Roost-Warendin

6 300 hab. (Roost-Warendinois), 716 ha, commune du département du Nord dans le canton de Douai-Ouest, 6 km au NNE du chef-lieu. Le finage de la commune est dans les marais de la Scarpe, qui le borde au sud-est. Warendin était un ancien hameau de Râches, rattaché à Roost sous la Révolution, non sans de longues querelles qui ont perduré au 19e s. Du charbon a été extrait aux fosses de la Compagnie de l'Escarpelle 1 (Soyez, 1860-1923, 3 Mt en tout) et 9 (1909-1990, 18 Mt en tout). Le terril Cavalier de l'Escarpelle a été aménagé, planté et paysagé; le site des Annelles, à l'ouest, pourrait être classé en réserve naturelle.

Le château de Bernicourt (18e s.), au nord de la commune, est une propriété communale avec parc, ferme et écomusée. Le quartier de la Belleforière, juste à l'ouest du terril de l'Escarpelle, fait partie d'une «zone urbaine sensible» et «zone de rénovation urbaine» de 231 ha et 7 800 hab. qui s'étend aussi sur Auby, Flers-en Escrebieux et Douai. La ville a un collège public et deux zones d'activité (Belleforière et le Chevalement), mais qui n'accueillent que de petites entreprises; transmissions Lecq (45 sal.), ingénieries TW (30 sal.) et Airele (25 sal.), négoce de matériel médical Handimat (25 sal.), espaces verts Andriolo (25 sal.), peinture Urbain (35 sal.). La population communale, de 1 000 hab. en 1841, est montée à 3 200 en 1911 puis, après avoir stagné à ce niveau dans l’entre-deux-guerres, est montée à 5 000 en 1954, 6 400 en 1968. Ensuite, elle a fluctué ; elle aurait baissé de 700 hab. entre 1990 et 1999 puis repris 470 hab. de 1999 à 2010 — sauf faiblesse du recensement en 1999.