Olonzac

1 690 hab. (Olonzagais), 1 895 ha, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Béziers, 47 km à l'OSO de Béziers aux confins du département de l'Aude. Le bourg, qui a eu un statut de ville au Moyen Âge, possède un centre historique de forme circulaire; il offre quelques maisons anciennes, des halles, un musée archéologique, un collège public, plusieurs petites entreprises. Le territoire communal touche au département de l'Aude à l'ouest et au sud; sa limite méridionale suit en partie une ancienne voie romaine SE-NO, dite plus tard Carrétal del Sal (chemin du sel); au SE, à partir du confluent de l'Ognon et de l'Aude, elle suit le cours du fleuve.

Le finage englobe l'ancien oppidum du Mourrel Ferrat et une petite station de loisirs au bord de l'étang de Jouarres; il contient plus de 1 160 ha de vignes, en partie en AOC minervois; grosse cave coopérative de 52 000 hl, distillerie (30 sal.); maison de retraite Le Minervois (35 sal.). Olonzac a eu 2 500 hab. en 1886 puis a décliné, passant sous les 2 000 hab. en 1955; ensuite le mouvement s'est stabilisé dans les années 1990 et vient de se renverser doucement (+100 hab. entre 1999 et 2009). Olonzac anime la communauté de communes La Minervois (15 communes, 6 100 hab.), qui excède légèrement son canton.

Le canton, limitrophe de l'Aude et le plus occidental de l'Hérault, a 5 500 hab. (5 100 en 1999), 13 communes, 25 716 ha dont 7 425 de bois et garrigues; il correspond à la partie héraultaise du Minervois et inclut Minerve. L'activité y est tout orientée vers la viticulture. À l'extrême NO du canton, Cassagnoles (90 Cassagnolais, 2 454 ha), dans la Montagne Noire au contact des départements de l'Aude et du Tarn, culmine à 1 012 m à la serre d'Aleric et elle est incluse dans le Parc régional du Haut-Languedoc; elle avait 430 hab. en 1880; centre de loisirs au village, avec maison de l'Abeille (musée).

Ferrals-les-Montagnes (160 Ferralais, 2 578 ha), un peu en amont de Cassagnoles dans la haute vallée de la Cesse, à 25 km d'Olonzac et 21 km de Saint-Pons, compte 1 800 ha de bois et 500 de landes d'altitude sur les sommets; stèle de la Résistance au col de Sérières, restes d'un château du 12e-13e s. et colonie de vacances à Authèze, et plusieurs spécialités locales: montagne aux Abeilles au Fournas; héliciculture, fromagerie, artisanat du bois; le centre est à 900 m d'altitude.

Félines-Minervois (420 Félinois, 2 987 ha) est la commune la plus occidentale de l'Hérault. Le village est à 16 km au NO d'Olonzac, au pied de la montagne; la forêt domaniale du Minervois s'y élève à 937 m; la garrigue occupe 1 600 ha, les bois 750, la vigne 400. La commune conserve des restes d'un château du 16e-17e s. et a une cave coopérative (14 000 hl), ainsi qu'un musée archéologique. La grotte de l'Abeurador (l'abreuvoir, prononcer Abéouradou avec accent sur la finale) a révélé un outillage microlithique et des restes d'agriculture néolithique (env. 6 800 avant notre ère); mégalithes, gouffres, grotte de la Balme, anciennes mines de manganèse, ruines du château de Ventajou détruit en 1210 par les troupes de Simon de Montfort. Le nom de Félines vient de figulina (poterie) et se rapporte à d'anciens ateliers de potiers. La population communale diminue depuis le maximum de 1901 (825 hab.).

La Livinière (550 Liviniérois, 3 156 ha), 9 km ONO d'Olonzac, a le privilège d'une appellation viticole communale. Le village est sur une butte en bordure de la plaine, en forme d'ellipse compacte; il a été signalé jadis comme castrum de Lavineira, Lavinaria (le nom même vient des vignes). Il fut pendant dix ans chef-lieu d'un canton (1790-1800) et avait 1 200 hab. en 1881; la population a baissé ensuite, et elle a encore diminué de 50 hab. entre 1999 et 2009. Le village a une église des 12e et 15e s., de vieilles maisons, des vestiges de remparts; cave coopérative (24 000 hl) et distillerie, près de l'ancienne chapelle et le petit parc de Notre-Dame du Spasme. Le syndicat organise chaque année en novembre, depuis 1989, un «Livinage» (concours de vins) et a demandé la reconnaissance d'une AOC particulière sur 2 600 ha dans 6 communes. Les vignerons de la commune exploitent 880 ha, plutôt en augmentation, en partie d'AOC minervois et minervois-la-livinière; un grand domaine (Vipur) de 100 ha, dont 25 de vignes et 26 d'oliviers, a été acquis par le groupe bordelais Cazes (propriétaire de Lynch-Bages). Le finage contient 1 700 ha de garrigues et 300 de bois.

