Roujan

1 970 hab. (Roujanais), 1 702 ha, chef-lieu de canton du département de l'Hérault dans l'arrondissement de Béziers, 21 km NE de Béziers, 11 km au NO de Pézenas. Roujan est un gros bourg avec un vieux centre en rond et des restes de fortifications, une église des 13e-14e s. et un château des 15e-16e; musée de Noé (vigne, vin, fouilles), une grotte au nord du village (la Tuilerie). La commune a deux caves coopératives (51 000 hl, une au village, une à Sainte-Marthe), distillerie, 730 ha de vignes (dont AOC coteaux-du-languedoc); une entreprise de plâtre, env. 30 salariés.

À l'ouest, le château de Cassan, situé entre deux buttes volcaniques, abrite un foyer de jeunes travailleurs, dans un ancien prieuré fondé au temps de Charlemagne et dont il reste des éléments des 11e-12e s., plus un palais abbatial du 18e s. avec un superbe cloître, terrasses étagées et jardins. Au nord, coule la source minérale de Saint-Majan (ou Majau). Roujan a dépassé les 2 000 hab. au milieu du 19e siècle et à nouveau en 1901, puis sa population a diminué jusqu'en 1990; elle a augmenté de 450 hab. entre 1999 et 2009. Le bourg anime une communauté de communes Coteaux et Châteaux de 8 communes et 5 200 hab.

Le canton a 8 700 hab. (6 200 en 1999), 11 communes, 12 579 ha dont 4 057 de bois et garrigues. Sa partie septentrionale, boisée, est dans le massif ancien des Avant-Monts; Vailhan (170 Vailhanois, 1 123 ha), 6 km au nord de Roujan, y cache dans la haute vallée de la Peyne un lac de retenue aux parois abruptes et boisées; elle a gagné 50 hab. depuis 1999, cultive 150 ha de vignes (dont AOC coteaux-du-languedoc), mais a près de 900 ha de garrigues. Neffiès (970 Neffiessois, 1 092 ha), 4 km NNE du chef-lieu, a une cave coopérative (27 000 hl) et 450 ha de vignes (dont AOC coteaux-du-languedoc) et autant de garrigues; on y a exploité un peu de charbon au 18e s. La population était de l'ordre du millier d'habitants au 19e s. et s'est abaissée jusqu'à 590 hab. dans les années 1970; elle remonte depuis et a gagné 260 hab. (+37%) de 1999 à 2009.

Gabian (830 Gabianois, 1 596 ha), 3 km à l'ouest de Roujan, est au bord de la Thongue, parmi les collines assez vigoureuses des garrigues biterroises, aux abondantes murettes; église romane du 12e s. (et 15e); restes de remparts, musée archéologique. Des sources d'eau minérale avaient été utilisées depuis les Romains et un aqueduc menait à Béziers. Au SE de la commune, un suintement de pétrole a été exploité assez longtemps dans la vallée de la Thongue, mais pour une très petite production; il contribuait à ce que le village ait compté plus de 1 500 hab. en 1880. La dépopulation a été sensible jusqu’en 1982; depuis, le nombre des habitants a un peu augmenté (+160 de 1999 à 2009). Il reste 700 ha de garrigues et 500 ha de vignes, en partie d'AOC coteaux-du-languedoc (cave coopérative de 19 000 hl). La dépopulation a été sensible jusqu'en 1982.

Margon (480 Margonnais, 447 ha), 2 km au sud de Roujan, se tasse autour du château des 13e-16e s., dont les tours rondes chapeautées d'ardoise ont très fière allure; église des 11e-12e s.; 240 ha de vignes. La commune a presque doublé sa population de 1999 (250 hab.) à 2009. Pouzolles (1 060 Pouzollais, 1 001 ha), 3 km au SO de Roujan et 18 km au NE de Béziers, bâti en rond sur une petite butte, a un château du 16e, à hautes tours rondes coiffées d'ardoises, et une grosse cave coopérative (54 000 hl) et distillerie; on y cultive 840 ha de vignes (en nette réduction). La commune avait dépassé 1 200 hab. en 1901, puis s'est dépeuplée jusqu'en 1990; mais elle vient de gagner d'un coup 260 hab. (un tiers) entre 1999 et 2009. Magalas a dépassé 2 000 hab.