Saint-Agnant

2 200 hab., 2 249 ha, chef-lieu de canton de la Charente-Maritime dans l'arrondissement de Rochefort, 8 km au sud de la ville. La commune, qui a un collège public, se partage entre plaine et anciens marais salants au sud-ouest. À l'est du bourg, le hameau de Montierneuf est le site d'un ancien prieuré, avec un grand portail et un superbe pigeonnier, où sont organisés des spectacles de son et lumière. Au nord de la commune, l'aéroport de Rochefort (codes RCO et LFDN) mord aussi un peu sur les communes voisines d’Échillais et de Soubise; doté de pistes de 2 300 et de 800 m, il n'est plus utilisé que par quelques charters (20 passagers en 2010…) et l'aéroclub: 9 500 mouvements dans l'année, dont 3 100 en vols privés. La commune avait un peu plus d'un millier d'habitants dans la première moitié du 20e s., puis sa population a augmenté à partir de 1960 et atteint les 2 000 hab. en 1999; elle a gagné une centaine d'habitants de 1999 à 2004.

Le canton a 14 700 hab. (11 100 en 1999), 11 communes, 17 548 ha dont 952 de bois; il s'étire sur 28 km du NO au SE entre Charente et Seudre, longeant la rive gauche de la première au nord, sans atteindre la seconde au sud. Presque la moitié du territoire, côté sud-ouest, est occupée par les anciens marais salants de Brouage, que traverse la limite cantonale, suivant à peu près le canal de Brouage. Port-des-Barques est la commune la plus occidentale, sur le littoral.

Saint-Nazaire-sur-Charente (1 120 Saint-Nazairiens, 2 031 ha), juste à l’est de Port-des-Barques, se partage entre la plaine au sud et le marais de la Charente au nord, qui entoure une petite île portant le fort Lupin, construction en demi-cercle du 17e s. Sa population augmente depuis 1975 (660 hab.) et a gagné 260 hab. de 1999 à 2008 (+30%). Saint-Froult (300 Saint-Frolnits, 639 ha) flanque Saint-Nazaire au sud, face à un estran de 4 km de large; elle a 60 hab. de plus qu'en 1999.

Moëze (550 Moéziens, 2 117 ha), qui est à 7 km NO de Saint-Agnant, a gagné 80 hab. depuis 1999; le village se tasse sur la plaine et possède de nombreux anciens marais salants; le clocher, élancé, sert d’amer; une belle croix hosannière du 16e s., dite aussi temple, se dresse à l’est du village. Au bord de la grande réserve naturelle qui porte son nom (v. Moëze-Oléron) mais qui est en mer, une maison d’accueil donne des informations sur la réserve.

Beaugey (630 Beaugeatins, 1 451 ha) a gagné 150 hab. de 1999 à 2008; elle est proche de Saint-Amant, de l’autre côté du canal de la Seudre à la Charente, et a aussi une grande part d’anciens marais salants. Au sud du canton, Saint-Jean-d’Angle (550 Angloisiens, 2 161 ha) est à 6 km de Saint-Agnant et a 40 hab. de plus qu'en 1999; ce fut un petit port, qui conserve un grand clocher-tour et les restes d’une forteresse du 15e s. à douves, plus de vieilles tours; maison de retraite de l'Ombrière (40 sal.); le finage contient de vastes étendues d’anciens marais salants, d’où émerge à peine la minuscule île de Malaigre.

La commune la plus méridionale est La Gripperie-Saint-Symphorien (490 Griphoriens, 1 816 ha dont 400 de bois), qui a davantage de terre ferme, mais boisée; son église romane fut un lieu de pèlerinage marin; carrières Clion (30 sal.). La commune de Champagne (550 Champagnais, 1 953 ha dont 337 de bois) à l’est, dont le village est à 6 km SE de Saint-Amant, porte bien son nom dans la plaine calcaire un peu nue; elle est bordée à l’est par la vallée de l’Arnoult. Au nord, les deux autres communes du canton, Échillais et Soubise, sont plus étoffées et font partie de l'agglomération de Rochefort.