Paris-2e

21 900 hab., 99 ha, arrondissement du centre de Paris, le moins étendu de la capitale. Il est bordé au nord par les 9e et 10e arrondissements, à l'est par le 3e, au sud par le 1er. En forme de trapèze, il est limité à l'est par le boulevard de Sébastopol, au nord par la ceinture des Grands Boulevards, au sud par la rue Étienne-Marcel et son prolongement occidental (rues des Petits-Champs, Danielle-Casanova, des Capucines). Son axe principal ESE-ONO, parallèle à ses limites méridionale et nord-orientale, est donné par la rue Réaumur, que prolonge à l'ouest la rue du Quatre-Septembre.

Il est divisé en trois quartiers: Vivienne-Gaillon à l'ouest de la rue Notre-Dame des Victoires, Montorgueil-Saint-Denis au sud-est, du Sentier au nord-est. Le dessin assez régulier des rues orthogonales est recoupé par deux diagonales SE-NO, celle de la large avenue de l'Opéra à l'ouest, celle de l'étroite rue Montmartre au centre; à l'est, le couple de diagonales SO-NE formé par la rue d'Aboukir et, juste au nord, les rues du Mail et de Claryi, ouvertes en 1634, signale l'enceinte de Charles V.

Les trois principaux monuments de l'arrondissement sont la Bibliothèque Nationale, la Bourse et l'église Notre-Dame des Victoires; la tour de Jean Sans Peur les complète au sud-est. La partie occidentale de l'arrondissement est prestigieuse et luxueuse, cumulant les établissements de mode, voyages, théâtres, galeries d'art, restaurants et hôtels. La partie orientale est plus populaire et artisanale dans les anciens quartiers de la presse et de la confection, aux rues étroites et sombres, formant le Sentier. Les stations de métro Sentier et Quatre-Septembre sont au centre de l'arrondissement, les stations Opéra, Richelieu-Drouot, Grands-Boulevards, Bonne-Nouvelle, Strasbourg-Saint-Denis sur les boulevards, les stations Réaumur-Sébastopol et Étienne-Marcel aux limites sud-est.

L'arrondissement a eu 81 600 hab. en 1861, 43 900 en 1954, 26 400 en 1975 et 20 700 en 1990. Il a repris quelques habitants de 1999 à 2007, grâce à un solde naturel positif et au fait que le solde migratoire a cessé d'être négatif. La place des professions supérieures est considérable (34%, 2e après le 3e arrondissement), celle des retraités est faible (12%, un record à Paris) et celle des ouvriers très faible (6%) quoique supérieure à la moyenne parisienne. Les ménages d'une seule personne sont les plus nombreux de Paris: 58% du total.

L'arrondissement enregistre 58 300 emplois (53 000 salariés dont 27 500 femmes), à comparer aux 12 000 résidants ayant un emploi (indice 4,9), dont 69% travaillent à Paris même. Sur le total des emplois, 36% sont en professions supérieures, 26% en professions intermédiaires, 24% en employés et 9% en ouvriers; 14% sont dans l'industrie et le bâtiment, un record pour Paris avec le 3e arrondissement voisin. Le revenu moyen imposable est de 36 500 € par famille, 67% payant l'impôt. Sur 15 900 logements, 1 400 sont des résidences secondaires (420 en 1975) et 2 000 sont vacants (1 100 en 1975), et la mobilité est la plus élevée de Paris: seulement 53% des ménages étaient dans le même logement cinq ans avant. Le quart des ménages seulement disposent d'une voiture, dont la moitié ont une place de stationnement; c'est la plus faible proportion des arrondissements parisiens.

Mais ces données sont une moyenne entre deux ensembles assez fortement contrastés: un domaine du luxe et de la finance à l'ouest, où sont la rue de la Paix, l'avenue de l'Opéra et la Bourse; un ensemble populaire et industrieux à l'est, autour du Sentier et des anciens quartiers de la presse et des halles. Longtemps à droite, le 2e arrondissement a été conquis par une majorité de gauche en 2001; le maire est Jacques Boutault (Vert).

