Réchicourt-le-Château

580 hab. (Réchicourtois), 2 414 ha dont 1 286 de bois, chef-lieu de canton du département de la Moselle dans l’arrondissement de Sarrebourg, 23 km au SO de la ville; étangs de Réchicourt au nord (88 ha en tout), où passe le canal de la Marne au Rhin, et grande forêt au nord-est. Le nom allemand fut Rixingen. La population diminue depuis 1954 (1 050 hab.) et a encore perdu 160 hab. (-22%) de 1999 à 2008.

Le canton, limitrophe de la Meurthe-et-Moselle, a 3 900 hab., 14 communes, 18 276 ha dont 6 258 de bois. La communauté de communes du pays des Étangs, qui siège à Réchicourt, lui correspond exactement. Au nord, il atteint l'étang de Lindre dans la commune de Guermange (100 hab., 1 764 ha dont 911 de bois), qui est à 19 km du chef-lieu et entourée de bois de tous côtés; observatoire ornithologique, spectacle son et lumière des fresques de l'église. À Fribourg (170 hab., 1 742 ha dont 350 de bois), 13 km NNE du chef-lieu, bois de la Goutte de Bensing et parc de vision de Sainte-Croix, à la limite de Rhodes; la commune, étirée vers l'est, touche au canal des Houillères et à l'étang du Stock. Azoudange (120 hab., 1 573 ha dont 434 de bois), 13 km NNO du chef-lieu, conserve la ferme fortifiée de Romécourt, 4 km au sud du village.

Au centre-sud, le canton est traversé par le canal de la Marne au Rhin et occupé par la grande forêt de Réchicourt. L'étang de Gondrexange, traversé par le canal, y occupe 536 ha (700 avec le Petit Étang); il remonte au Moyen Âge comme celui de Lindre, mais a été très agrandi au 19e siècle pour les besoins des canaux: il est aussi à la source du canal des Houillères. Diverses activités de loisirs y cohabitent. Le village de Gondrexange (490 hab., 2 288 ha dont 1 050 de bois) est au SE, à 9 km ENE du chef-lieu, au bout du Petit Étang qui prolonge le grand, et au bord du canal de la Marne au Rhin et de la voie ferrée de Lunéville à Sarrebourg.

Foulcrey (190 hab., 1 234 ha), 4 km au sud de Réchicourt,a un étang dans les bois au nord-est, et partage avec plusieurs voisines le parc éolien du Haut des Ailes, totalisant 22 mâts et 44 MW, divisé en quatre sections et relevant du groupe Eurelia; Foulcray a reçu la section du Haut des Grues (6 mâts, 12 MW). Richeval (140 hab., 492 ha), à l'est de Foulcrey, a reçu la section du Haut de Blamont (5 mâts, 10 MW), au sud du village, dont le finage est traversé par la N 4 et par une ancienne voie romaine qui lui est parallèle. Les deux autres sections du parc éolien sont à Igney, dans le canton de Blamont (Meurthe-et-Moselle).

Moussey (630 hab., 789 ha) est à 5 km ONO de Réchicourt; au NE du village et débordant sur le ban de Réchicourt, s’est bâti au début des années 1930 le curieux village de Bataville, un des rares en France à porter le nom de la firme qui l’a aménagé pour ses besoins; la fabrique de chaussures Bata, devenue ensuite Hello, a fini par disparaître; le site n'abrite plus que l'entreposage LDPE (35 sal.), et une association culturelle nommée La Chaussure Bataville qui cherche à développer un pôle culturel «à la façon de Meisenthal». La population de Moussey était de 260 hab. en 1931, 1 100 en 1936; elle diminue depuis 1968.

Bataville

 

Highslide JS
Bataville en Lorraine

Thomas Bata, né à Zlin en 1876, était devenu un empereur de la chaussure en Tchécoslovaquie puis au-delà; il est mort accidentellement en 1932, mais il avait déjà choisi en octobre 1931 le domaine d'Hellocourt, sur 500 ha, pour y construire une usine modèle, recrutant localement, fondée sur le système fordiste qu'il avait étudié en Amérique, et à caractère très paternaliste et autoritaire. Hellocourt est une ancienne commune, intégrée à Maizières-lès-Vic, dans le canton voisin de Vic-sur-Seille. L'usine et les cités ont fonctionné dès septembre 1932, employant 2 700 salariés en 1939, et encore 2 000 dans les années 1950, 1 500 au début des années 1990.

L'empire Bata avait réussi à se transférer au Brésil et au Canada pour ne laisser au nouveau régime tchèque d'après 1948 que les ateliers de Zlin, et c'est de Toronto qu'est venue en 2001 la décision de fermer l'usine, qui occupait encore 850 personnes, produisant 1 500 000 paires de chaussures par an, au motif qu'ouvriers et syndicats ne suivaient plus les règles du jeu de jadis. Une société formée par un cadre de l'usine en 2002 a emprunté à Hellocourt le raccourci publicitaire Hello, et repris 280 salariés; mais elle était à son tour en grave difficulté en 2004, licenciant 180 personnes et exportant en Suède le meilleur de la production.

Le site a été repris en 2005 par le transporteur Paam (Pierre Moisson) pour l'entreposage, puis est devenu LDPE (Logistique du Pays des Étangs) avec 35 salariés. La firme Bata emploie plus de 40 000 personnes dans le monde et dispose de 4 600 magasins. Le siège est à Toronto, c'est toujours un Bata (Thomas G.), petit-fils du fondateur, qui dirige le groupe. Sa devise est «People first», les gens d'abord… (R. Brunet, Mappemonde 2006, avec une carte; v. https://mappemonde-archive.mgm.fr/actualites/bataville.html)