Siran (680 Siranais, 2 125 ha dont 565 de vignes), 8 km au NO d'Olonzac, a pour limite nord le profond canyon de la Cesse, encaissé de plus de 200 m; la partie méridionale de la commune est dans la plaine viticole, de part et d'autre du cours de l'Ognon, cours d'eau qui vient de Félines et rejoint l'Aude à Olonzac. Le village, de forme ronde et jadis fortifié, a installé dans l'ancien château une Maison du Minervois, siège d'une association pour le développement et l'aménagement du pays minervois; église classée du 14e s. Siran partage avec La Livinière des fonctions de village-centre, avec une petite cave coopérative (6 500 hl) et une distillerie. Sa population, forte de 1 000 hab. en 1881, a cessé de diminuer en 1982 et vient de gagner une centaine d'habitants depuis 1999.

Cesseras (400 Cesserais, 1 507 ha), 5 km au nord d'Olonzac, est sur le causse de Minerve, dominant la gorge de la Cesse. Il offre le dolmen de Balsabé ou de la Cigalière, des rochers d'escalade, les grottes de la Balme-Ferrière et de la Coquille. La grotte de la Coquille, inaccessible à la visite, a 11 km de galeries sur trois étages et des gravures rupestres; des restes paléolithiques (tayacien) et des céramiques du Bronze (mille ans avant notre ère) y ont été découverts. Elle avait servi de cimetière préhistorique d'animaux; ses abondants ossements et dépôts ont été exploités par une usine de phosphates destinés aux vignobles. Cesseras a 700 ha de garrigues, et autant de vignes, d'AOC minervois et minervois-la-livinière; son village est perché au contact du plateau et de la plaine; château des 14e-17e s., église fortifiée des 15e-16e, à tour carrée (MH); deux campings dont un naturiste (mas de Lignières). De 700 hab. en 1881, la population a diminué jusqu'en 1990, puis a repris une vingtaine d'habitants entre 1999 et 2005.

Azillanet (430 Azillanetais, 1 440 ha dont 700 de garrigues), 6 km au nord d'Olonzac, a une forme circulaire et des rues pittoresques; elle a gagné 50 hab. depuis 1999; cave coopérative de 33 000 hl; 440 ha de vignes, en recul. La Caunette (330 Caunettois, 2 178 ha), 5 km à l'est de Minerve, cultive 330 ha de vignes (appellation minervois); son finage a de nombreuses grottes comme le souligne son nom, et des traces d'anciennes mines (lignite). Aigne (270 Aignois, 1 094 ha), 9 km au NE d'Olonzac, est un ancien village rond défensif très pittoresque et surnommé lo Cagarol (l'escargot) en raison de sa forme; les dos des maisons servaient de rempart; église romane 12e-14e s. avec clocher-tour, 370 ha de vignes (cave coopérative, AOC minervois) et autant de garrigues.

Juste au NE d'Aignes, Aigues-Vives (420 Aigues-Vivois, 1 281 ha), qui a gardé de vieilles maisons et un château à tours carrées mais dont les rivières sont le plus souvent à sec, ce qui rend le nom de la commune («eaux vives») paradoxal, cultive 620 ha de vignes; cave coopérative de 27 000 hl (AOC minervois).Elle a 60 hab. de plus qu'en 1999. Oupia (270 Oupianais, 904 ha), 3 km au NE d’Olonzac, en a gagné 50 dans le même temps; le village est au pied de la serre d’Oupia, avancée dans la plaine et qui monte à 288 m; un site de 9 éoliennes Neg Micon (12 MW) y a été installé en 2004 pour EDF; cave coopérative (Celliers d’Alairac), maison de religieuses; 350 ha de vignes (dont AOC minervois), 350 de bois et garrigues.