Saint-Jean

10 400 hab. (Saint-Jeannais), 594 ha, commune de la Haute-Garonne dans le canton de Toulouse-15, à 9 km au NE de la préfecture sur la route d’Albi (N 88), juste au-delà de L’Union. Fréquemment encore appelée Saint-Jean de l’Union, elle n’a été créée qu’en 1866 en se séparant de L’Union, avec 360 hab.; elle avait 650 hab. seulement en 1962, mais déjà 4 800 en 1975; elle a gagné 2 000 hab. de 1999 à 2009. Elle offre un collège public, une grosse clinique de l'Union (960 sal., 410 lits) sur 13 ha au sud-est, une maison de convalescence le Marquisat (90 sal., 110 lits) qui lui est associée. Le maire est le docteur Gérard Bapt, socialiste, également député.

Les emplois tertiaires sont nombreux mais dispersés; ingénierie Operantis (55 sal.), négoces de matériels pour l’aéronautique Umeco (50 sal.), de surgelés Brake (80 sal.), d’articles médicaux D’Medica (60 sal.) et LV Médical (25 sal.), vente par automates Sodex (20 sal.); un magasin Intermarché (50 sal.); bureaux Soficor (financière Cormouls-Houlès, 35 sal.), formation d'adultes Applications Concept (55 sal.), gestion immobilière Elyade (35 sal.), service des eaux Veolia (20 sal.); traiteurs Gimm (25 sal.) et Falcou (20 sal.).

Parmi les ateliers, menuiserie d’aluminium Garrigues (45 sal.), appareils chirugicaux Vims (30 sal.), bâches Lahille (20 sal.), matériel de levage Otis (60 sal.); réseaux électriques ETDE (65 sal.), installations thermiques Geniclim (30 sal.), constructions Rugotech (25 sal.), peinture en bâtiment Leclerc(35 sal.).

Sa petite voisine de l’est Rouffiac-Tolosan (1 760 hab., 467 ha) est également en croissance sensible: elle n’avait guère que 300 hab. vers 1950, 750 en 1982, et en a encore gagné 330 (+23%) de 1999 à 2009; elle accueille un hypermarché Leclerc (290 sal.), une maison de retraite (La Chênaie, 50 sal.); château de Preissac; son finage est traversé à l'est par l'A 68 et la voie ferrée vers Albi.