Saint-André-de-Valborgne

480 hab. (Saint-Andréens), 4 871 ha dont 2 500 de bois, chef-lieu de canton du département du Gard dans l’arrondissement du Vigan, 49 km au nord du Vigan et 39 km au NO d’Anduze, à 435 m sur le gardon de Saint-Jean. Le village a de hautes maisons anciennes et des restes de fortifications, une église romane; un village de vacances s’y est établi. La commune occupe tout le nord du canton; elle avait plus de 1 800 hab. vers 1850 et n’a pas cessé de se dépeupler jusqu'en 1999; elle aurait pourtant repris une centaine d'habitants en 2009.

Le canton, limitrophe du département de la Lozère, a 1 200 hab. (1 000 en 1999), 5 communes, 11 931 ha dont 7 465 de bois. Il correspond au haut bassin du Gardon de Saint-Jean et de son affluent le Borgne, et la Corniche des Cévennes suit sa crête septentrionale. Il fut un haut lieu du protestantisme, et de la sériciculture. Saumane (250 Saumanois, 1 214 ha dont 1 100 de bois) est à 11 km au SE de Saint-Jean dans la vallée du Gardon; sa population augmente un peu depuis le minimum de 1982 (140 hab., contre plus de 500 avant 1970). L’Estréchure (180 Estréchurois, 1 934 ha dont 1 318 de bois) est un peu plus bas, à 16 km; elle se nommait Saint-Martin-de-Corconac avant de prendre le nom (le défilé) en 1873; elle avait alors 600 hab. La communauté de communes de la Vallée Borgne correspond au canton et siège à L’Estréchure.

Les Plantiers (260 Plantiérois, 3 083 ha dont 1 955 de bois) est dans la vallée affluente du ruisseau de Borgne, 15 km au SE du chef-lieu et a un centre de vacances du comité d'entreprise du CNRS; le col du Pas (833 m, panorama) permet de rejoindre Valleraugue au SO; celui de l'Asclié (905 m, vaste panorama), au SE, permet aussi de rejoindre la vallée de l'Hérault et Le Vigan. Elle se nommait jadis Saint-Marcel-de-Fouillouse (ou de Fousfouillouse), nom qu'elle a abandonné en 1874, et avait 1 300 hab. au début du 19e s., encore 800 en 1906; le dépeuplement est toutefois arrêté depuis 1975.