Saint-Briac-sur-Mer

2 000 hab. (Briacins), 806 ha, commune d’Ille-et-Vilaine dans le canton de Dinard, 7 km à l’ouest du chef-lieu; cet ancien port de pêche, «village de charme», est devenu une agréable station de la côte d’Émeraude, sans casino. Elle fut choisie par des peintres comme Isabey dès les années 1850, ce qui la fit surnommer la «Pont-Aven du nord»; «sur Mer» a été ajouté en 1939. Un musée en plein air évoque le sentier et les sites préférés des peintres; festival d’art, salon et concours de peinture; un menhir au nord. La population était modérément croissante depuis le minimum de 160 hab. en 1975, mais elle a baissé de 80 hab. entre 1999 et 2008; elle avait dépassé 2 200 hab. entre 1880 et 1911.

La station, qui fait face à l’ouest et donne ainsi sur la baie de Lancieux plus que sur la Manche, a un port de plaisance de 600 places d'échouage, avec association nautique, yacht-club, écoles de voile et de kayak, et dispose de 9 plages de sable et d’un golf. Face à la pointe de la Haye, se trouvent l'îlot du Perron et, au-delà, l'île Agot, qui monte à 36 m. La pointe de la Garde-Guérin (46 m), trouée de casemates, est également dans la commune, au nord-est, précédant la plage de Longchamp que Saint-Briac partage avec Saint-Lunaire. Au sud-ouest, le finage est limité par le cours et l'estuaire du Frémur. La commune a 1 600 résidences secondaires (61% du parc de logements), 2 campings (360 places) mais pas d'hôtel.