Mons-en-Barœul

22 000 hab. (Monsois) dont 210 à part, 288 ha, commune du département du Nord dans le canton de Lille-NE, 3 km ENE de la préfecture. Son territoire se tient entre le faisceau de la voie rapide (N 356) et de la voie ferrée de Lille à Roubaix à l'ouest, et la D 48 à l'est; il inclut au nord-est le fort de Mons (1880), affecté à des activités artistiques et ludiques (Maison Folie du Fort) dont un théâtre de plein air. Vers l'ouest, il partage avec Lille la zone d'activité n°4. La ville, surtout résidentielle, bénéficie de trois stations de la ligne 2 du métro de Lille; elle a deux collèges publics et un privé. Le principal établissement est la brasserie Heineken (275 sal., ex-Pelforth) au nord, en bordure de la zone d'activités de la Pilaterie. Mons a aussi une chaudronnerie Mercier (40 sal.), une imprimerie Monsoise (55 sal.), une fabrique de vêtements Promod (30 sal.).

Dans le tertiaire dominent les bureaux des assurances Arial (AG2R-la Mondiale, 750 sal.), issues d'initiatives mutualistes d'industriels du Nord; magasin Intermarché (45 sal.), négoces d'électroménager Alliance Optique (55 sal.) et de matériel électrique Rexel (30 sal.), location de matériel médical Elia (30 sal.), restaurations collectives Api (300 sal.) et Régionale de Restauration (45 sal.), nettoyages Net et Clair (TEP, 420 sal.), Net Service (60 sal.), Stop Graf (35 sal.), Altalis (35 sal.) et techni Clean (30 sal.).

La commune n’avait encore que 1 000 hab. vers 1850 puis est montée à 4 200 en 1901, 9 100 en 1954 et sa population a fait un bond jusqu’à 28 100 hab. en 1975 ; elle diminue depuis et a perdu 1 100 hab. de 1999 à 2010. La «zone urbaine sensible» du Nouveau Mons s’étend en plein centre de la commune, sur 85 ha, et contient plus de la moitié de la population communale (12 800 hab.). Le maire est Rudy Elegeest, apparenté socialiste, également conseiller régional.