Lumbres. Wismes (540 Wismois, 1 193 ha) est à 8 km au SO du chef-lieu sur le plateau, qui n'est guère qu'à 80 m au mont Roux; église classée, en partie du 12e s., fête biennale de la pomme.

Vaudringhem (490 Vaudringhémois, 701 ha) et Ledinghem (240 Ledinghémois, 868 ha) sont plus à l'ouest. Toutes trois sont traversées par la chaussée Brunehaut de Thérouanne à Boulogne. Vaudringhem a gagné 110 hab. de 1999 à 2010. Nielles-lès-Bléquin (900 Niellois, 1 272 ha dont 251 de bois) à 9 km OSO de Lumbres et Bléquin (440 Bléquinois, 869 ha) 4 km plus loin sont dans la petite vallée du Bléquin. La première a un clocher du 14e s. (inscrit) et une entreprise de travaux publics (Ducrocq, 50 sal.); elle inclut au nord-ouest le Grand Bois, où le relief monte à 198 m. Elle s'est accrue de 80 hab. depuis 1999, tandis que Bléquin en gagnait une centaine. Bléquin ajoute à son habitat de val une rue sur le plateau, qui porte le nom de Fol Penser.

Au nord des précédentes, trois communes s'alignent à l'ouest de Lumbres, sous le talus rectiligne que couronne la voie rapide N 42 vers Boulogne. Bayenghem-lès-Seninghem (330 Bayenghémois, 333 ha) est la plus proche du chef-lieu, à 3 km; Seninghem (570 Seninghémois, 1 515 ha dont 298 de bois) se divise en deux hameaux de val juste à l'ouest, plus Watterdal à l'écart au sud-ouest; transports Lefebvre (25 sal.). Coulomby (670 Coulombiens, 1 026 ha) est à 8 km à l'ouest de Lumbres; sur le plateau au nord, son finage inclut le hameau d'Harlettes; la commune a gagné 260 hab. de 1999 à 2010, soit 64%!

Restent au nord-ouest du canton quatre communes. Alquines (880 Alquinois, 1 051 ha) est à 12 km ONO de Lumbres sur le plateau. Son finage inclut au sud le gros hameau de Fromentel tout près du sommet des Harlettes, qui monte à 211 m. Au nord, il va jusqu'à l'orée de la forêt de Tournehem, aux hameaux de Neuville et Haute Pannée. Alquines accueille les transports Wintrebert (45 sal.) et un négoce agricole de la coopérative La Flandre (90 sal.); elle a gagné 110 hab. de 1999 à 2010. Haut-Loquin (160 Haut-Loquinois, 547 ha) est à 2 km d'Alquines vers l'ouest. Escœuilles (480 Escœuillois, 591 ha dont 141 de bois) et Surques (370 Surquois, 685 ha) sont plus à l'ouest encore, sur la N 42 vers Boulogne, formant un appendice entre les cantons de Desvres et d'Ardres; la première a une église des 14e-15e s.,un site de travaux publics Leroy (50 sal.).