Montigny-en-Gohelle

10 100 hab. (Montignois), 350 ha, chef-lieu de canton du Pas-de-Calais dans l’arrondissement de Lens, 10 km à l’est de Lens. La commune est traversée par la N 43, l’A 21 et une voie ferrée. C’est une ancienne ville minière qui avait des puits de la Compagnie de Dourges, dont la fosse 7 (Boisgelin) de 1896 à 1977, flanquée d’une 7 bis en 1900. Côté est, la zac (zone d’aménagement concerté) des Deux Villes, qui a 4 700 hab. et 47 ha, forme une «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» partagée avec Hénin-Beaumont. Elle est incluse dans la zone franche urbaine d’Hénin-Beaumont. La commune avait à peine 600 hab. en 1850 et a entamé sa croissance au cours des années 1880, atteignant 4 500 hab. en 1901 et 5 900 en 1911 ; sa population a crû encore jusqu’en 1982 (11 100 hab. sdc) mais a perdu 530 personnes entre 1999 et 2010.

Montigny a quelques entreprises : finitions de bâtiment Cabre (210 sal.), constructions Henin (SNHC, 50 sal.), couverture Dhesne (35 sal.), espaces verts Bonnet (40 sal.), supermarchés Intermarché (40 sal.) et Match (30 sal.); négoces de fleurs Le Carrefour de la Fleur (30 sal.), de surgelés Persyn (35 sal.), transports Brelet (35 sal.). La ville dispose d’une Harmonie municipale réputée, un collège public et un institut médico-éducatif (50 places), un centre d’aide par le travail, une maison de retraite (les Lys, 40 sal.) ; musée municipal Louis-Aragon sur l’histoire de la mine. Un lac a été aménagé en base de loisirs dans un ancien marais. Le maire est Bruno Yard (socialiste); une majorité municipale socialiste a succédé à une majorité communiste en 1989. Le canton a 19 700 hab. ; il correspond à la commune plus une fraction d’Hénin-Beaumont.