Saint-Joseph

17 000 hab. (Joséphins), 4 329 ha dont 1 148 cultivés, commune et canton de la Martinique dans l’arrondissement de Fort-de-France, 12 km au NE de la capitale. Commune de l’intérieur, au terrain assez accidenté sur les pentes SE du massif du Carbet, elle a été formée en 1888 à partir de fractions du Lamentin, de Gros-Morne et de Fort-de-France et émergea d’abord en 1862 comme simple quartier du Lamentin.

Sa partie haute est boisée et monte en pointe jusqu’aux environs de 700 m dans la forêt du morne des Olives. La rivière Blanche, qui descend des Pitons du Carbet, conflue avec la Lézarde juste à la limite orientale de la commune. L'habitat est dense mais dispersé, avec quelques gros hameaux comme Quartier Chapelle et Choco au nord-est de part et d'autre de la rivière Blanche, Gondeau-Saint-José au sud, Bois du Parc à l'ouest.

Elle reste principalement agricole: bananes (309 ha, 13e de Martinique), fleurs et légumes, aquaculture; la Caféière de l’habitation Rivière Blanche emploie 130 personnes, l'habitation Choisy 30 sal.; les Jardins du Centenaire se visitent; un collège de 900 élèves, un hôpital-maison de retraite; une station des eaux sur la rivière Blanche, installée en 1948 et rénovée en 2004, dessert 70 000 foyers; installations électriques Forcklum (Eiffage, 80 sal.) et de réseaux DLE (45 sal.), maçonnerie MMG (20 sal.), transports de voyageurs SMTV (20 sal.). La majorité municipale était à droite avant 2008; depuis, le maire est Athanase Jeanne-Rose, RDM (Rassemblement démocratique martiniquais, gauche autonomiste), aussi conseiller général.