Saint-Jean-de-Losne

1 200 hab. (Saint-Jean-de-Losnais), 58 ha, chef-lieu de canton de la Côte-d'Or dans l'arrondissement de Beaune, 33 km au SE de Dijon, sur la rive droite de la Saône au débouché du canal de Bourgogne; 4 km à l'est commence le canal du Rhône au Rhin. La bourgade, apparue au 13e s. pour la protection et le commerce des salines proches, se targue maintenant d'être le premier port fluvial de plaisance en France, avec 350 anneaux et un trafic très actif; des liaisons régulières par «paquebot fluvial» sont entretenues avec Lyon et Paris; on fête encore le grand pardon des mariniers, mais la batellerie a un trafic modéré. Les ateliers locaux sont assez nombreux mais très petits; viandes Fournier (30 sal.). La population diminue depuis 1968 (1 600 hab. sdc).

La bourgade, dont le plan garde trace de l'ancienne enceinte ovoïde, mais dont le territoire est très étroit, ne fait qu'un avec ses voisines Saint-Usage (1 100 hab., 936 ha), au nord, a un Intermarché (40 sal.) et une sablière Bonna-Sabla (55 sal.) et où le fabricant de panneaux de bois Unalit a été repris en réduction par la Tarnaise des Panneaux (SPTP, 25 sal.); sa population s'est accrue de 120 hab. entre 1999 et 2008. Échenon (690 hab., 1 062 ha), 2 km au NE, accueille le collège public. Losne (1 550 Losnais, 2 261 ha dont 704 de bois), qui tient la bifurcation ferroviaire de l'autre côté de la Saône et a gagné 150 hab. de 1999 à 2008. En raison de sa situation géographique, l'agglomération partage et dispute avec Seurre et Pagny des projets de gros équipement logistique d'échelle européenne; mais la situation est stagnante et France-Boissons (Heineken) préfère concentrer à Nuits-Saint-Georges son appareil de distribution.

Le canton, limitrophe du département du Jura, a 11 200 hab. (10 400en 1999), 17 communes, 17 572 ha dont 4 114 de bois; il s'étend des deux côtés de la Saône, dans un espace humide où la Saône reçoit, rive droite, l'Ouche et plusieurs rivières locales. Au NO (6 km) Brazey-en-Plaine est la plus peuplée. Tout à l'est, gros échangeur des autoroutes A 36 et A 39 à Saint-Seine-en-Bâche (280 hab., 838 ha), 12 km ENE du chef-lieu, qui a ggagné 50 hab. après 1999. Trouhans (640 hab., 1 060 ha) au bord de l'Ouche, 6 km au nord de Saint-Jean, a perdu son usine de coton. Esbarres (780 hab., 1 586 ha dont 213 de bois), 4 km à l'ouest du chef-lieu, s'étend sur la rive droite de la Saône; fabrique d'aliments du bétail Sirugue (40 sal.) au moulin; sa population s'est accrue de 130 hab. entre 1999 et 2008.