Paris-17e

161 300 hab., 587 ha, arrondissement au nord-ouest de Paris, entre la limite départementale et les boulevards de Courcelles et des Batignolles. Il a été formé à partir de la commune des Batignolles-Monceau, à part une petite fraction attribuée à Clichy au nord et une autre, plus étendue, incorporée au 18e arrondissement à l'est; y ont été ajoutées une petite portion de Saint-Ouen à la porte de Saint-Ouen, et la section orientale de Neuilly qui forme le quartier Ternes-Maillot. Il est limité au sud-ouest par l'avenue de la Grande-Armée et la place de l'Étoile, à l'est par l'avenue de Saint-Ouen et la place de Clichy.

Il s'étend ainsi de la Porte Maillot à la Porte de Saint-Ouen, par les portes des Ternes, de Villiers, de Courcelles, d'Asnières, de Clichy et Pouchet. Il est divisé par le faisceau de voies issu de la gare Saint-Lazare, qui s'épanouit en une vaste gare de triage entre les portes de Clichy et d'Asnières. Il est traversé par la grande courbe du boulevard Pereire, établi sur la voie ferrée de Petite Ceinture, qui croise la rue de Courcelles et l'avenue de Villiers à la place du Maréchal-Juin, une étoile à dix branches à laquelle aboutissent aussi l'avenue de Wagram, l'avenue Gourgaud, la rue Prony et la rue Ampère.

Trois autres grands carrefours portent les noms de Stuart Merrill sur le boulevard des Maréchaux près de la Porte Champerret, de Wagram au croisement des boulevards Malesherbes et Pereire, du Général-Catroux au croisement du boulevard Malesherbes et de l'avenue de Villiers. Le 17e arrondissement comporte huit quartiers: Ternes-Maillot au sud-ouest, Pereire-Malesherbes au centre, Champerret-Berthier au centre-ouest et Courcelles-Wagram au centre-sud-ouest; Legendre-Lévis au centre-sud-est, Batignolles-Cardinet au centre-est, La Fourche-Guy Môquet au nord-est et Épinettes-Bessières au nord.

La population de l'arrondissement a atteint son maximum en 1954 avec 232 000 hab. Elle a baissé ensuite, tombant à 186 300 en 1975 et 161 100 en 1999. La décrue semble arrêtée, le solde migratoire négatif, relativement élevé (-0,8% par an) étant contrebalancé par un solde naturel suffisamment positif (+0,8%). La population est plus mobile que dans la moyenne parisienne (58% des habitants étaient dans le même appartement cinq ans avant) et sa composition sociale est proche de la moyenne, avec toutefois un peu plus de cadres et professions supérieures.

Le revenu médian des ménages est ainsi supérieur à celui de la capitale: 44 000 euros par an (7e sur 20), 60 300 euros pour ceux qui paient l'impôt, ainsi que la proportion de ces derniers (69%); le prix des logements mettrait l'arrondissement en onzième position à Paris, la proportion d'adultes titulaires d'un diplôme d'enseignement supérieur (41%) en treizième position. L'arrondissement totalise 107 800 emplois tandis que ses résidants sont 78 600 à avoir un emploi (taux de 137%).

La qualification de ces emplois est très légèrement au-dessus de la moyenne parisienne. Le parc hôtelier est abondant: 112 hôtels (6 900 chambres) dont 11 de luxe (2 300 chambres). Tous ces caractères dénotent un arrondissement entraîné dans le mouvement de l'Ouest de Paris vers la richesse, au contact des 8e et 16e arrondissements; mais les contrastes sont assez sensibles entre la partie sud-occidentale, franchement riche, et la partie nord-orientale, où les classes moyennes sont mieux représentées, et surtout les classes pauvres; une zone urbaine sensible a d'ailleurs été définie dans le périmètre Porte de Clichy-Porte de Saint-Ouen (44 ha, 9 200 hab.) et fait l'objet d'un plan de rénovation. La majorité municipale reste à droite; le maire est Brigitte Kuster, UMP, chargée de communication.

L'arrondissement a six collèges et sept lycées publics, cinq collèges et lycées privés, trois musées, neuf théâtres; dix lieux de culte catholiques et sept protestants, deux orthodoxes et sept israélites.

