Saint-Chaptes

1 630 hab. (Saint-Chaptois), 1 307 ha dont 294 de vignes, chef-lieu de canton du département du Gard dans l’arrondissement de Nîmes, 19 km au nord de la préfecture. Le nom fut jadis Sainte-Agathe, ce qui a donné Sanch Agate puis Saint-Chattes. La commune a deux châteaux anciens remaniés, dont un à grosses tours au village, et des capitelles éparses; cave coopérative, commerces et services de base, maison de retraite (25 sal.). La partie méridionale de la commune est dans la vallée du Gard. La population augmente depuis un minimum à 650 hab. en 1975; elle a gagné 430 hab. de 1999 à 2009 (+36%).

Le canton a 14 700 hab. (11 000 en 1999), 16 communes, 17 213 ha dont 3 092 de bois et garrigues; il est traversé du NO au SE par la vallée du Gard. Au NE du chef-lieu, la commune dispersée de Garrigues-Sainte-Eulalie (750 Garrigois, 1 000 ha) cultive 331 ha de vignes et sa voisine orientale Bourdic (360 Bourdicois, 734 ha) en exploite 440 (cave coopérative); leur population croît, mais depuis peu: +230 hab. (44%) à Garrigues de 1999 à 2009, +90 hab. (un tiers) à Bourdic.

Moussac (1 220 Moussacois, 740 ha), 5 km ONO du chef-lieu, est sur la rive gauche du Gard et sa population augmente lentement depuis 1926, où elle fut de 680 hab.; elle s'est accrue de 190 hab. depuis 1999; la commune exploite 354 ha de vignes et a une fabrique d'emballages plastiques Futurplast (30 sal.) et des entreprises de bâtiment, dont les constructions Braja Vésifne (40 sal.) et les travaux publics Deleuze (30 sal.) et César (20 sal.). À Dions (580 hab., 1 132 ha dont 696 de bois et 137 de vignes), sur la rive droite du Gard, s’ouvre le gouffre des Espelugues; la commune a une cave coopérative.; elle s'est accrue de 50 hab. depuis 1999.

La vaste commune de Sainte-Anastasie (1 670 hab., 4 364 ha dont 297 de bois), à l’angle SE du canton, limitrophe de celle de Nîmes, cultive 547 ha de vignes et disperse ses mas et ses petits hameaux dans les garrigues. Le Gard la traverse en gorge en un site pittoresque, suivi par le GR 6; un oppidum du Castel Viel, un site de vol libre, l’ancien prieuré de Campagnac en aval lui sont associés. Toute la partie méridionale de la commune, au sud des gorges, est dans le camp militaire des Garrigues. La croissance de la population est sensible depuis les 600 hab. du milieu du 20e siècle, et 390 hab. (+30%) s’y sont ajoutés entre 1999 et 2009. Saint-Geniès-de-Malgoirès et La Calmette ont dépassé 2 000 hab.