Méricourt

12 100 hab. (Méricourtois), 753 ha, commune du Pas-de-Calais partagée entre les cantons d’Avion et de Rouvroy. Elle fut totalement détruite pendant la Grande Guerre. Elle a eu la fosse 4-5 des mines de Drocourt ouverte en 1912, dite Maroc. Bien plus tôt avait été ouverte la fosse 3 des mines de Courrières en 1860, fermée en 1983. Elle avait également reçu en 1905 le puits 15 de Courrières. C’était alors le principal site de la Compagnie qui, ouvert depuis quelques mois, fut frappé par la catastrophe du 10 mars 1906, dite de Courrières ; elle fit plus de 400 victimes méricourtoises. Méricourt a un mémorial de la catastrophe minière qui retrace le parcours des rescapés, sortis des galeries trois semaines après le désastre et alors que les recherches étaient abandonnées depuis longtemps. Le maire est Bernard Baude, communiste.

La ville a un grand dépôt ferroviaire avec centre de maintenance de Lens sur 5 ha, et une cité des Cheminots. Elle accueille un collège public, un Intermarché (45 sal.); carrosserie Vinois (35 sal.), installations thermiques Idex (30 sal.), publicité JBK (50 sal.), transports Bray (120 sal.). De 650 hab. en 1856, Méricourt était passée à 2 500 en 1885, 3 600 en 1911 ; elle a connu une croissance spectaculaire dans les années 1920 (10 500 hab. en 1931) et, après un creux de 1935 à 1955, est remontée à 13 800 hab. en 1975. Elle a augmenté de 300 hab. entre 1999 et 2010.