Pierrefitte-Nestalas

1 330 hab., 176 ha, commune des Hautes-Pyrénées dans le canton d’Argelès-Gazost, 5 km SSE du chef-lieu, dans la plaine de confluence du gave de Pau et du gave de Cauterets. L’ancien village de Nestalas, dérivé de neste (torrent), y a pris son nouveau nom dès 1901 en raison de la croissance du faubourg de Pierrefitte sur la route d’un Cauterets en pleine expansion.

C’est dans cette plaine, le plus près possible des ressources hydroélectriques, que s’est établie en 1917 la première usine électrochimique, d’abord fabrique d’explosifs de guerre et point de départ d’une agglomération industrielle à laquelle participent les communes voisines de Soulom et Villelongue. En fait, il existait déjà une usine de traitement du minerai de plomb, extrait vers 1 200 m au SO (actuellement dans l’angle NO de la commune de Cauterets); le gisement dit de la Vieille Mine, connu des Romains, fut réexploité à partir de 1856, vendu à l’Asturienne puis aux Britanniques; la mine fut équipée d’un téléphérique de 6 600 m en 1907; passée à Penarroya en 1918, elle fut abandonnée en 1969.

Reste dans l’agglomération une usine de ferro-alliages FerroPem (70 sal.) du groupe espagnol FerroAtlántica, avant 2006 à Alcan par Pechiney, spécialisée dans les inoculants, qui sont des alliages à base de ferro-silicium utilisés pour affiner la structure de la fonte; Mitjavila fait des profilés d’aluminium pour stores et du traitement de surfaces (65 sal.) et des toiles pour stores (55 sal.); travaux publics Soares (35 sal.). La commune a un collège public, un musée du sabotier et un aquarium (Marinarium du Lavedan). Sa population a asez fortement fluctué en fonction de la variation des emplois: 1 200 hab. en 1911, 2 200 en 1962, une net recul depuis.; mais elle a repris 50 hab. de 1999 à 2009.