Peyriac-Minervois

1 100 hab. (Peyriacois), 1 019 ha dont 568 de vignes, chef-lieu de canton du département de l'Aude dans l'arrondissement de Carcassonne, 26 km NE de la préfecture, sur la rive gauche de l'Argent-Double; fabrique de meubles; cave coopérative; château viticole (40 ha) et hôtelier de Viollet, du 17e et du 19e s., bien restauré, avec un petit musée et celliers Jean d'Alibert (30 sal.); travaux publics Gils (30 sal.). Peyriac a une population stable depuis 1950; elle s'est toutefois accrue de 90 hab. de 1999 à 2009. Elle est le siège de la communauté de communes du Haut-Minervois, qui réunit 17 communes (13 200 hab.). Une appellation de vin de pays des Coteaux de Peyriac intéresse 20 communes de l'Aude et 2 de l'Hérault.

Le canton, limitrophe de l'Hérault et du Tarn, a 12 800 hab. (12 100 en 1999), 16 communes, 27 757 ha dont 6 297 de bois et garrigues. Il participe largement au vignoble du Minervois. Sa partie méridionale est dans la plaine de l'Aude, dont il frôle à peine le cours tout au SE, et les premières collines au pied de la Montagne Noire. Sa partie supérieure est dans la montagne, au relief très accidenté, et monte jusqu'aux abords du pic de Nore. La plupart des communes ont connu un maximum de peuplement dans les années 1920-1930 (quelques-unes dans les années 1880) et ont un peu décliné ensuite, puis à peine maintenu leur niveau après 1950.

Laure-Minervois (1 070 Lauranais, 3 923 ha dont 348 de bois, 1 395 de vignes), 6 km SO de Peyriac, au plan circulaire et riche en vieilles pierres, se signale par une allée couverte au nord du village; cave coopérative. Au SO, Aigues-Vives (530 Aigues-Vivois, 1 021 ha), 10 km SSO de Peyriac, est une grosse commune viticole (932 ha de vignes) qui a un site archéologique au pech de Saint-Vincent et possède une partie de l'ancien étang de Marseillette; elle a augmenté de 40 hab. depuis 1991; maçonnerie Villarzel (25 sal.).

Le finage de Puichéric (1 100 Puichéricais, 1 321 ha dont 1 066 de vignes), 8 km SE de Peyriac, autre grosse commune viticole et la seule commune du canton au sud du canal du Midi, contient la partie aval de l'étang; centre d'aide par le travail; la commune a 50 hab. de plus qu'en 1999. À 4 km au NE, La Redorte (1 140 Redortais, 1 349 ha dont 914 de vignes, Laredorte jusqu'en 1993), qui a gagné 90 hab. depuis 1999, a un port de plaisance sur le canal, près du confluent de l'Aude et de l'Argent-Double, que franchit le pont-canal; cave coopérative, château du 18e s., maison de retraite Antinéa (90 sal.), Intermarché (25 sal.).

Azille (1 180 Azillois, 2 333 ha dont 1 397 de vignes), 8 km à l'est de Peyriac, possède la plus grande partie de l'étang de Jouarres, alimenté par les crues de l'Aude; restes de fortifications et maisons anciennes; Azille participe à l'AOC minervois-la livinière et a gagné 110 hab. de 1999 à 2009. Pépieux (1 020 Pépieuxois, 985 ha), 11 km au NNE de Peyriac, dessine une pointe dans le département de l'Hérault; on y cultive 1 014 ha de vignes, plus que la superficie de la commune; restes de fortifications, dolmen des Fades, plage sur le lac de Jouarres; institut médico-éducatif, maçonnerie Mignard (30 sal.). Rieux-Minervois est à peine à 2 km de Peyriac, au SE.

Le pied de la montagne est tenu par trois communes. Trausse (530 Traussois, 1 070 ha dont 700 de bois), 3 km au nord de Peyriac, exploite 457 ha de vignes et a 70 hab. de plus qu'en 1999; reste de tour, maisons anciennes. Caunes-Minervois (1 640 Caunois, 2 784 ha, dont 617 de vignes), 5 km au NO de Peyriac, est presque une ville, riche de maisons anciennes; l'abbaye, fondée au 8e s., conserve de beaux restes des 12e-13e et jusqu'au 18e s., avec tour carrée et clocher carré à baies géminées; on y donne des concerts en été (festival en juillet). La commune compte plusieurs grottes, qui lui valent son nom; un site de vol libre, un pont romain; elle figure parmi les «villages de charme». Des carrières de marbre rose, rouvertes en 1633 pour les bâtiments royaux, n'ont cessé d'être exploitées depuis; négoce de fruits et légumes Azalbert (20 sal.). La population a augmenté de 130 hab. de 1999 à 2009; elle avait atteint 2 600 hab. en 1886.

Au nord de Caunes à 8 km, enfouie dans la profonde vallée du haut Argent-Double, Citou (80 Citounels, 1 734 ha dont 1 271 de bois) s'abrite sous les restes de son château médiéval, et organise annuellement une fête de l'oignon doux; forêt domaniale des Soulanes de Nore. Plus à l'ouest, Villeneuve-Minervois (980 Villeneuvois, 2 385 ha dont 789 de bois), 10 km NNO de Peyriac et 6 km à l'ouest de Caunes, est au débouché de la Clamoux, affluent de l'Orbieu, et compte 496 ha de vignes; quelques mégalithes, un moulin à vent restauré; le nombre d'habitants a augmenté de 140 entre 1999 et 2009.

Au nord, le finage de Cabrespine (190 Cabrespinois, 1 756 ha dont 589 de bois), 15 km NO de Peyriac, dans la vallée de la Clamoux, est jalonné de ruines, anciennes mines, grottes et gouffre au contact de la couverture calcaire et du massif ancien. Le «gouffre géant» est une énorme grotte, extrêmement profonde, occupée depuis la préhistoire, aménagée pour la visite en 1998; sa grande salle mesure 220 m de haut et offre d'abondantes concrétions. Plus à l'est dans la montagne au-dessus de Caunes, quelques hameaux s'égrènent dans la profonde vallée de l'Argent-Double jusqu'au col de Salettes par où l'on atteint la vallée du Thoré à Labastide-Rouairoux (Tarn). Cabrespine partage avec sa voisine Pradelles-Cabardès (canton de Mas-Cabnardès) un site éolien de 20,8 MW ouvert en 2006 avec 6 machines Bonus et 6 Siemens pour Eole-Res (parc du Haut-Cabardès).

Tout au nord du canton sur le massif ancien, deux communes se partagent les hautes forêts de la Montagne Noire.Castans (120 Castansois, 1 701 ha dont 1 083 de bois) est aux sources du Clamoux en amont de Cabrespine, dans un fond de vallée reculé aux routes sinueuses. Lespinassière (110 Lespinassiérois, 1 624 ha dont 1 358 de bois) est son pendant oriental dans le haut bassin de l'Argent-Double, sous le col de Salettes; le village est à 4 km en amont de Citou.