Saint-Calais

3 700 hab. (Calaisiens) dont 230 à part, 2 276 ha, chef-lieu de canton de la Sarthe dans l'arrondissement du Mans, 43 km à l'ESE de la préfecture. Le bourg est dans la petite vallée encaissée de l'Anille, affluent de la Braye, au pied des ruines de son ancien donjon et sur l'antique voie de Blois au Mans, devenue N 157. «Station verte de vacances» et site classé, Saint-Calais fut sous-préfecture, et le centre de services d'un assez grand pays calaisien, mais qui s'est assez vite dépeuplé et n'offrait que des sols de sables et dépôts relativement peu fertiles. On s'y occupa au travail du textile. La commune a une belle halle aux grains, de maigres restes d'une ancienne abbaye dont la fondation semble remonter au 6e siècle, une façade intéressante de l'église du 16e s. Elle est équipée d'un collège public et un privé, un lycée professionnel public; centre hospitalier (60 lits), bibliothèque-musée municipal, centre d'aide par le travail des Ateliers calaisiens (90 sal.).

Elle a quelques entreprises mais d’assez petite taille: agencement de magasins Atelier 41 (60 sal.), métalleries CMG (Grésillon, 60 sal. et SEE-Gallas (20 sal.), matériel électrique Cable Tray Systems (55 sal.), installations électriques et téléphoniques CRT (40 sal.); supermarchés Carrefour (25 sal.) et Intermarché (35 sal.). Sa population a assez peu varié, aux environs de 3 600 hab. de 1800 à 1914, un peu moins ensuite, et un maximum à 4 400 (sdc) en 1982, après quoi elle a perdu près de 700 habitants, et encore 300 de 1999 à 2009. La ville est le siège de la communauté de communes du pays Calaisien, qui rassemble 13 communes et 7 900 hab.

Le canton a 10 100 hab. (10 600 en 1999), 14 communes, 26 311 ha; il est limitrophe du Loir-et-Cher et s’étend sur un plateau passé à la grande culture par diffusion du proche modèle beauceron; au nord-ouest, subsistent les grands bois des forêts de la Pierre et de Vibraye; tout au sud, Bessé-sur-Braye appartient déjà aux pays du Loir. À Marolles-lès-Saint-Calais (280 Marollais, 1 215 ha), juste à l’est du chef-lieu, Somater fait des flaconnages en plastique (130 sal.). Évaillé (400 Évailléens, 1 943 ha), au bord du Tusson, 10 km à l’ouest de Saint-Calais, a une église inscrite (11e et 16e s.), et 80 hab. de plus qu'en 1999.

Écorpain (330 Écorpinois, 2 126 ha dont 419 de bois) à 7 km ONO du chef-lieu, Montaillé (580 Aillemontains, 3 018 ha dont 670 de bois) à 3 km, Conflans-sur-Anille (580 620 Conflanais, 3 080 ha dont 873 de bois) juste au nord du chef-lieu ont des finages étendus vers le nord-ouest, où ils se partagent la forêt de la Pierre. Conflans a plusieurs châteaux du 19e s. Montaillé a gagné 60 hab. de 1999 à 2009 tandis que Conflans en perdait 40.