Saint-Jean-Cap-Ferrat

1 900 hab. (Saint-Jeannois), 248 ha, commune des Alpes-Maritimes dans le canton de Villefranche-sur-Mer 8 km de Nice. Elle a été créée à partir de Villefranche-sur-Mer en 1904, avec 1 300 hab.; sa population a lentement augmenté depuis. Il est probable que le recensement de 1999 a été très imparfait, car la commune a eu plus de 2 200 hab. de 1960 à 1990, et en retrouve 2 100 en 2004. Elle affiche 1 100 résidences secondaires à cette dernière date. Son territoire occupe exactement la longue péninsule qui ferme à l'est la baie de Villefranche-sur-Mer. La péninsule, d'axe nord-sud, est elle-même prolongée à l'est par une petite presqu'île, dite aussi du Cap Ferrat et qui se termine par la pointe de Saint-Hospice, dans la baie du même nom. Elle porte une tour gênoise du 14e s. et une chapelle des 17e et 19e s. Le relief dessine enfin trois pittoresques anses dans cette presqu'île, des Fosses, des Fossettes et au sud, de la Scaletta au nord.

Le centre de la commune est sur la côte orientale à la racine de la presqu'île, et il est précédé par un port de plaisance de 550 places. Sur le pédoncule, au nord, trônent la villa Ephrussi de Rothschild (dite Île-de-France) et son beau parc, créés à partir de 1905 et légués à l'Institut de France (Académie des Beaux-Arts). Toute la péninsule est couverte de villas de luxe. Elle culmine à 143 m au sémaphore, édifié en 1862; un phare, haut de 71 m, s'y est ajouté en 1951 un peu au sud, à la pointe Malalongue; un zooparc se visite sur la côte ouest à la hauteur du centre-ville, un jardin botanique des Cèdres occupe 14 ha sur la même côte. Les principaux employeurs hors de la mairie sont le Grand Hôtel du Cap Ferrat (110 sal.), les hôtels Royal Riviera (70 sal.) et La Voile d'Or (35 sal.), les installations thermiques Cpcp (65 sal.).