Saint-André-lez-Lille

11 500 hab. (Andrésiens) dont 140 à part, 316 ha, commune du département du Nord dans le canton de Lille-Ouest, 4 km au nord-ouest de la préfecture et limitrophe de Lille. Son territoire est à l'ouest de la Deûle, entre ceux de Lambersart et de Marquette-lez-Lille. La ville est fleurie (trois fleurs) et offre les parcs de Ratintout et de la Cessoie, une école de musique au château Vandame dans le parc municipal, le quartier de Port-Royal à l'extrême sud sur la Deûle. Elle reçoit une gare de triage au nord-est et dispose d'un collège public et un collège privé, un lycée professionnel public, un grand centre de soins (Ulysse Trélat) en centre-ville, une maison de retraite.

a principale usine est celle des viandes et conserves Jean Caby (420 sal.), qui appartient au groupe états-unien Smithfield depuis 2004 ; les autres sont les sous-vêtements Lemahieu (110 sal.), l’imprimerie Dourdin (90 sal.), la menuiserie Charpentes et Couverure du Nord (35 sal.), l’ennoblissement textile Domotex (25 sal.) ; fourniture de chaleur Dalkia (500 sal., groupe Veolia) et ingénierie Dalkia (45 sal.), réseaux et canalisations Claisse (100 sal.); négoce d'habillement Berthier (30 sal.); transports Abeille Rush (45 sal.). La commune est passée à 1 000 hab. en 1856, 3 500 en 1901, 7 600 en 1954 et a culminé à 12 400 en 1975 ; sa population a diminué ensuite puis s’est stabilisée en 1990 vers 10 100 hab. Elle aurait gagné 1 300 hab. de 1999 à 2010. Le maire est Olivier Henno, UDI, également conseiller général.