Dans les emplois, les services aux entreprises sont bien représentés: conseils juridiques, de gestion et comptabilité ABC Portage (100 à 200 sal.), Altran (200 à 500 sal.), Korian (100 à 200 sal.), Ofi Asset (100 à 200 sal.), OTC (100 à 200 sal.), Sopexa (100 à 200 sal.), Valeo (100 à 200 sal.), Gaselys (100 à 200 sal.), Grant Thornton (200 à 500 sal.), Mondial Assistance (200 à 500 sal.), Roland Berger (200 à 500 sal.), Santarelli (100 à 200 sal.), sondages Tendances et Comportements (100 à 200 sal.) et LH2 (100 à 200 sal.), banques BNP (100 à 200 sal.), Société Générale (100 à 200 sal.), assurances GMF (100 à 200 sal.) et réassurances Partnerre (200 à 500 sal.), informatique Altran (1 000 à 2 000 sal.), Logica IT Services (500 à 1 000 sal.), Business et Décision (200 à 500 sal.), CapGemini (100 à 200 sal.), Cegi (100 à 200 sal.), Alcion (100 à 200 sal.), Sage (200 à 500 sal.), Teamlog (500 à 1 000 sal.) et Teamlog Dia (200 à 500 sal.), Viveo (200 à 500 sal.), Soft (100 à 200 sal.), Sylis (200 à 500 sal.), ingénieries Altran (100 à 200 sal.) et Arpe (200 à 500 sal.); dans l'immobilier, Meunier (BNP, 100 à 200 sal.), CB Richard Ellis (100 à 200 sal.), Batigere (200 à 500 sal.), Régie immobilière de la Ville de Paris (100 à 200 sal.).

Le secteur productif est principalement représenté par l'Imprimerie Nationale (500 à 1 000 sal.), les appareils chirurgicaux Proteor (200 à 500 sal.), la mécanique industrielle Halberg Précision (200 à 500 sal.), les parfums et cosmétiques Decleor (100 à 200 sal.) et les viandes Codeviandes (500 à 1 000 sal.) boulevard Pereire. L'arrondissement accueille aussi les éditions de l'Usine Nouvelle (GISI, 200 à 500 sal.), Prismapresse (200 à 500 sal.), TV5 Monde (200 à 500 sal.), VSD (100 à 200 sal.), Warner Music 100 à 200, Yahoo (100 à 200 sal.).

Le commerce est représenté par deux magasins Monoprix de 100 à 200 sal. chacun, la Fnac (200 à 500 sal.), les négoces de cosmétiques Caudalie (100 à 200 sal.), de gaz Primagaz (200 à 500 sal.) et GDF-Suez (1 000 à 2 000 sal.) et les transports de gaz GRTGaz (200 à 500 sal.), les négoces de carburants Esso (500 à 1 000 sal.), d'électricité EDF-ERDF (200 à 500 sal.), d'optique et photographie Kodak (500 à 1 000 sal.), de matériel électrique Rexel (200 à 500 sal.), de vêtements Maje (200 à 500 sal.), de voitures PSA (200 à 500 sal.), Citroën (100 à 200 sal.) et Neubauer (100 à 200 sal.), les transports STVA (100 à 200 sal.).

Dans l'hôtellerie se distinguent Paris-Clichy Ibis (Accor, 100 à 200 sal.), Lehwood Étoile (500 à 1 000 sal.), Concorde Lafayette (Starwood, 500 à 1 000 sal.) et la restauration collective Score (Sodexo, 1 000 à 2 000 sal.). Figurent encore dans les principaux établissements la gestion du Palais des Congrès Viparis (groupe Unibail, 100 à 200 sal.), la formation Langues et Entreprises (100 à 200 sal.), la clinique internationale du Parc Monceau (100 à 200 sal.) et les cliniques Sainte-Thérèse (100 à 200 sal.) et Clinea la Jonquière (100 à 200 sal.), les agences de travail temporaire JBM Medical (500 à 1 000 sal.), Heracles (100 à 200 sal.), Laborim (100 à 200 sal.), GPS (200 à 500 sal.), Manpower (100 à 200 sal.), les gardiennages DPSA (200 à 500 sal.), Sécurifrance (200 à 500 sal.), CESG (200 à 500 sal.), Integral Security (200 à 500 sal.), Inter-Bailleurs (100 à 200 sal.) et Maîtrise et Dissuasion (200 à 500 sal.), les nettoyages ISS Abilis (500 à 1 000 sal.), Pour Votre Service (200 à 500 sal.), Aspirotechnique (100 à 200 sal.), Aquanet (200 à 500 sal.), Arc-en-Ciel (200 à 500 sal.), Declic (100 à 200 sal.), Aura (100 à 200 sal.), GSF Trevise (200 à 500 sal.); publicités Publicis (100 à 200 sal.), KR Media (100 à 200 sal.) et CB (100 à 200 sal.); télécommunications Arkadin (100 à 200 sal.), Ineocom (200 à 500 sal.), centre d'appels Europhone (100 à 200 sal.), France-Télécom (200 à 600 sal.).