Pierrefontaine-les-Varans

1 340 hab. (Pétrifontains), 2 890 ha dont 670 de bois, chef-lieu de canton du département du Doubs dans l’arrondissement de Pontarlier, assez isolée à 700 m sur le plateau du Jura, à 30 km au nord de Morteau et 50 km à l’est de Besançon. Le village est sur le plateau à la tête d’un profond vallon qui descend vers les gorges de la Reverotte, affluent du Dessoubre, au défilé des Épais Rochers; cascade.

Elle a un collège public, une maison familiale rurale, une coopérative fromagère, plusieurs ateliers dont la Sermap (machines agricoles, au groupe Sofib, 80 sal.), les composants électroniques Merem (25 sal.), les installations thermiques Myotte (35 sal.); travaux publics Pellegrini (30 sal.), le négoce de matériel agricole Coste (30 sal.); centre de loisirs et d’éducation de la Roche du Trésor. La commune avait environ 1 000 hab. en 1900 et a entamé une lente croissance dans les années 1930, jusqu’en 1999; elle régresse un peu depuis et a perdu 60 hab. entre 1999 et 2008; son nom s’est allongé en 1962.

Le canton a 7 600 hab. (6 700 en 1999), 20 communes et 26 391 ha dont 8 353 de bois. Il est passé de l'arrondissement de Besançon à celui de Pontarlier en 2009. Étiré du nord au sud, il est défoncé par les profondes vallées de la Reverotte et la culée des sources du Dessoubre. Ce dernier site est celui du cirque de Consolation, l’un des plus célèbres du Jura, pour son relief impressionnant (350 m de profondeur) vu depuis le belvédère de la Roche des Prêtres, et pour son ancien monastère (début du 16e s.), dans la commune de Consolation-Maisonnettes (28 hab., 431 ha dont 230 de bois), 15 km au nord de Morteau à 570 m. Le monastère, devenu petit séminaire, est maintenant le siège d’une fondation spirituelle et offre un parc à cascades et promenades, plus un musée de papillons et oiseaux. La commune, qui a eu 300 hab. en 1866, s'appelait seulement Consolation avant 1910.

Orchamps-Vennes (1 870 Oricampiens, 2 479 ha dont 725 de bois), à 750 m, proche de la route de Besançon à Morteau, sert de centre à la partie méridionale du canton et accueille un collège privé; musée de l’outil à bois, scierie Bertin (Jurasciages, 35 sal.); bracelets de cuir pour horlogerie et maroquinerie du groupe Jean-Claude Perrin (45 sal.)., tournage et mécanique Paget (25 sal.). La population communale augmente depuis 1900 (890 hab.) et s'est accrue de 240 hab. depuis 1999. Guyans-Vennes (710 hab., 1 967 ha dont 572 de bois) est sur le même plateau à 5 km au NE d'Orchamps, et a gagné 130 hab. de 1999 à 2008; travaux publics et transports Tattu (20 sal.).

Plaimbois-Vennes (80 hab., 1 080 ha dont 679 de bois) est sur un étroit plateau au sud de Pierrefontaine (10 km par la route, 3 à vol d'oiseau), entre la gorge de la Reverotte et la crête du Montaurèbe; grotte de l'Ermite (ou Lamadou) et moulin de Vermondans dans un profond vallon au nord-est, au-dessus des Épais Rochers; le ban s'étire en queue au nord-est sur le flanc sud du défilé. Vennes (140 Vennards., 731 ha,dont 272 de bois) est un tout petit village entre Orchamps et Guyans.

Loray (480 hab., 1 439 ha dont 698 de bois), de l'autre côté de la cluse d'Orchamps au nord-ouest, a une fontaine-lavoir remarquable de 1851, en rotonde; la population s'est accrue de 80 hab. après 1999. Flangebouche (650 hab., 2 327 ha dont 638 de bois) est à l'ouest de Loray sur la grand-route et son territoire s'étire loin vers le sud, où il est traversé par la voie ferrée, monte à 1 058 m au Chaumont et abrite le centre de vacances du Gai Soleil à plus de 900 m; la commune a une croix classée du 16e s et a gagné 90 hab. après 1999.

Fournets-Luisans (610 hab., 2 771 ha dont 896 de bois), au sud, la plus proche de Morteau, vers 900 m, résulte d’une fusion de 1972 et associe plusieurs petits hameaux; une ferme à tué de Montagnon y propose un écomusée de la vie rurale; scierie et parquets RHD (Résineux du Haut-Doubs, 45 sal.) et Usibois (20 sal.), charpentes Myotte-Duquet (20 sal.), salaisons Myotte (Fumor, 20 sal.); la population est également en croissance lente mais continue (+90 hab. de 1999 à 2008). La commune a d'abord été formée par la réunion de Grandfontaine au nord et les Fournets au sud, dans les années 1790, sous le nom de Grandfontaine-Fournets; la réunion avec Luisans a fait disparaître celui de Grandfontaine, qui subsiste cependant comme hameau.

Plusieurs petites communes s'éparpillent dans les reliefs au nord-ouest du canton, riches en gouffres et grottes. Landresse (210 hab., 1 443 ha dont 484 de bois), à 8 km NO du chef-lieu à 540 m, a eu 450 hab. autour de 1850, 140 en 1982; elle a gagné 60 hab. après 1999; atelier de chaudronnerie Devillers (35 sal.). Tout près à Ouvans (60 Ouvanais, 520 ha), 3 km au NE de Landresse à 680 m, travaille l'ébénisterie Muller (20 sal.).