Moronvilliers (camp militaire de)

camp établi après la guerre de 1914-1918 dans les monts de Champagne, à partir des finages des deux communes disparues de Nauroy et Moronvilliers. Il s'étend sur 5 communes. Le Commissariat à l'énergie atomique (CEA) y a une station expérimentale. Le Polygone d'expérimentation de Moronvilliers (PEM) rassemble plus d'une centaine de salariés. Il est rattaché au centre de recherche CEA de la Direction des applications militaires (DAM) de l'Île-de-France.

Selon le CEA, le site de Moronvilliers (130 sal.) sert «à la mise en œuvre d'expériences de physique, conduites dans le cadre du programme Simulation. Ces expériences de physique servent à étudier le début du fonctionnement de l'arme nucléaire, c'est-à-dire sa phase non nucléaire, de manière à valider, et corriger le cas échéant, les logiciels simulant la première phase du fonctionnement de ces armes. Elles mettent en œuvre des explosifs chimiques et des matériaux inertes qui se substituent à ceux utilisés dans une arme réelle, avec une maîtrise forte de la sécurité et en assurant la protection de l'environnement. Installée au PEM, la machine de radiographie Airix («Accélérateur à induction radiographique pour l'imagerie X») joue un rôle fondamental dans le programme Simulation. Elle fait partie des plus puissants générateurs de rayons X jamais construits (4 millions d'électrons-volts, accéléré à 20 millions). Airix permet de photographier, sur des durées très courtes (de l'ordre de quelques milliardièmes de seconde), l'état de matériaux soumis à des déformations très rapides, provoquées par l'explosif.» Il s'agit d'une machine de 70 m de long, dont le coût n'est pas indiqué. Les premières expériences dites «froides» ont eu lieu en 1999, une deuxième installation a été programmée à partir de 2005. Mais le site doit fermer fin 2013 et être ensuite dépollué jusqu'en 2016. Les appareils seraient transférés à Valduc en Bourgogne.