Parmi les entreprises du luxe et de l'habillement, sont présentes dans le quartier les locations de modèles de mode Ford Models (200 à 500 sal.), Photo Station (200 à 500 sal.) et Marilyn (100 à 200 sal.); les parfumeurs Coty (états-unien, 200 à 500 sal.), Guinot (100 à 200 sal.) et Kenzo (groupe LVMH, 200 à 500 sal.); le joaillier Cartier (200 à 500 sal., groupe Richemont); les vêtements Rousseau (100 à 200 sal.), Nivernaise (100 à 200 sal.), Devanlay (100 à 200 sal.), Thierry Mugler (groupe Clarins, 100 à 200 sal.); les négoces de textiles Diesel (100 à 200 sal.), Montaigne Diffusion (100 à 200 sal., produits Lacoste), Esprit de Corp (EDC, 250 à 500 sal.), la cristallerie Swarovski (200 à 500 sal.).

L'activité de presse du Sentier est encore représentée par le groupe du Moniteur (500 à 1 000 sal.), le Nouvel Observateur (250 à 500 sal.), Le Particulier (100 à 200 sal.), Les Échos (groupe LVMH, 250 à 500 sal.), la Régie Médias Siapp (100 à 200 sal.), la Sneep (Argus de l'automobile, 100 à 200 sal.), la Tribune Desfossés (groupe Alain Weill, 100 à 200 sal.), l'AFP (Agence française de presse, 500 à 1000 sal.).

Parmi les entreprises financières et proches, en partie attirées par la proximité de la Bourse, figurent la Banque centrale de compensation LCH Clearnet (britannique, 100 à 200 sal.), la BNP (500 sal.), la Caisse d'Épargne (250 à 500 sal.), le Crédit Mutuel CIC Asset Management (100 à 200 sal.), le Crédit Foncier (100 à 200 sal.), le Crédit industriel (250 à 500 sal.), le Crédit Lyonnais (plus de 1 000 sal.), Natixis (100 à 200 sal.), RBC Dexia Investor (100 à 200 sal.), la Banque privée européenne (100 à 200 sal.), la Société Générale (100 à 200 sal.), la Commerzbank (allemand, 100 à 200 sal.), Euronext (100 à 200 sal.) à la Bourse; les sociétés de conseil Alturia (groupe Alma, 100 à 200 sal.), BPI (ressources humaines, 250 à 500 sal.), Euroclear (100 à 200 sal.), Sodie (100 à 200 sal.), les assurances AGF (groupe Allianz, siégeant rue de Richelieu dans un immeuble de 1979, 500 à 1 000 sal.), les gestionnaires d'immeubles Altarea (Cogedim, 200 à 500 sal.), Gecina (espagnol, 200 à 500 sal.), Patrimoine Management (groupe BNP, 100 à 200 sal.); sondages CSA (groupe Bolloré, 100 à 200 sal.), SES (Société d'enquêtes et sondages, 100 à 200 sal.).

Hôtellerie, spectacles et voyages sont le domaine d'Euro Services Voyages (tchèque, 100 à 200 sal.), Go Voyages (passé d'Accor à la Financière Agache, 100 à 200 sal.), Terre d'Aventures (100 à 200 sal.) et Voyageurs du Monde (200 à 500 sal.) du même groupe VDM, du groupe de casinos Lucien Barrière (siège, 100 à 200 sal.), du Théâtre national de l'Opéra-Comique (100 à 200 sal.). L'arrondissement a 35 hôtels répertoriés, dont sept hôtels de quatre étoiles ou plus disposant de 500 des 1 500 chambres offertes, et où se distinguent l'hôtel Park Hyatt (250 à 500 sal.) du groupe Hyatt (avec Bouygues et le Comptoir des Entrepreneurs) et le Westminster Warwick (100 à 200 sal.); plus les hôtels Édouard-VII (groupe Bessé Signature), Horset Opéra (groupe Best+Western), Golden Tulip Opéra-de Noailles (à un groupe néerlandais), Mercure Stendhal (groupe Accor); restauration Hippo Gestion (100 à 200 sal., siège de la chaîne Hippopotamus du groupe Flo).

Dans d'autres domaines, sont enregistrés l'informatique Adneom (200 à 500 sal.), GL Trade (groupe états-unien SunGard, 250 à 500 sal.), Google France (100 à 200 sal.), Panoranet (100 à 200 sal.), Talan (100 à 200 sal.), Winwise (100 à 200 sal.); le cabinet d'architecture Arte Charpentier (100 à 200 sal.); négoce de café Nespresso (100 à 200 sal.), peinture et vitrerie Jardin (100 à 200 sal.), nettoyage Luxe et Traditions (100 à 200 sal.); siège de la société d'économie mixte de la ville de Paris Saemes (250 à 500 sal., parkings).