Paris-18e

190 900 hab., 601 ha, arrondissement du nord de Paris, entre la ligne des boulevards de Clichy, Rochechouart et de La Chapelle au sud, du périphérique au nord, qu'il déborde toutefois, surtout au nord-est. Il a été constitué entièrement à l'extérieur de l'ancienne commune de Paris par la réunion de la plus grande partie des communes de Montmartre et La Chapelle-Saint-Denis, plus une fraction de Batignolles-Monceau à l'ouest et de Saint-Ouen au nord-ouest; les parties les plus septentrionales de Montmartre et La Chapelle ont toutefois été attribuées à Saint-Ouen et Saint-Denis.

L'arrondissement est limité à l'ouest par l'avenue de Saint-Ouen et le début de l'avenue de Clichy, à l'est par la rue d'Aubervilliers. Il contient ainsi d'ouest en est les portes de Saint-Ouen, Montmartre, de Clignancourt, des Poissonniers, de La Chapelle et d'Aubervilliers. Il est traversé du sud au nord par de grands axes comme les rues Damrémont, de Clignancourt, Poissonnière, et la suite des rues Marx-Dormoy et de La Chapelle, et traversé d'ouest en est par les longues rues Championnet, Ordener, Marcadet ou l'enfilade Lamarck-Custine-Doudeauville.

À l'est, il est encombré par les emprises ferroviaires de la gare du Nord et de la gare de l'Est, entre lesquelles se glissent le quartier de La Chapelle et des espaces d'entrepôts et usines. Au sud-ouest, la butte Montmartre forme un monde un peu à part, aux petites rues tortueuses et aux nombreux escaliers, très fréquenté par les touristes. L'arrondissement propose dix collèges et six lycées publics, 33 théâtres et salles de spectacle.

Il est divisé en huit quartiers: Montmartre au sud-ouest, Goutte-d'Or-Château-Rouge au centre-sud, La Chapelle-Marx-Dormoy au sud-est; Grandes-Carrières-Clichy à l'ouest, Clignancourt-Jules-Joffrin au centre-ouest, Amiraux-Simplon-Poissonniers au centre-est; Moskowa-Porte Montmartre-porte de Clignancourt au nord-ouest, Charles Hermite-Évangile au nord-est. Il a eu 288 800 hab. à son maximum, en 1931; puis sa population a baissé jusqu'à un creux à 184 600 hab. en 1990, et remonte depuis. C'est que le solde naturel (+1,1% par an, 3e de Paris après le 19e et le 10e arrondissements) est plus élevé que le déficit migratoire, pourtant non négligeable (-0,8% par an, 3e aussi mais après les 4e et 16e arrondissements).

En dépit de sensibles différences internes, le 18e arrondissement est l'un des trois arrondissements les plus populaires et les moins riches de Paris: faibles proportions de cadres et professions supérieures (21%) et de diplômés d'enseignement supérieur (29%), faibles revenus des ménages: 23 200 euros par an (34 600 pour ceux qui paient l'impôt) et forte proportion de ménages dispensés d'impôt (41%). Il est l'un des deux seuls arrondissements de la capitale, avec le 20e, à avoir moins d'emplois (87 900) que de résidants pourvus d'un emploi (93 500), et ces emplois sont parmi les moins qualifiés de Paris: 24% de cadres et professions supérieures (moyenne de Paris 31%), avec une proportion record d'ouvriers (15%). L'équipement hôtelier, concentré à Montmartre, est assez limité: 57 hôtels (3 700 chambres) dont un seul de luxe (100 chambres). Trois zones urbaines sensibles y ont été délimitées: la Goutte-d'Or (37 ha, 23 200 hab.) et deux zones de la périphérie, Porte Montmartre-Porte de Clignancourt (35 ha, 7 300 hab.) et HBM d'Aubervilliers (5 ha, 2 600 hab.). Une grande zone de rénovation urbaine couvre ces derniers et s'étend aussi au quartier Amiraux-Simplon et à tout le quartier Charles-Hermite-Évangile, où vivent au total 77 400 personnes. La majorité municipale est de gauche et le maire est Daniel Vaillant, socialiste, député et ancien ministre.

Les entreprises du secteur financier et des services de bureau sont en faible nombre: ne se signalent au-dessus de 100 salariés que BNP Arbitrage (placements, 500 à 1 000 sal.) et la Société Générale (100 à 200 sal.). Les autres activités se dispersent: nettoyages Élysées Nettoyage (200 à 500 sal.), ISS Abilis (500 à 1 000 sal.), L'Impeccable (500 à 1 000 sal.), Onet (200 à 500 sal.), SGPP (100 à 200 sal.); gardiennages Samsic (1 000 à 2 000 sal.), Loomis (100 à 200 sal.), Head Body (100 à 200 sal.) et Legeps (100 à 200 sal.); production et distribution de chaleur Elyo (GDF-Suez, 500 à 1 000 sal.) et SEC (100 à 200 sal.); négoces de boissons Tafanel (100 à 200 sal.), de vêtements Weill (100 à 200 sal.), Tati (100 à 200 sal.) et Village d'Orsel (100 à 200 sal.), magasin Castorama (100 à 200 sal.); restauration Hauky (100 à 200 sal.) et Société de Gestion d'hôtels et restaurants (Sogeres, 200 à 500 sal., cuisines centrales rue Riquet); photographie Cewe Color (100 à 200 sal.), éditions musicales EMI (200 à 500 sal.), Argus de la Presse (200 à 500 sal.) et production de films LCCD (100 à 200 sal.), enseignement supérieur privé La Femis (100 à 200 sal.); laboratoire de biologie Parexel (200 à 500 sal.), gaz industriels Air Products (100 à 200 sal.), instruments scientifiques Chauvin-Arnoux (200 à 500 sal.), constructions Lefaure et Rigaud (100 à 200 sal.), transports André Chenue (100 à 200 sal.) et Calberson (200 à 500 sal.); EDF-ERDF déclare 500 à 1 000 sal. et la RATP 1 000 à 2 000.