Saint-Auban (Alpes-Maritimes)

270 hab. (Saint-Aubanais), 4 254 ha dont 2 500 de bois, chef-lieu de canton des Alpes-Maritimes dans l'arrondissement de Grasse, 60 km au NO de la ville, à 1 160 m. Le village est au bord de l'Esteron, qui y traverse une barre de relief par la clue de saint-Auban. Son finage s'étend vers le sud jusqu'à la montagne de Bleine et atteint 1 656 m à la Cime de Bausson; plusieurs hameaux s'y dispersent. La population de la commune a culminé à 690 hab. en 1841, et ne s'est pas beaucoup accrue depuis le minimum des années 1950 (200 hab.). Saint-Auban est le siège de la communauté de communes des Monts d'Azur, qui rassemble 14 communes et 2 500 hab.

Le canton a 2 100 hab., 13 communes, 29 770 ha dont 17 610 de bois; son relief est haché par plusieurs barres est-ouest, dont la montagne de Charamel à l'est et l'alignement Bleine-Thorenc-Cheiron au centre, le crêt de Bauroux et la montagne de l'Audibergue au sud. Briançonnet (170 Briançonnois, 2 432 ha dont 973 de bois, à 1 010 m), Gars (50 Garcinois, 1 557 ha dont 800 de bois, à 730 m), Amirat (40 Amiratois, 1 295 ha dont 910 de bois, à 860 m), Les Mujouls (30 Mujoulois, 1 455 ha dont 940 de bois, à 750 m), Collongues (100 Collonguois, 1 078 ha dont 600 de bois, à 630 m) et Sallagriffon (55 Sallagriffonnais, 960 ha dont 427 de bois, à 720 m) se partagent le nord du canton, toutes ces communes sauf Amirat jalonnant le cours de l'Esteron. La plupart ont connu un minimum de population autour de 1960 mais n'ont repris que quelques habitants depuis; Gars et Amirat en perdent à nouveau. Tous les villages sont perchés, aux maisons anciennes, avec des ruines de châteaux ou d'anciens hameaux, et quelques chapelles du 12e s.; clue et moulin du Pali à Sallagriffon, musée du temps jadis à Briançonnet, maison natale de l'éducateur Célestin Freinet (1896-1966) à Gars.

Aiglun (110 Aiglenois, 1 537 ha dont 870 de bois) est la plus orientale commune du canton, à 25 km du chef-lieu, à 620 m; son finage est encadré par la clue d'Aiglun à l'ouest, où s'enfonce en gorge l'Esteron sur 200 à 400 m de profondeur, et par la clue de Riolan à l'est, sur un affluent. La belle cascade du Vegay, de 140 m de haut, est au sud du village. Le finage monte au sud à 1 541 m sur la crête du Cheiron. Aiglun a eu 380 hab. en 1851, 50 en 1968.

Dans le prolongement de la partie méridionale du territoire de Saint-Auban, Le Mas (140 Massois, 3 215 ha dont quelque 3 000 de bois), 15 km à l'est du chef-lieu à 900 m, a une église du 12e s. La commune étend son finage d'ouest en est entre la montagne de Charamel au nord, qui atteint 1 686 m à l'Arpille, et la montagne de Thorenc au sud, qui monte à 1 644 m au pic de l'Aigle. La Gironde coule vers l'est dans le grand berceau qu'ils dominent, et rejoint l'Esteron à Aiglun. Le Mas n'avait plus que 40 hab. en 1962, contre 510 en 1846.

Quatre communes sont au sud de la crête Bleine-Cheiron. Valderoure (310 Valderourois, 2 334 ha dont 1 700 de bois) est à 6 km au SSO de Saint-Auban à vol d'oiseau, 15 km par la route, à 1 050 m; elle héberge le centre bouddhiste Karmapa. La commune n'avait plus que 110 hab. en 1975 (350 vers 1840) et en a gagné 80 de 1999 à 2007. Son finage s'allonge d'ouest en est entre la Bleine et le Bauroux (1 644 m), dans une longue dépression drainée par la Lane vers l'Artuby, qui traverse la partie occidentale du finage, ainsi que celui de Séranon.

Séranon (320 Séranonnais, 2 328 ha dont 1 286 de bois, à 1 100 m) est à l'angle SO du canton, loin du chef-lieu mais moins isolée car elle est traversée par la N 85, qui en sort à l'est par le col de Valferrière à 1 169 m. Caille (220 Caillois, 1 696 ha dont 614 de bois) est un tout petit village 3 km à l'est de Sérandon à 1 160 m, mais complété au sud par le hameau de la Moulière et par les installations de la station de neige de l'Audibergue qui monte à plus de 1 600 m; elle offre 23 pistes et 7 remontées, plus des pistes de ski nordique. La commune n'avait que 110 hab. en 1975, mais sa population progresse depuis, et elle compte près de 300 résidences secondaires. Cela lui vaut un petit équipement de village-centre; un télésiège fonctionne en été et une via ferrata spéléologique (via souterrata…) a été aménagée sous terre; projet de Maison de la spéléologie.

Le sud-est du canton est occupé par le finage assez étendu d'Andon (340 Andonnais, 5 430 ha dont 3 000 de bois, à 1 200 m) qui participe à la station de l'Audibergue où il monte à 1 642 m au signal d'Andon, et partage avec Caille le parcours souterrain. Le village est à 26 km de Saint-Auban par la route (10 km à vol d'oiseau). Andon est aussi à la source du Loup et, au sud-est, la commune est bordée par l'ancienne haute vallée encaissée de la Siagne. Elle contient l'oppidum de Barlet et plusieurs gouffres et avens. Au-delà de la crête où se juchait à 1 400 m le village ruiné du Castellaras, la partie nord de la commune est au contraire drainée vers l'ouest par la Lane; le versant d'adret du Thorenc porte le village de Thorenc sous le col de Bleine (1 439 m) qui assure une communication avec Saint-Auban. Sa population a beaucoup fluctué depuis 1954, entre 490 et 250 hab.